Postre Chaja – Bataille food #31

12630919_1003448693054773_235589380_o Décidément ces derniers temps mes premières fois se font de plus en plus nombreuses. Cette fois-ci il s’agit d’un nouveau défi culinaire la « Bataille Food ». Ce défi n’en est pas à son coup d’essai puisqu’on arrive déjà à la 31ème édition et il a fallu que ma copinaute Miss Bretzel du blog Rock The Bretzel, soit nommée marraine de cette édition pour que j’y participe. Il faut tout de même dire que le thème m’a séduite et a tout de suite fait écho à une recette que j’avais envie de réaliser il y a longtemps. Mais avant de vous parler de cette recette laissez-moi vous expliquer en quoi la Bataille Food consiste. Pour reprendre les mots de ma coupine : « Chaque mois, une marraine (ou un parrain !) désigne un thème autour duquel les participants vont devoir s’illustrer, et impose deux ingrédients obligatoires. Le premier mercredi de chaque mois, à partir de 18h, les participants publient leurs recettes inédites. La marraine s’occupe de regrouper toutes les réalisations dans un tableau Pinterest et désigne dans les jours qui suivent son successeur. » Ce défi a été créé par Jena du blog Bistro de Jenna. Le mois dernier, c’est Bénédicte du blog Douceurs Maison qui était marraine de l’édition 30# et qui proposait le thème : Une couleur orange et une épice ! Et c’est donc ma copine Miss Bretzel qui a remportée l’édition avec ses babas au rhum, à l’orange et à la fève de tonka et qui a été choisie pour ce nouveau thème.

12637127_1003448719721437_384304226_o

Ce mois, le thème choisi a été : Complètement meringué !

En rappel donc au mois de janvier et son tapis de neige brillant, le défi était donc de proposer une recette sucrée ou salée à base de meringue (française, italienne ou suisse) avec un ou des fruits de saison. Pour ma part j’ai donc craqué pour le Prostre Chaja. Un gâteau qui me faisait de l’œil depuis un moment de part son originalité. D’origine uruguayenne, ce gâteau porte le nom d’un oiseau indigène. Il est composée de disques de génoise aérienne punchées au rhum avec entre chaque couche de la confiture de lait. Le gâteau est entièrement recouvert d’une crème légère sucrée, de meringue suisse brisée et de kiwi. J’ai d’avantage vu cette recette présentée avec des pêches mais j’ai trouvé l’idée du kiwi séduisante. En effet, il est plutôt rare de voir ce fruit dans des desserts et pour ce Postre Chaja le kiwi apporte un vrai plus de part sa fraîcheur. J’ai vraiment été séduite par ce gâteau typique d’Uruguay !

12631257_1003448883054754_1092066933_o

Pour la meringue Suisse
75 g de blancs d’oeuf
150 g de sucre semoule

380 g de confiture de lait
6 oeufs blancs et jaunes séparés
110 g de sucre en poudre
1 càs d’extrait de vanille
2 càc d’eau tiède
75 g de farine fluide
35 g de fécule de maïs
300 ml de crème épaisse entière
1 càs de sucre glace
4 kiwi épluchés et coupés en quartiers

Sirop au rhum
110 g de sucre en poudre
125 ml d’eau
2 càs de rhum ambré

Préparer la meringue suisse : Fouetter l’ensemble des ingrédients au bain marie jusqu’à ce que la température atteigne 60°. A l’aide du fouet, monter l’ensemble dans la cuve d’un robot à puissance maximale. Étaler finement la meringue sur une toile en silicone et cuire pendant 2 h. Laisser refroidir, briser grossièrement puis réserver pour la décoration.

Préparer le gâteau : Préchauffer le four à 160°. Chemise le fond uniquement d’un moule à manqué de 20cm de diamètre de papier sulfurisé.
Battre les jaunes d’œufs avec 75 g de sucre en poudre dans la cuve d’un batteur pendant 5 minutes à vitesse moyenne. Incorporer l’extrait de vanille et l’eau tiède en battant.
Tamiser la farine et la fécule au dessus de la préparation mais ne pas mélanger.

Dans une autre cuve battre les blancs en neige, lorsqu’ils commencent à être mousseux, les serrer avec les 35g de sucre restants. Lorsque les blancs sont bien fermes en prélever un tiers pour détendre la préparation aux jaunes d’œufs à l’aide d’un fouet. Une fois l’ensemble bien homogène, incorporer le reste des blancs délicatement à l’aide d’une maryse.
Séparer la pâte en deux et verser la première moitié dans le moule chemisé et enfourner 30 minutes. A la sortie du four, laisser refroidir sur une grille puis démouler. Nettoyer le moule que vous chemiserez une seconde fois pour y faire cuire la seconde moitié de pâte.

Préparer le sirop au rhum : faire chauffer le sucre et l’eau dans une petite casserole à fond épais, à feux doux jusqu’à ce que le sucre soit dissous sans laisser frémir. Hors du feu ajouter le rhum.

Une fois les deux gâteaux bien refroidis, égaliser le dessus des gâteaux et les couper en deux horizontalement. Poser un premier disque sur un plat et puncher à l’aide d’un pinceau de sirop. Tremper une spatule en métal dans de l’eau chaude et étaler un tiers de confiture de lait sur ce premier disque.Poser le second disque de gâteau sur le premier et recommencer l’opération une seconde fois puis une troisième fois. Terminer en posant le dernier disque.

Battre la crème et le sucre glace dans un batteur électrique jusqu’à obtenir une chantilly. Recouvrir entièrement le gâteau de crème montée puis ajouter les morceaux de meringues avec le plat des deux mains en appuyant légèrement. Décorer avec des quarts de kiwi et servir sans attendre ou placer au frais maximum 4 h.

12637391_1003448943054748_646350777_o

Manon

Pop des rois au spéculoos et cream cheese, comme une galette – Battle food #39

12573107_995478190518490_6425262599146620893_n

Ayant pris grand plaisir à participer pour la première fois à la dernière édition de la Battle Food avec ma bûche glacée façon Vacherin, j’ai décider de jouer le jeu une seconde fois avec cette 39ème édition de Battle Food. C’est Seb du blog Poivré Seb qui a eu la grande responsabilité de nous concocter un nouveau thème qui m’a fort inspiré : « En Janvier les Rois se déguisent ». L’idée est donc de se creuser les méninges pour proposer une version revisitée de la fameuse Galette des Rois tant au niveau de sa forme que de son goût. J’aime déjà changer de la classique frangipane donc pour moi le défi était davantage sur la forme. J’ai alors décidé de présenter ma galette en version mini et en version sucette plantées sur un bâton. Pour les saveurs j’ai décidé de faire une « frangipane » aux spéculoos, cream cheese et compote de poires ! Tout le monde a été conquis par cette présentation originale. Par ailleurs j’ai réalisée ma pâte feuilletée maison ce qui a apporté encore plus de gourmandise à ces Pop des rois ! Je vous ai donc mis ma recette de pâte feuilletée maison mais vous pouvez très bien en acheter une industrielle de bonne qualité ça fera l’affaire.

12540786_995478200518489_7968621733455830753_n

Recette de pâte feuilletée maison :

Pour la détrempe :
250 g de farine T55
1 càc de sucre en poudre
1/2 càc de sel fin
125 g d’eau froide
30 g de beurre fondu refoidi

+
180 g de beurre d’excellente qualité (type Echiré ou Charentes-Poitou)
1 càs de farine T55

Préparer la détrempe : dissoudre le sel et le sucre dans l’eau. Mettre la farine dans un saladier puis incorporer l’eau salée-sucrée. Mélanger.
Incorporer le beurre fondu, refroidi. Mélanger de nouveau, puis rassembler en boule. Travailler la boule une minute sur un plan de travail fariné de façon à obtenir une pâte homogène.
Envelopper la pâte dans un film alimentaire et faire reposer 30 minutes au réfrigérateur.

Préparer le beurre : sortir le beurre du réfrigérateur et à l’aide d’un rouleau taper le beurre afin de l’aplatir et d’obtenir un carré de 10x10cm. Envelopper dans un film alimentaire et laisser à température ambiante.

Faire le pâton : étaler la détrempe en un carré de 18cm de côté. Poser le beurre au centre de ce pâton et rabattre chaque coin vers le centre du beurre afin d’obtenir une enveloppe. Bien appuyer pour que le beurre soit entièrement recouvert.
Retourne le pâton sur l’autre face afin que la pliure se trouve dessous.

Réaliser un premier tour double : étaler le pâton très délicatement en un rectangle trois fois plus long que large (environ 45x15cm). Il faut y aller doucement afin de le pas déchirer la pâte et faire sortir le beurre.
Faire votre premier tour double : rabattre chaque extrémité de la pâte vers le centre puis refermer le tout en un seul pli puis de nouveau. En tout on plie le pâton en 4. Envelopper le pâton dans un film alimentaire afin d’éviter la formation d’une croûte. Laisser reposer au réfrigérateur 30min.

Réaliser le deuxième tour double : sortir le pâton du réfrigérateur, retirer le film et étaler votre pâte dans le sens de la longueur (la pliure doit toujours se trouver  à droite). Réaliser le même pliage que précédemment et laisser de nouveau poser au frais 30min.

Réaliser le troisième et dernier tour double : recommencer les opérations puis enfin laisser poser une dernière fois la pâte 30min au frais.

12565564_995478193851823_1232506214267620232_n

Pour la galette des rois :
2 pâtes feuilletées ou 1 pâton de 600g
50 g de spéculoos
60 g de sucre en poudre
60 g de beurre salé ramolli
1 oeuf
50 g de cream cheese
50 g de compote de poires
80 g de poudre d’amandes

1 jaune d’œuf
15ml de lait

+ 1 fève

Émietter les spéculoos à l’aide d’un mixer. Dans un saladier bien fouetter le sucre et le beurre. Ajouter l’œuf et le cream cheese, puis fouetter de nouveau. Incorporer la compote de poires, les miettes de spéculoos, la poudre d’amandes puis mélanger le tout jusqu’à obtenir une crème homogène. Réserver une trentaine de minutes au frais.

Étaler le pâton en un grand cercle de 2mm d’épaisseur ou dérouler les pâtes feuilletées. Découper des ronds de pâte à l’aide d’un verre ou d’un emporte pièce de 6cm de diamètre. Verser sur la moitié des cercles une belle noisette de crème. Badigeonner d’eau tout autour de la garniture, placer un bâtonnet au centre et refermer avec un autre cercle de pâte. Souder bien et placer les sucettes sur une plaque recouvert de papier sulfurisé.

Dorer chaque sucette avec un mélange jaune d’œuf + lait et entreposer au réfrigérateur pendant 1 heure.

Faire préchauffer le four à 180°. Dorer de nouveau puis décorer et une fois le four chaud enfourner 25 minutes environ.

A la sortie du four saupoudrer de sucre glace et servir tiède.

***

Voici la liste des participants de cette Battle Food ! :

Poivré Seb – Natly – Marine – Elsa – GaëlleAramina – Sarah – Lova – Isa – Bénédicte – Ludmilla – Annie – Mel Emilie – GladysMélina – NathalieMaria – CélineMarie – Horely – Par faim d’arôme – Gabrielle – HélèneMarieAdeline – PattyCécile – GabrielleJuliaSandraMiss BretzelCélineCraquounetteCatalinaSatankoviçOcéane – MaevaCélineA prendre sans faimRosaChapeau MelonBlackpradaAuroreComplément meringuéeDr ChocolatineMélodyCorinneMarionMariaSylvia

12508714_995478183851824_2356208362073096464_n

Manon

Soleil feuilleté tapenade/pesto et Ossau Iraty – Recette anti-morosité 2

12540979_995402353859407_6988294827279443244_n

Une personne que j’aime beaucoup m’a dit il y a peu « l’envie né de l’envie des autres ». Et c’est vrai, mais c’est tellement vrai. Depuis plusieurs mois je vois fleurir ces soleils feuilletés en versions sucrées et salées sans pour autant me pencher sur la question. Mais c’est lorsqu’une collègue a ramené un midi son soleil feuilletée à la tapenade et que je me suis régalée, que je me suis dit : « pourquoi bouder la mode et ne pas m’y mettre à mon tour ». Du coup j’en ai réalisé plusieurs et même si cette recette est d’une grande simplicité elle n’en reste pas moins savoureuse. Alors j’ai entendu plusieurs personnes me dire « j’en ai goûté une fois et j’ai trouvé ça super sec », je pense tout simplement qu’il faut respecter certaines règles essentielles afin d’obtenir quelque chose d’équilibré et vraiment bon.

Pour ma part j’ai donc opté pour un soleil que j’ai fait d’un côté à la tapenade et de l’autre au pesto (pour plaire au plus grand nombre), j’ai parsemé d’Ossau Iraty que j’avais préalablement râpé. C’est vraiment délicieux et avec la chute des températures ça nous permet de s’évader quelque part dans le Sud entre le Pays basque et la Provence et ça fait du bien !…

Les 5 commandements pour un soleil feuilleté réussi :

  1. Les ingrédients de qualité tu choisiras : ah oui ça paraît évident, mais dans cette recette c’est absolument primordial. La qualité de la pâte feuilletée sera gage d’une recette réussie. Je vous conseille donc d’opter pour une pâte maison pour les plus téméraires où d’une pâte industrielle d’excellente qualité de type Picard. Vous pouvez également demander à votre boulanger du coin.
    Évidemment une bonne tapenade et un bon pesto feront la différence. Au mieux maison sinon  industriels mais de qualité.
    Enfin le fromage… Attention il est vraiment nécessaire d’acheter un bon fromage que vous râperez vous-même sinon cela ne servira à rien d’autre qu’à saler davantage la recette. Pour ma part l’Ossau Iraty a apporté beaucoup de moelleux à cette recette et était en équilibre avec l’amertume de la tapenade.
  2. Ton temps tu prendras. Hé oui pour que le soleil ait une jolie forme il faut prendre le temps de le découper et d’être délicat, il n’y pas de secret, on y va tranquillement et on s’applique.
  3. A la température de la pièce tu t’adapteras. Prendre du temps à travailler la pâte feuilleté peut avoir tendance à la réchauffer et la rendre collante. Aussi n’hésitez pas lorsque ce que cela devient trop difficile à replacer une dizaine de minute votre soleil au frigidaire.
  4. Deux fois ton soleil tu doreras. Pour avoir un joli soleil bien doré et brillant il est nécessaire de le dorer 2 fois. Avec un jaune d’œuf et un peu de lait on dore une première fois puis on laisse au frais 30 minutes pour dorer une seconde fois avant d’enfourner.
  5. La cuisson tu respecteras. Afin d’obtenir un soleil suffisamment cuit et croustillant mais pas trop sec il est nécessaire de ne pas l’enfourner à four trop chaud (180° suffisent), et de le laisser cuire en bas du four. Ainsi il restera doré mais bien cuit à l’intérieur.

12573200_995402343859408_3800584471420448897_n

2 pâtes feuilletées d’excellente qualité
2 càs de tapenade noire
2 càs de pesto de pesto
100 g d’Ossau Iraty frâichement râpé (ou parmesan ou comté)
1 jaune d’oeuf
15 ml de lait
des graines de sésame noir

Préchauffer le four à 180°.

Poser une abaisse de pâte sur une plaque allant au four sans la piquer..

Tartiner la pâte d’un côté avec le pesto et de l’autre avec la tapenade. Parsemer de fromage.

Recouvrir avec le deuxième rond de pâte feuilletée.

Déposer un verre à l’envers au centre de la pâte feuilletée et tracer des rayons du bord jusqu’au verre en divisant d’abord le cercle en 4 puis chaque quart en 3 et chaque part à nouveau en 3.

Torsader les parts délicatement dans le meme sens..

Au pinceau, badigeonner les torsades avec le jaune d’oeuf et le lait mélangé, saupoudrer de graines de sésame puis enfourner en bas du four 25 minutes.

Manon

Bûche glacée façon Vacherin 100% home made vanille-fraises – Battle Food #38

10548226_806144349451876_4781798920892828320_oAvec cette recette je participe à ma toute première Battle Food, le défi culinaire mensuel autour d’un thème bien précis. Ce mois-ci il s’agit du thème : « Du rêve sur toutes les tables » proposé par Lalala Cuisine. Le but du jeu était donc de proposer une recette qui envoie du Noël à fond les ballons avec une jolie photo. J’ai donc opté pour la photo de ma bûche glacée prise l’année dernière sur ma table de Noël. Encore une fois il s’agit d’une photo un peu prise à la « sauvage » avec mon téléphone mais je trouve tout de même qu’elle est joli et capturée sur l’instant me replonge directement dans l’esprit de Noël.

J’adore cette bûche puisqu’en fin de repas trèèèès copieux elle passe vraiment bien. Il s’agit tout simplement d’un vacherin que j’ai imaginé en dessert de Noël. Je l’avais fait 100% maison de la glace, aux meringues en passant par la déco en macarons. Pour les goûts j’avais réalisé un grand classique : vanille et fraises. Mais vous pouvez totalement laisser parler vos envies et votre créativité avec des glaces bien plus originales !

Avant de vous laisser avec cette recette que j’ai présenté en version simplifiée et en version 100% maison, je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année.

Pour les 10 personnes
(15 SP/part en version simplifiée
26 SP/part en version home made)

En version simplifiée :

1 L de crème glacée à la vanille de bonne qualité (ou parfum de votre choix)
1/2 L de sorbet fraise de bonne qualité (ou parfum de votre choix)
25 cl de crème fleurette min 30% de M.G très froide
100 g de mascarpone
40 g de sucre glace
1 paquet de petites meringues

Sortir les 2 bacs de glace une quinzaine de minutes avant de commencer (la texture doit être souple).

Dans un moule à bûche ou un moule à cake en silicone ou préalablement tapissé de film alimentaire, étaler le litre de crème glacée à la vanille, tasser et égaliser. Briser quelques meringues en petits morceaux et parsemer tout le dessus de la crème glacée avec les morceaux de meringue. Tasser et égaliser.

Étaler ensuite le sorbet, tasser et égaliser. Parsemer tout le dessus du sorbet avec les morceaux de meringue. Tasser et égaliser de nouveau. Replacer le tout au congélateur pendant 2 heures minimum.

Préparer la chantilly : dans le saladier bien froid (placé au congélateur quelques minutes avant la préparation), fouetter la crème liquide et le mascarpone à vitesse moyenne, puis augmenter la vitesse petit à petit.

Quand la chantilly commence à prendre, ajouter le sucre glace et continuer de fouetter quelques secondes. Attention à ne pas trop fouetter car la chantilly deviendrait du beurre.

Placer la chantilly dans une poche à douille, avec une douille cannelée.

Sortir le vacherin du congélateur et le démouler délicatement sur un plat de service. Dresser la chantilly à la poche à douille, sur l’ensemble du vacherin.

Décorer de petites meringues, de macarons ou encore de fruits.

Placer le tout au congélateur, sortir le vacherin 20 min avant de déguster.

En version 100% home made :

Pour la crème glacée à la vanille :

500ml de lait demi-écrémé
170g de sucre
5 jaunes d’œuf
2 gousses de vanille
25g de poudre de lait entier
20cl de crème fleurette entière
3g de stabilisateur à glace (peut se faire sans…)

Pour le sorbet à la fraise :

400g de fraises équeutées
300ml de sucre de canne liquide
le jus d’un demi citron

Pour les meringues :

2 blancs d’œufs
125 g de sucre
une pointe de colorant de votre choix

Pour la chantilly :

25 cl de crème fleurette min 30% de M.G très froide
100 g de mascarpone
40 g de sucre glace

La veille préparée la crème glacée à la vanille : mettre les gousses de vanille, 100g de sucre (sur les 170) et le lait dans une casserole sur feu doux. Dès l’ébullition, arrêter le feu et laisser infuser la vanille.

Mettre les 70g de sucre, les 5 jaunes, la poudre de lait entier et le stabilisateur dans une jatte.

Blanchir le tout au fouet manuel ou électrique. Au bout de 10 min d’infusion, ouvrir les gousses et racler la pulpe qu’il faut mettre dans le mélange jaunes/sucre. Remettre le lait à bouillir, puis le verser tout en mélangeant sur l’autre mélange.

Remettre le tout sur feu doux en laissant les gousses vides. Cuire le tout comme une crème anglaise (à ce stade, c’est une crème anglaise!) à 85°C. Il ne fait surtout pas faire bouillir le mélange.

Quand la crème est à température, enlever du feu et ajouter la crème fleurette froide. Bien mélanger et laisser refroidir.

Quand le tout est à température ambiante, mettre au réfrigérateur toute la nuit.

Le jour J :

Préparer les meringues : Battre les blancs en neige ferme avec le colorant.
Préchauffez le four à 120°C (thermostat 4). Ajouter le sucre par petites quantités tout en continuant de battre pour serrer les blanc, vous devez obtenir des « becs d’oiseau ». A l’aide d’une poche à douille dresser joliment les meringues  sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé.
Cuire 1 heure à 120°C en surveillant bien afin que les meringues ne colorent pas.

Enlever les gousses de la crème glacée et mettre ensuite en turbine à glace ou sorbetière comme indiqué dans le manuel.

Dans un moule à bûche ou un moule à cake en silicone ou préalablement tapissé de film alimentaire, étaler le litre de crème glacée à la vanille souple, tasser et égaliser. Briser quelques meringues en petits morceaux et parsemer tout le dessus de la crème glacée avec les morceaux de meringue. Tasser et égaliser. Mettre au congélateur.

Préparer le sorbet fraise : mettre tous les ingrédients dans un blinder et mixer 20 minutes. Ensuite faire prendre en sorbetière. Une fois pris, sortir le moule du congélateur et étaler le sorbet souple, tasser et égaliser. Parsemer tout le dessus du sorbet avec les morceaux de meringue. Tasser et égaliser de nouveau. Replacer le tout au congélateur pendant 2 heures minimum.

Préparer la chantilly mascarpone : dans le saladier bien froid (placé au congélateur quelques minutes avant la préparation), fouetter la crème liquide et le mascarpone à vitesse moyenne, puis augmenter la vitesse petit à petit.

Quand la chantilly commence à prendre, ajouter le sucre glace et continuer de fouetter quelques secondes. Attention à ne pas trop fouetter car la chantilly deviendrait du beurre.

Placer la chantilly dans une poche à douille, avec une douille cannelée.

Sortir le vacherin du congélateur et le démouler délicatement sur un plat de service. Dresser la chantilly à la poche à douille, sur l’ensemble du vacherin.

Décorer de petites meringues, de macarons ou encore de fruits.

Placer le tout au congélateur, sortir le vacherin 20 min avant de déguster.

Manon

Verrines façon tarte à la clémentine meringuée, recette en 10 minutes chrono !

3

Bonjour à tous, encore une recette que je ne comptais pas publier (bouh la vilaine). Oui car l’hiver je suis un petit peu désespérée par le manque de luminosité et les photos toutes moches que cela entraîne. Alors bien sûr je ne me laisse tout de même pas aller et je cuisine bien évidemment mais toute honteuse de mes photos je n’ose même plus dégainer mon appareil ! Alors voilà quand il me prend l’envie de faire saliver mes copains sur les réseaux sociaux, je photographie en mode sauvage mes petites créations. Et comme pour les Hasselback, cette photo a eu énormément de succés et beaucoup m’ont demandé la recette. Je dois donc me résoudre à poster une photo moyenne moyenne mais pour un dessert vraiment excellent, réalisé à base de deux fois rien et en 10 minutes chrono s’il vous plait. Il s’agit d’une verrine façon tarte à la clémentine meringuée composée de sablés breton écrasés, d’un clémentines curd et d’une meringue. Vous pouvez tout à fait remplacer la clémentine par du citron, du citron vert, du pamplemousse ou encore de l’orange !

Pour 2 verrines
(17 SP/part)

100 ml de jus de clémentines fraîchement pressée
le zeste d’une clémentine bio
4 palets bretons
1 oeufs
1 càc de Maïzena
1 blanc d’oeuf
75 g de sucre

Dans un bol passant au micro-onde mettre 25 g de sucre, le jus de clémentine, le zeste de clémentine, la Maïzena et l’oeuf. Mélanger bien à l’aide d’un fouet et passer au micro-ondes 30 secondes à pleine puissance. A la sortie du micro-ondes fouetter bien. Remettre 30 secondes puis fouetter de nouveau. Recommencer l’opération 3 fois jusqu’à obtenir une consistance épaisse et bien lisse.

Monter au batteur le blanc d’œuf en neige à vitesse moyenne. Quand il commence à mousser ajouter un tiers du sucre. Augmenter la vitesse du batteur légèrement et battre quelques instants. Ajouter de nouveau un tiers du sucre, augmenter encore la vitesse du batteur et fouetter quelques instants. Ajouter le reste du sucre et battre à pleine vitesse jusqu’à obtenir une meringue ferme qui fait un « bec d’oiseau ».

Dans chaque verrine, ajouter deux palets bretons écrasés en chapelure. Ajouter du clémentines curd, puis à l’aide d’une poche à douille dresser joliment la meringue. Brûler à l’aide d’un chalumeau et servir bien frais.

12389149_979602578772718_929221777_o(1)

Manon

Salon du blog 8ème édition, retour sur expérience

Pour la troisième fois je me suis rendue au salon du blog culinaire à Soissons. Bravant la tempête et la pluie torrentielle et marmonnant dans ma barbe les deux mains crispées au volant : «  Soissons… Soissons… mais quelle idée ??? ». C’est au bout de 7h de route que nous sommes enfin arrivées en Picardie, saines et sauves et surtout crevées et affamées. Après avoir déposé nos bagages dans notre hôtel grand luxe (pour la blague), nous nous sommes mises en quête d’un petit troquet où diner. Cependant pas question de se laisser tenter par la facilité et de se jeter sur une assiette de frites surgelées du Buffalo. J’ai donc dégainé mon appli TripAdvisor (article non sponso hein) pour trouver the place to be de Soissons. Notre choix s’est donc porté sur le number ouane : le restaurant italien Da Fransesco. Nous sommes donc arrivées trempées comme des souches et gelées jusqu’aux os dans cet endroit cosy et cocooning. Dès notre arrivée le patron nous a serré la main chaleureusement et souhaité la Bienvenue. Une attention dont nous ne sommes guère habituées dans notre cher Poitou et qui nous a fort plu. Nous avons donc pris place et avons découvert la carte avec gourmandise. En première page un long texte autobio du patron qui explique la genèse de ce restaurant. Nous avons beaucoup apprécié être plongées dans l’enfance de ce petit garçon franco-italien qui traînait dans les « jupes » des femmes de la famille pendant qu’elles préparaient à manger.

Notre choix s’est porté sur un partage d’entrées : mozzarella burrata et jambon speck, et un assortiment d’antipasti. J’ai vraiment pété un câble de bonheur (oui pas de demi-mesure ici) en dégustant pour la première fois de la mozza burrata. Grands dieux que c’est bon et crémeux et trop cool et.. mais pourquoi on en trouve pas chez nous hein dit ? Me répond pas : « dans les épiceries italiennes » parce que je vais te faire visiter Poitiers et tu vas m’en trouver une épicerie italienne !

Pour le plat ma sœur et moi avons opté pour une escalope milanaise et spaghetti pesto. Là le choix était fort cornélien quand on nous a demandé de choisir entre le pesto et la sauce tomate. Il faut dire que le patron s’est à moitié décomposé lorsque l’on a demandé si le pesto était maison (j’ai bien senti l’offense que nous lui faisions à ce moment). Il nous a tout de même précisé sa recette en ajoutant qu’il préparait son pesto avec des noisettes et non des pignons. Pour ce qui est de la sauce tomates encore une fois il nous a fait part de sa recette : tomates, oignons, sel, poivre, sucre, mixeur plongeur. Alors là quand il nous dit que les tomates étaient directement importées d’Italie parce que clairement en France y a pas-d’bonne-tomate-Madame tu sens ton cœur chavirer, mais tu te révises et tu te dis que bon le pesto c’est le pesto. Donc tu optes pour le pesto épissétou.

Entre deux anecdotes italiennes de notre patron pêchu, on nous apporte nos assiettes. Bon et là on fait gloups parce que l’escalope de veau est juste ENORME bien qu’elle soit d’une jolie finesse. Quoi qu’il en soit on finit par tout manger sans en laisser une miette et sans laisser la moindre place pour un dessert. Nous nous sommes vraiment régalées. Nous comprenons bien que ce restaurant soit « il numero uno » de Soissons parce que question accueil, déco et popote c’est vraiment 10 sur 10. Je vous invite à liker leur page s’book pour rien louper.

Le lendemain matin dès l’aube, oui enfin dès 9h30 nous avons pris la direction du 8ème salon du blog. Nous avons été accueilli avec un café gratuit  youpiii. Et nous avons commencé à déambuler ici et là et à découvrir les partenaires présents. Au bout de quelques minutes je me suis fait joyeusement alpaguée par Marion du blog Novice en Cuisine avec beaucoup de plaisir. Ayant délaissé quelque peu la blogosphère cette année, je ne savais pas qu’elle serait présente et j’ai été ravie de faire enfin sa connaissance en vrai-de-vrai (surtout qu’elle est supracool quoi).

12283173_969667583099551_2074355101_nPrête pour de merveilleuses aventures !

A 10h nous avons pu intégrer les cuisines du Chef Régis pour une masterclass super sympa autour d’une pâtisserie « street food », il s’agissait d’un gâteau de voyage. Alors par gâteau de voyage (nespa Arnaud) on entend un gâteau qui peut voyager facilement par exemple dans un sac pendant plusieurs heures sans craindre de s’abimer ou du fondre.12283206_969667903099519_1508202215_n Par équipe nous avons donc dû réaliser un Cake de voyage composé d’une base brownie composée d’écorces d’orange confites, d’amandes, d’éclats de marrons, d’un crémeux orange et d’un glaçage au chocolat et brisures d’amandes surmonté de ganache au chocolat.12285972_969667883099521_2025244407_n Chaque équipe avait en charge une partie du gâteau et c’est dans la joie et la bonne humeur que nous nous sommes lancées dans la confection du brownie. J’ai pu faire connaissance avec Manue du blog Hum ça sent bon (qui est quand même un blog que je suis depuis la nuit des temps au moins) et Jackie du blog La cuisine de Jackie.12282978_969667843099525_945617765_n Le temps est passé très vite et nous avons adoré la compagnie et la pédagogie de Chef Régis. Le gâteau était juste à tomber par terre ! 12277048_969667736432869_534217435_nCette première entrée en matière était géniale. Durant l’atelier j’ai pu faire connaissance en vrai également d’Émeline du blog Qui Dort Dîne et là c’est un moment hyper émouvant parce qu’on se dit mince on se connaît depuis genre…. Pas loin de 8 ans à travers nos blogs (pour ma part depuis le commencement de mon premier blog). On a débuté l’aventure bloguesque ensemble et on se rencontre enfin. C’est juste foufou et ça fait vraiment plaisir.12283221_969667766432866_453739039_n

Quelques instants plus tard j’ai plaisir de revoir ma grande copinaute et compère/copilote/collègue/cojury/cosquevousvoulez Miss Bretzel du blog Rock The Bretzel.

D’ailleurs après une discussion passionnée et passionnante avec le chef Régis autour du monde impitoyable de la gastronomie nous rejoignons nos copains les Bretzels en pleine battle autour du calvados. C’est donc avec toutes nos énergies que nous venons les encourager. Je fais la connaissance de quatre bloggeuses : Patchouka (que je suis également depuis mes débuts), la très gentille Sotis du blog La Gourmandise est un joli défaut (qui continue de me suivre même dans mes moments d’absences bloguesques, merci, merci, merci mille fois à toi), la très sympa Valérie du blog Framboises et Bergamote (encore une blogueuse que je suivais de près), la rigolote Natacha du blog French Girl Cuisine que je découvre pour la première fois. C’est alors que commence un brainstorming endiablé autour d’un cocktail réalisé à base de Calvados. Nous mettons (discrètement) la main à la pâte pour aider les Bretzel à débarrasser le plan de travail en vrai Bretzel Team que nous sommes !

12277980_969667529766223_1073443013_nDégustation et découverte d’huiles d’olives

A 13h nous passons à table grâces aux bonnes choses mitonnées par les blogueurs dans le cadre du traditionnel pique-nique. L’après-midi se poursuit avec du vivotage autour des stands de partenaires puis le grand départ (sous la pluie sinon ce n’est pas drôle) à l’Abbaye de Soissons.

Nous avons donc plaisir à voir Marion cuisiner avec ses copines Anna et Olivia dont je fais la connaissance autour de makis végétariens. Il faut jouer 12270219_969667703099539_462322360_ndes coudes pour pouvoir y goûter, j’arrive à chopper in extrémis un maki que je partage avec ma cop’s Miss Bretzel. Là ça a vraiment un goût de trop peu tellement c’est bon. J’ai aussi grand plaisir d’assister à une démo de homos à la libanaise animé par de vraies libanaises venues de là-bas juste pour le SDB. Je me régale tout bonnement et notamment avec la pâte de sésame à la rose ! Et puis il est temps de se préparer pour notre démo. C’est donc dans la fraîche Abbaye que nous préparons nos petites pesées pour être fin prête à 18h sur la grand scène !

12305774_969667613099548_1574882702_n

L’Abbaye Saint Léger qui accueille les visiteur du SDB public

A 18h les nombreuses personnes venues assister à la démo de deux fameux bloggeurs (Dorian et Pascale sans les nommer) laissent place à plusieurs sièges vides (hé oui) pour une ambiance beaucoup plus intimiste (positive moi ?). Notre copine Marion est venue nous encourager (merci <3) et nous en avons bien besoin. Parce que c’est pas tous les jours qu’on se retrouve micro à la joue, les mains filmées et les spotlight éblouissants au visage. Au final notre démo se passe bien, les sièges sont de moins en moins vides et le public semble conquis par notre proposition à savoir : Choux salés saumon fumé, combava et pomme granny smith et choux sucrés craquelin, ananas caramélisé et chantilly à la vanille (une recette que vous pourrez retrouver prochainement sur le blog Rock the Bretzel).

12278005_969667556432887_942726739_nL’endroit où nous réaliserons notre démo

19h sonne, l’heure de cream (petite dédicasse à une bloggueuse que j’ai également apprécié rencontrer), je suis à la fois crevée et excitée avec la pression qui retombe et il est temps de passer à l’hôtel pour se changer direction le gala où nous passerons une très agréable soirée gourmande en compagnie de nos potes bloggueurs.

Le lendemain matin nous nous rendons un petit peu plus tard au salon du blog pour la dernière journée. 12283251_969667523099557_158744350_nIl est 10h30 et nous tombons sur Anna et Olivia entrain de préparer des nouilles soba aux légumes croquants de saison et à l’huile d’Olive accompagnés de tofu lactofermenté assaisonné aux graines de sésame et huile d’olive. La mine un peu dubitative par cette cuisine inconnue (et certainement réfractaire rien qu’à l’idée de manger du tofu), j’observe avec curiosité les filles travailler.12305589_969667476432895_202959324_n Plus le temps passe, plus l’association des ingrédients m’intrigue. Le moment de la dégustation est juste sublime puisque c’est vraiment un délice et une explosion de saveurs. J’ai vraiment été marquée par cette démo puisque j’y ai découvert une cuisine assez éloignée de la mienne et pour laquelle j’avais quelques à priori. Au final ça me donne envie d’en découvrir plus et de refaire ce plat à la maison pour le faire également découvrir à mes proches.

Nous continuons notre balade dans le salon jusqu’au moment où vient l’heure de reprendre la route direction la maison. J’ai adoré une nouvelle fois cette édition du Salon du Blog, très heureuse d’avoir pu partager et échanger avec des bloggueurs, très heureuse d’avoir une nouvelle fois vécu une expérience inédite avec ma pote pote Miss Bretzel. Cela m’a donné envie d’être encore plus assidue dans mes publications et de m’accorder de nouveau du temps pour papillonner sur la blogosphère.

Manon

Mini tartelettes aux poireaux caramélisés et brie

Mini tartelettes aux poireaux caramélisés et brie

Voilà une recette que j’affectionne particulièrement et que je fais régulièrement lorsque je reçois mes amis pour l’apéritif. Ces mini tartelettes font généralement l’unanimité. En même temps comment résister à son côté ultra feuilleté et le doux équilibre entre le poireau caramélisé et légèrement sucré avec la douceur et le crémeux de brie ? Ce qui ne gâche rien à la recette c’est qu’elle est très économique, facile et rapide à réaliser. Qu’attendez-vous pour vous lancer ?

Pour 30 mini tartelettes
(3 SP/tartelette)

1 pâte feuilletée pur beurre de bonne qualité
3 blancs de poireaux
10 cl de vin blanc
50 g de beurre salé
150 g de brie
40 g de cassonade
sel et poivre

Préchauffer le four à 180°.

Nettoyer et émincer les poireaux. Les faire fondre dans le beurre à feu très doux jusqu’à ce qu’ils soient bien fondants (environ 15 minutes). Déglacer au vin blanc. Une fois l’alcool évaporé ajouter la cassonade et faire caraméliser doucement. Goûter et assaisonner à votre convenance.

A l’aide d’un emporte-pièce détailler 30 ronds de pâte feuilletée. Les disposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Piquer à la fourchette légèrement chaque rond de pâte. Disposer sur chaque rond de pâte feuilletée crue une cuillère à café de fondue de poireau et ajouter un petit morceau de brie.

Enfourner 15 minutes. Dégustez tiède.

*-*-*-*

Slider-0715

 Sans transition, cette année je serai de nouveau présente au Salon du Blog Culinaire de Soissons du vendredi soir au dimanche. J’aurai le plaisir de faire une démo sur le thème des choux avec ma copinaute et compère Miss Bretzel le samedi à 18h à l’Abbaye ! J’espère vous voir nombreux et discuter avec vous !

Manon

Tout mini Cappuccino de potimarron et émulsion au lard

cappucino potimarron

L’Automne (au grand désespoir de mon cher et tendre) je fais une cure de potimarron, pour profiter au max de ce légume de saison. Je l’adore tout simplement car il se suffit à lui-même. Bien nettoyé et coupé en gros cubes (même pas la peine d’éplucher), 30 minutes dans l’eau bouillante, un coup de mixeur plongeur et hop on obtient une soupe d’une infinie douceur, gourmande et légère à la fois. L’assaisonnement est accessoire puisque son côté sucré est sublimé avec seulement une pincée de sel. Donc chaque soir (ou presque) d’octobre à décembre, je sers à ma table un velouté de potimarron que je customise selon mes envies. Mes invités n’échappent donc pas à la règle du velouté de potimarron mais tout de même en version un peu plus chic. La dernière fois j’ai mitonné des mini cappuccinos de potimarron servis avec une chantilly au lard. Je les ai servis dans de minis bocaux, c’était très mignon et surtout délicieux.

Pour une quinzaine de mini bocaux
( 3 SP/part)

1/2 potimarron bio
20 cl de crème fleurette
100 g poitrine fumée
1 càc de cumin
sel et poivre de baies fraîchement moulu

Réserver une tranche de lard. Mettre le reste dans une casserole avec la crème fleurette. Poivrer légèrement. Porter à ébullition puis laisser infuser une heure. Filtrer et mettre la crème au frais. Placer le bol de votre batteur au réfrigérateur avec les fouets.

Nettoyer le potimarron à l’aide d’une brosse. Le couper en gros cubes.

Dans une grosse casserole mettre les cubes de potimarron avec une bonne pincée de sel et couvrir d’eau jusqu’à mi hauteur de la casserole. Faire cuire une trentaine de minutes jusqu’à ce que les cubes soient très tendre.

Pendant la cuisson, faire griller à la poêle sans matière grasse la tranche de lard. Elle doit être craquante. Laisser refroidir et détailler en petits cubes.

Dans un blender (à la différence du mixer plongeur, le blender apportera au velouté beaucoup de légèreté) mixer le potimarron avec son bouillon jusqu’à obtenir une préparation parfaitement lisse. Poivrer et ajouter le cumin.

Émulsionner la crème dans le bol refroidi avec les fouets bien froids également. Il faut obtenir une mousse légère et fine comme un nuage. Attention à ne pas trop battre car vous obtiendrez une chantilly ferme.

Au moment de servir, verser le velouté chaud dans des petits bocaux. Répartir dessus un peu d’émulsion au lard et déposer des petits morceaux de lard grillé.

Servir sans attendre.

Manon

Panna cotta de pesto et son crackers au parmesan et à la Vache Qui Rit – Recette anti morosité

1425715_1476721072553985_2014283864_n

J’aime beaucoup cette recette qui est très simple et qui pourtant fait toujours son petit effet lors de l’apéro. Il s’agit de mini panna cottas salées au pesto servies sur un crackers (qui déchire) au parmesan et à la Vache Qui Rit. Pour ma part j’ai pour habitude de faire prendre les panna cottas dans des empreintes « Mini St Honoré » de chez Demarle pour un look sympa mais vous pouvez tout à fait les faire prendre dans des moules à mini muffins ou en remplissant que le fond de moules à muffins.

Le craquant et la finesse du biscuit s’accorde parfaitement avec l’onctuosité de la panna cotta. L’effiloché de jambon de parme et la goutte de vinaigre balsamique apportent la touche finale à cette recette anti morosité. A vos fourneaux donc car avec ce magnifique temps il est urgent de mettre du soleil dans nos assiettes !

Ingrédients (pour 15 mini panna cottas)
( 7 SP/part)

Pour les panna cottas
30 cl de crème liquide
100 g de pesto
20 g de parmesan
2 g d’agar agar
Sel et poivre de baies

Pour les crackers
110 g de farine
30 g de parmesan râpé
75 g de beurre
½ càc de levure chimique
3 vaches qui rit
1 pincée de sel

Pour la présentation
2 tranches de jambon cru
feuilles de basilic + quelques gouttes de velours balsamique

Préparer les panna cottas : porter la crème liquide à ébullition avec l’agar agar quelques instants. Hors du feu ajouter le pesto, le parmesan, sel et poivre.

Verser dans des empreintes en silicone à mini muffin. Réserver au réfrigérateur.

Pendant ce temps, préparer les crackers : préchauffer le four à 180°. Crémer le beurre et la vache qui rit ensemble. Dans un bol mélanger la farine, le parmesan, la levure et le sel. Verser ce mélange sur le beurre et le fromage. Mélanger du bout des doigts jusqu’à obtenir une consistance sableuse. Amalgamer rapidement en boule.

Etaler cette pâte sur un plan de travail légèrement farinée. A l’aide du découpoir ( pour ma part rond cannelé de 7,5 cm) découper 15 biscuits. Disposer les biscuits sur une plaque recouverte d’une feuille de papier sulfurisé ou d’une feuille silicone. Les piquer à l’aide d’une fourchette.

Enfourner 12 à 15 minutes. Les bords doivent être dorés.

Une fois que les crackers sont bien refroidis, démouler les panna cottas. Disposer chacune des panna cottas sur les crackers et décorer avec un petit morceau de jambon et une feuille de basilic.

Manon

Fantastik framboises et pistaches

Fantastik framboise1.

Pour Noël j’ai eu la chance de recevoir en cadeau le Masterbook de Michalak. Une vraie bible de recettes modernes, raffinées et audacieuses dites pour les « amateurs ». Bon alors là qu’on s’entende bien le terme « amateur » est à mettre entre gros guillemets car les recettes restent longues, très précises (à base de 2g de ci et 5g de ça) et demandent souvent un bon coup de main. Cependant on peut tout de même y trouver des recettes assez abordables comme cette recette de Fantastik aux framboises et pistaches. Les étapes peuvent paraître longues mais avec un petit peu d’organisation c’est à la portée de tous.

A la base il s’agissait d’un fantastik fraise pistache et fraise des bois avec des pistaches caramélisées. Je l’ai un peu adapté à mon goût en remplaçant les fraises par des framboises et les pistaches caramélisées par des éclats de nougatine de pistaches. Donc ce Fantastik est composée d’une pâte sablée, d’un biscuit Trocadéro pistache moelleux, d’une mousse aérienne à la pistache, de framboises fraîches, de nougatine de pistache et de feuilles de menthe.

Ce dessert est vraiment merveilleux et équilibré. Il est très léger en bouche et frais. Profitez donc des dernières framboises pour le réaliser d’urgence !

Fantastik framboise2

Pour 8 personnes
( 20 SP/part)

LA VEILLE

Crème chantilly ivoire/pistache
250 g de crème liquide à 35% de M.G
75 g de chocolat blanc de couverture (ivoire de Valhrona de préférence)
20 g de pâte de pistaches
1 g de fleur de sel

Faire bouillir la crème dans une casserole avec la fleur de sel. Hacher le chocolat et le placer dans un saladier avec la pâte de pistache. Verser la crème bouillante et attendre 2 minutes. Mélanger avec une maryse afin d’obtenir une préparation homogène. Mixer le tout avec un blender ou un mixeur plongeant. Filmer la préparation au contact et placer au frais une nuit.

Confit de framboise 
200 g de purée de framboises
20 g de sirop de glucose
2 g de pectine NH (ou 1 càc de confiture de framboise)

Verser la purée de framboise, le glucose et la pectine dans une casserole. Mélanger et porter à ébullition. Mixer, laisser refroidir et filmer la préparation au contact puis placer au frais.

Fantastik framboise1.2

LE JOUR J 

Attention les deux étapes qui vont suivre sont la pâte sablée et le biscuit Trocadéro pistache. Il est important de peser et préparer les ingrédients des deux préparations avant de les commencer. En effet, il faudra préparer le biscuit Trocadéro pendant la cuisson de la pâte sablée, en pesant en avance les ingrédients vous gagnerez un temps précieux.

Pâte sablée
90 g de beurre mou
35 g de sucre glace
1 g de fleur de sel
80 g de farine

Préchauffer le four à 180°. Tamiser le sucre glace et la farine. Les mélanger avec le beurre mou et la fleur de sel. Beurrer un moule à manquer de 18cm de diamètre et placer une feuille de papier cuisson au fond. Verser la préparation et lisser. Faire cuire au four 8 minutes.

Biscuit Trocadéro pistache
55 g de sucre glace
25 g de poudre de pistache
8 g de fécule de pomme de terre
30 g de poudre d’amande
5 g de jaune d’œuf
15 g de pâte de pistache
80 g de blancs d’œufs
20 g de sucre semoule
40 g de beurre

Mixer finement le sucre glace, la poudre de pistache, la fécule et la poudre d’amande. Mélanger à l’aide d’un fouet les poudres mixées et le jaune d’oeuf, la pâte de pistache et 40 g de blanc d’oeufs. Monter au fouer les 40 g de blancs restants et les serrer avec le sucre. Ajouter les blancs montées à la préparation précédente puis ajouter le beurre fondu à 45°.
Répartir la préparation sur le sablé et faire cuire 15 minutes.

Nougatine de pistaches
50 g de pistaches concassées
50 g d’eau
50 g de sucre semoule
1 g de fleur de sel

Préchauffer le four à 160°. Placer l’eau et le sucre dans une casserole et porter à ébullition. Ajouter les pistaches et le sel et mélanger. Verser la préparation sur une toile Silpat (toile silicone) et enfourner 10 minutes. Laisser refroidir puis concasser grossièrement.

Dressage
125 g de framboises
Quelques feuilles de menthe fraîche

Étaler le confit de framboises sur le biscuit Trocadéro. Monter la crème en chantilly à l’aide d’un fouet. Placer la chantilly dans une poche à douille munie d’une douille unie. Réaliser des points de chantilly sur le biscuit Trocadéro. Répartir les framboises, ajouter les éclats de nougatines et les feuilles de menthe fraîche.

Fantastik framboise

Manon