Macarons à la ganache au caramel au beurre salé de C. Felder

macarons caramel beurre salé felder4

Coucou tout le monde, après des semaines exténuantes je reviens avec ma recette préférée de macarons pour me faire pardonner. Lorsque j’ai besoin envie de séduire les papilles de mon entourage je n’hésite pas une seule seconde : cette recette de macarons est tout bonnement la chouchoute de mes collègues, amis et membres de ma famille. C’est vrai que l’amande et le caramel s’allient d’une divine façon, la pointe de sel vient rehausser le goût fruité du macaron et casser un peu le côté sucré du biscuit. Pour les coques je garde la même recette, je les ai simplement saupoudré de gavottes brisées ce qui apporte un peu de croquant et fait un rappel avec la petite touche de sel. Bon je sais que c’est assez vu revu et corrigé mais j’aime tellement ces macarons qu’il était indispensable que je vous fasse partager cette recette. Hé puis j’ai été longtemps en quête d’une ganache au caramel salé parfaite et je l’ai trouvé chez Monsieur Felder rien de bien étonnant ;)
Bon est-il utile de vous dire que vos blogs me manquent terriblement ? En ce moment je suis sur dix milles projets, dix milles activités et je ne vois plus le jour mais je vous en dirai plus très bientôt. J’espère que vous me bouderez pas trop hein ?

Pour une trentaine de macarons de 4cm :

Ingrédients pour les coques
100 gr de poudre d’amandes
100 gr de sucre glace
25ml d’eau
100 gr de sucre
2 x 37 gr de blancs d’oeufs (séparés des jaunes et mis à température ambiante dans un tupperware fermé la veille ou quand on oubli passé quelques secondes au micro-ondes en mode décongélation /!\ il faut surveiller pour pas que les blancs cuisent!!)
1 pincée de sel
Du colorant jaune et rouge

Pour la ganache
140g de sucre en poudre
65g de crème liquide entière
100g de beurre salé de bonne qualité (bien froid)

Préparation des coques:

Mixer le sucre glace et la poudre d’amandes, attention de ne pas trop mixer non plus, il ne faut pas que l’amande rende du gras. Passer le mélange au tamis (étape importante si vous voulez que vos macarons soient lisses et beaux).

Dans une casserole, verser l’eau puis le sucre au centre. Mélanger légèrement pour que le sucre soit dissout dans l’eau.

Allumer le feu sur feux doux. Placer le thermomètre dans la casserole. Verser 37 gr de blanc d’oeuf avec une pincée de sel dans un saladier que vous poserez à côté de votre gazinière (ou dans la cuve de votre robot). Lorsque le sirop de sucre atteint une température de 114°c , commencer à battre les blancs en neige.

Lorsque la température atteint 118-119°c, verser délicatement CONTRE la paroi de votre saladier contenant les blancs en neige le sirop de sucre. Le sirop ne doit pas toucher les fouets du robot. Continuer de battre jusqu’à refroidissement des blancs (moins de 40°).

Diluer le colorant dans les 37g blancs d’oeuf restant afin d’obtenir une couleur orangée soutenue. Verser ensuite ces blancs d’oeufs sur le mélange poudre d’amandes/ sucre glace. Mélangez avec votre maryse. Vous obtiendrez une crème d’amandes.

Versez une petite dose de meringue sur ce mélange d’amandes et mélangez délicatement avec la maryse en soulevant la pâte. Ajoutez le restant de meringue et mélangez. Le macaronnage est difficile il faut mélanger ni trop ni trop peu. La crème doit former un ruban quand on la fait retomber avec la cuillère et doit retrouver une forme lisse sur la surface. Généralement cette pâte de macaron est assez épaisse, il ne faut donc pas hésiter à macaronner franchement.

Garnir votre poche à douille de pâte, avec une douille de 8, et dresser les macarons en quinquonce sur une feuille de papier sulfurisé disposée sur une plaque perforée. Vous pouvez vous aidez en mettant une feuille de gabarit sous la feuille de papier sulfurisé (retirez la quand vous mettez votre plaque au four). Tapez votre plaque sur le plan de travail pour retirer les petites bulles qui peuvent se former à la surface (si votre appareil à macaron est assez liquide zappez cette étape). Laissez croûter une bonne heure (la température de votre pièce joue beaucoup, en hivers on laisse donc croûter bien plus longtemps. Par manque de croûtage vos macarons craquèleront. Un macaron bien crouté doit être sec au toucher). Vers la fin du croûtage, préchauffer le four à 145°.

Pendant le croutage préparer la ganache au chocolat au lait et fruits de la passion (voir ci dessous).

Après le croutage enfourner chacune des plaques 12 à 14 minutes. A mi-cuisson, si vous n’avez pas de chaleur tournante, faire une rotation de 180° de votre plaque et poursuivez la cuisson, vous pouvez également essayer de bloquer votre porte du four avec une cuillère en bois (c’est ce qui marche chez moi). Sortir la plaque et déposer la feuille de papier sulfurisé sur le plan de travail humidifié. Au bout de cinq minutes décoller les macarons et posez-les à l’envers pour les faire sécher.

macarons caramel beurre salé felder3

Préparer la ganache :

Dans une casserole à fond épais, faire un caramel à sec en ajoutant le sucre en trois fois, sans remuer : il doit avoir une jolie couleur ambrée.
Faire bouillir la crème et l’ajouter en filet dans le caramel en mélangeant très rapidement avec un fouet.
Remettre sur feu très doux, et laissez cuire jusqu’à 108°.  Une fois ce degré atteint, ôter la casserole du feu et ajoutez le beurre bien froid coupé en morceaux afin d’arrêter la cuisson.
Émulsionner le tout au mixeur plongeant, jusqu’à l’obtention d’un caramel lisse et parfaitement homogène.

Dresser les macarons : Verser la ganache dans une poche à douille à bout lisse. Garnir généreusement de ganache la moitié des coques. Recouvrir avec les autres coques en  les enfonçant doucement.

Une fois le montage réalisé, placer les macarons au réfrigérateur pour 24 heures minimum avant de déguster.

macarons caramel beurre salé felder2

Manon

Tagliatelles maison (ou non) à la crème de brocolis à la brousse et saumon fumé & lien des premières vidéos en fin d’article

Tagliatelles +á la cr+¿me de brousse au brocoli et saumon

Bonjour à tous, aujourd’hui et pour fêter mon passage dans l’émission Dans la peau d’un chef (qcomment ça je ne parle QUE de ça ?) avec ma super Cop’s Hélène du blog Rock The Bretzel, j’avais envie de lui rendre hommage avec cette recette. Bon c’est qu’un mini hommage puisque je sais que ma chère copine n’est pas une aficionados du saumon mais par contre elle adore la brousse. Je suis également très fan de ce fromage mais n’en trouvant pas partout je n’en consomme que très peu, à tord puisque c’est un fromage très pauvre en calories et pourtant hyper gourmand. Alors comme à chaque fois très inspirée par ses bons petits plats, j’avais mis dans ma "to do list" sa recette de tarte à la brousse, brocolis et lardons. Finalement ma tarte est devenue un plat de tagliatelles mais j’ai gardé le brocoli et la brousse pour réaliser une sauce onctueuse où j’ai rajouté quelques petits dés de saumon fumé. On a vraiment adoré ce plat de saison à la maison, le brocoli et la brousse ça fonctionne hyper bien et avec le saumon c’était parfait. Pour cette recette vous pouvez utiliser des tagliatelles fraîches du commerce ou alors les faire vous-même avec la recette qui suit :

Pour 4 personnes

Pour les tagliatelles maison :

150 g de farine
50 g semoule de blé dur
2 oeufs moyens
1/2 càs d’huile d’olive
1 pincée de sel

sinon

300 g de tagliatelles fraîches

Pour la sauce :

500 g de brocolis
200 g de ricotta
150 g de saumon fumé
20 cl de lait demi écrémé
50 g de parmesan fraîchement râpé
Sel et poivre du moulin

Réaliser les tagliatelles maison :

Faire un puits dans le mélange farine-semoule et y casser les oeufs. Ajouter le sel et mélanger avec une fourchette. Incorporer petit à petit le mélange farine-semoule avec la fourchette. Ajouter l’huile.

Incorporer la farine avec le bout des doigts.

Travailler la pâte avec les paumes de mains jusqu’à obtenir une pâte lisse. Former une boule. La laisser reposer 1 à 2 heures dans un film alimentaire.

Pour étaler la pâte à la machine Prendre environ 60 g de pâte, l’aplatir en disque avec la paume de la main.  La farine légèrement, la passer dans la machine en ouvrant les rouleau au maximum. Replier la pâte en trois avant de la repasser dans la machine. Répéter l’opération jusqu’à obtenir un rectangle régulier. Replier alors la pâte en deux et la repasser dans la machine plusieurs fois en serrant les rouleaux progressivement jusqu’à obtenir une feuille d’1mm d’épaisseur. Repasser cette feuille dans l’accessoire "tagliatelles". Mettre à sécher une dizaine minutes sous un torchon avant de les cuire.

Pour réaliser cette recette sans laminoir vous trouverez un tutoriel avec photo juste ici -CLIC-

Tagliatelles +á la cr+¿me de brousse au brocoli et saumon2

Préparer la sauce : 

Séparer les fleurettes de brocolis du tronc, les laver à l’eau vinaigrée et les faire cuire dans un grand volume d’eau bouillante et salée pendant 10 minutes. Les égoutter et les verser dans le bol d’un blender. Ajoutez la ricotta, le lait, le sel et le poivre, puis mixez jusqu’à obtention d’une crème onctueuse et homogène.

Dans une casserole déposer la sauce et ajouter les dés de saumon. Faire cuire à feux doux quelques instants le temps que le saumon cuise.

Faire cuire les tagliatelles maison (ou non):

Plonger les tagliatelles dans un grand volume d’eau salée et les faire cuire 2 à 3 minutes pour les tagliatelles maison ou selon la durée indiquée sur le paquet.

Dresser :

Dans un grand plat mélanger les tagliatelles et la sauce. Dresser dans des assiettes creuses et parsemer de parmesan fraîchement râpé et de poivre de baies.

*-*-*-*-*

Ah et puis pour ceux qui ont râté les deux premières émissions ou ceux qui veulent les revoir, vous pouvez les retrouver en cliquant :

Emission du 24 février 2014

Emission du 25 février 2014

Sinon vous pourrez me retrouver ce soir à partir de 16h50 sur France 2 mais également jeudi et vendredi sur les mêmes créneaux horaires.

Manon

Dans la peau d’un chef J-1

1016553_1526421374250621_148861695_n

Bonjour à toutes et à tous. Comme je vous l’ai expliqué dans cet article là -CLIC-, j’ai eu l’immense honneur d’être contactée pour être jury de l’émission Dans la peau d’un chef. C’est donc sans grande hésitation que je me suis lancée et je n’ai pas tord. Non seulement j’ai eu la chance de participer à cette incroyable expérience en compagnie de ma super potesse Hélène du blog Rock The Bretzel, mais aussi de rencontrer tout un tas de personnes absolument formidables. C’est donc toute timide et légèrement stressée que je me suis jetée à l’eau. Je pense que les premières dégustations ont été assez balbutiantes mais au final l’équipe a su nous mettre parfaitement à l’aise. D’ailleurs si les membres de l’équipe me lisent je leur fait à tous un gros bisou et les remercie pour leur professionnalisme et leur gentillesse. Je fais aussi de gros bisous aux candidats tous aussi doués les uns que les autres, ce fut un honneur de déguster vos plats ! 

DSC05397

Ce qui m’a particulièrement plu c’est que pendant toute la durée du tournage nous avons vraiment l’impression d’être dans un autre monde et c’était fort dépaysant. Ce qui est tellement habituel chez les intermittents du spectacle était absolument fascinant pour moi et c’est les oreilles grandes ouvertes et les yeux écarquillées que j’ai adoré écouter les gens parler et les regarder travailler.

Bien entendu mes papilles en ont pris plein les mirettes et il a été très difficile de départager les plats tant tout nous plaisait. Alors oui on a dû nuancer avec des notes allant de 0 à 10 bien que le niveau soit tellement élevé que même les plats ayant récolté par exemple un 6 ou un 7, ont trouvé vraiment grâce à nos yeux. Et je pense pouvoir parler pour deux en disant que ces plats-là, on pourrait les déguster sans problème tous les jours s’il le fallait!

IMG_20140113_195133

Cette expérience a été très enrichissante et puis époustouflante. Je ne suis pas prête de l’oublier! J’ai été forcément ravie et honorée une fois de plus de rencontrer Mr Michalak ainsi que Mr le Chef invité (je n’ai pas le droit de révéler son nom avant la diffusion de l’émission petits curieux!).

20140110_113512 (1)

Aussi je tenais à préciser aux détracteurs qu’il n’y a aucune triche ni trucage. Les dégustations se font à 100% à l’aveugle (nous n’avions de fait pas le droit de regarder les candidats cuisiner) et les gagnants sont élus exclusivement grâce aux moyennes de nos notes! 

Donc si vous souhaitez découvrir l’émission et revivre cette expérience avec moi: rendez vous la semaine prochaine du lundi au vendredi à 16h50 sur France 2 !

Ah oui, je vous demanderai d’être indulgent sur nos prestations car n’étant pas des habituées de la caméra, l’exercice était un peu périlleux !!!

Manon

Les Cannelés Bordelais – I got it !

Cannelés Bordelais3

Bon les cannelés c’est un peu comme les macarons, on essaie 1001 recettes avant d’être satisfait si un jour ça arrive. Parfois après de multiples ratages on se dit qu’on réussira jamais de toute façon car on a pas les fameux moules en cuivre à 30€ pièce. Pour ma part j’ai décidé de mettre au diable  la fatalité de "t’as pas, tu fais pas", parce que c’est un peu la même histoire que les macarons et le four à chaleur tournante. Ça non je n’ai pas mis mon super four à chaleur statique aux ordures pour un four à chaleur tournante qui m’aurait permis d’obtenir facilement des macarons "collereteux". Je me suis plutôt mise en quête de la recette qui convient à mon four et pas l’inverse. Donc les macarons ne m’ont pas résisté longtemps et les cannelés ben c’est pareil! Bah oui car bien que j’adore ça, je réalise des cannelés une fois l’an et je vais pas me ruiner avec des moules en cuivre pour ça (j’ai déjà bien assez de bazar de toute façon dans mes placards). Dans le coup grâce à Mercotte et ses conseils avisés, j’ai réussi à obtenir des cannelés absolument parfaits avec des moules souples (dans ta face le cuivre). Allez lancez-vous, le résultat vaut vraiment le détour !

Cannelés Bordelais2

A préparer la veille
Préparation : 10 mn

1/2 litre de lait frais entier
25g de beurre (salé pour moi)
2 œufs entiers et 2 jaunes
1 gousse de vanille fendue et grattée
100 g de farine
200 g de sucre muscovado cassonnade
15cl 10 cl de rhum

Porter à ébullition le lait avec la vanille et le beurre.

Pendant ce temps, dans le bol du robot ou à la main, mélanger la farine et le sucre.

Incorporer les oeufs légèrement battus en une seule fois. Ajouter progressivement le lait bouillant fin d’obtenir une pâte fluide comme une pâte à crêpes.

Laisser refroidir, puis ajouter le rhum. Verser le mélange dans une bouteille d’eau minérale par exemple et réserver au réfrigérateur 24 heures au minimum, 48 heures au maximum.

Le jour de la dégustation :

Si vous possédez un four à chaleur tournante qui monte jusqu’à 300° : préchauffer le four position chaleur tournante à 300°. Sortir la pâte du frigo et remplir les moules au ¾ au moins une heure avant la cuisson.
Enfourner pendant 6 minutes à 300° puis baissez la température à 180° et poursuivez la cuisson pendant 1 heure.

Si non, si vous possédez un four plus "classique" : préchauffer le four à 250°. Sortir la pâte du frigo et remplir les moules au ¾ au moins une heure avant la cuisson. Enfourner pendant 11 minutes à 250° puis baisser la température à 180° et poursuivre la cuisson pendant 1 heure.

Laissez tiédir dans les empreintes avant de démouler, puis retournez les. Les cannelés se détachent sans problème.

Cannelés Bordelais

Cannelé avec sa version baby, trop chou non ?

 

Manon

 

<3 Gaufres au saumon façon Thaï, dîtes-le avec des gaufres <3

Gaufres faaçon thaï au saumon

Bien qu’aujourd’hui ce ne soit pas hyper dans le coup de se prendre aux jeux des fêtes "commerciales", moi j’aime bien car c’est tout autant d’occasions de faire de la popote à thème! Et puis concrètement j’aime enfin j’adore recevoir des cadeaux et dîner aux chandelles pour fêter l’amuuuur (oui oui je sais que y a pas besoin de date pour ça et nianiania :p)! Enfin, que vous ayez ou non envie de marquer le coup, laissez-moi vous partager ma recette de gaufres salées (bon ok vous êtes pas obligés de les faire en forme de cœur). J’ai imaginé cette recette façon thaï pour changer et rendre la chose un peu plus chic! J’ai été particulièrement séduite par ces gaufres que je trouve pleines de pep’s. Le fromage frais apporte un petit plus "fraîcheur" très agréable. Tous les ingrédients de la recette sont assez faciles à trouver dans les épiceries exotiques.

gaufres découpe

Ingrédients pour 12 gaufres

2 tranches de saumon fumé (environ 80 g)
150 g de farine
1 cuillère à café rase de levure chimique
1 gros oeuf
200 ml de lait de coco
50 ml de lait
1 cuillère à soupe de pâte de curry verte
2 à 3 feuilles de combava finement ciselées (ou le zeste d’un citron combava ou encore un peu de basilic thaï ou de coriandre)
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 pincée de sel et de poivre fraîchement moulu

150 g de fromage frais allégé
5 à 6 brin de ciboule
Le jus d’un citron

Mélangez la farine et la levure.

Dans un saladier, battez l’oeuf avec un fouet. Incorporez les deux laits et l’huile. Ajoutez la pâte de curry verte puis la farine et le sel, le poivre et le combava. Ajoutez le saumon coupé en petites lamelles. Laissez reposer 30 min

Faites cuire les gaufres en déposant l’équivalent d’une grosse cuillère à soupe de pâte dans chaque emplacement du gaufrier, préalablement graissé.

Une fois cuites, laissez-les refroidir sur une grille.

Pendant ce temps mélanger le fromage frais avec la ciboule ciselée et le jus de citron.

Dressez le fromage frais à l’aide d’une poche à douille sur les gaufres.

Gaufres faaçon thaï au saumon2

Manon

Macarons Mogador, quand l’alliance chocolat au lait et fruit de la passion vous font tomber amoureuse de Pierre Hermé

Macarons Mogador

 

Après mes péripéties voituresques j’ai eu un grand besoin de réconfort. Et quoi de plus réconfortant que de se prendre la tête à peser au milligramme près de la poudre d’amandes, du sucre glace et du blanc d’œuf pour obtenir de sublimes macarons (ou pas car parfois allez savoir, ils n’en font qu’à leur tête). Non sérieusement j’adore réaliser les macarons pour la simple et bonne raison que tout ce travail de fourmi me plait beaucoup et j’adore passer des après midi entier à macaronner. D’ailleurs je devrai penser à en faire commerce vu qu’à la maison je suis la seule à aimer ça et ma balance commence à plus trop aimer, elle!

Bon toujours est-il que maintenant que je maîtrise la confection des coques je suis à la recherche intensive de nouvelles ganaches (si vous avez des idées faîtes péter!), donc ça va de soi qu’il fallait que je teste le célèbre macaron Mogador de Pierre Hermé. Je ne connaissais pas l’alliance fruit de la passion + chocolat au lait. En réalité je suis pas très adepte de l’association fruit + chocolat (en dehors du chocolat blanc dont le goût est léger). Mais après avoir lu tant de louanges au sujet de ce mariage de saveurs je n’ai pas eu peur et moi aussi j’ai sauté le pas. Et je ne l’ai pas regretté. Cette alliance est purement et simplement une tuerie, c’est d’une finesse extrême et d’une grande subtilité. Ça fait des petits zigouigouis dans les papilles et c’est un pur bonheur. Le chocolat au lait onctueux et rond en bouche vient équilibrer la grande acidité du fruit de la passion qui quant à lui donne du pep’s à cette ganache. Du coup maintenant j’ai envie de tester tout plein de pâtisserie avec du chocolat au lait et du fruit de la passion tellement j’ai été séduite par ce mélange.

Pour une trentaine de macarons de 4cm :

Ingrédients pour les coques
100 gr de poudre d’amandes
100 gr de sucre glace
25ml d’eau
100 gr de sucre
2 x 37 gr de blancs d’oeufs (séparés des jaunes et mis à température ambiante dans un tupperware fermé la veille ou quand on oubli passé quelques secondes au micro-ondes en mode décongélation /!\ il faut surveiller pour pas que les blancs cuisent!!)
1 pincée de sel
Du colorant jaune et rouge

Pour la ganache
50g de beurre doux à température ambiante
225g de chocolat Jivara (Valhrona) ou de chocolat au lait à 40% de cacao minimum
5 gros fruits de la passion (pour obtenir 125g de jus)

Préparation des coques:

Mixer le sucre glace et la poudre d’amandes, attention de ne pas trop mixer non plus, il ne faut pas que l’amande rende du gras. Passer le mélange au tamis (étape importante si vous voulez que vos macarons soient lisses et beaux).

Dans une casserole, verser l’eau puis le sucre au centre. Mélanger légèrement pour que le sucre soit dissout dans l’eau.

Allumer le feu sur feux doux. Placer le thermomètre dans la casserole. Verser 37 gr de blanc d’oeuf avec une pincée de sel dans un saladier que vous poserez à côté de votre gazinière (ou dans la cuve de votre robot). Lorsque le sirop de sucre atteint une température de 114°c , commencer à battre les blancs en neige.

Lorsque la température atteint 118-119°c, verser délicatement CONTRE la paroi de votre saladier contenant les blancs en neige le sirop de sucre. Le sirop ne doit pas toucher les fouets du robot. Continuer de battre jusqu’à refroidissement des blancs (moins de 40°).

Diluer le colorant dans les 37g blancs d’oeuf restant afin d’obtenir une couleur orangée soutenue. Verser ensuite ces blancs d’oeufs sur le mélange poudre d’amandes/ sucre glace. Mélangez avec votre maryse. Vous obtiendrez une crème d’amandes.

Versez une petite dose de meringue sur ce mélange d’amandes et mélangez délicatement avec la maryse en soulevant la pâte. Ajoutez le restant de meringue et mélangez. Le macaronnage est difficile il faut mélanger ni trop ni trop peu. La crème doit former un ruban quand on la fait retomber avec la cuillère et doit retrouver une forme lisse sur la surface. Généralement cette pâte de macaron est assez épaisse, il ne faut donc pas hésiter à macaronner franchement.

Garnir votre poche à douille de pâte, avec une douille de 8, et dresser les macarons en quinquonce sur une feuille de papier sulfurisé disposée sur une plaque perforée. Vous pouvez vous aidez en mettant une feuille de gabarit sous la feuille de papier sulfurisé (retirez la quand vous mettez votre plaque au four). Tapez votre plaque sur le plan de travail pour retirer les petites bulles qui peuvent se former à la surface (si votre appareil à macaron est assez liquide zappez cette étape). Laissez croûter une bonne heure (la température de votre pièce joue beaucoup, en hivers on laisse donc croûter bien plus longtemps. Par manque de croûtage vos macarons craquèleront. Un macaron bien crouté doit être sec au toucher). Vers la fin du croûtage, préchauffer le four à 145°.

Pendant le croutage préparer la ganache au chocolat au lait et fruits de la passion (voir ci dessous).

Après le croutage enfourner chacune des plaques 12 à 14 minutes. A mi-cuisson, si vous n’avez pas de chaleur tournante, faire une rotation de 180° de votre plaque et poursuivez la cuisson, vous pouvez également essayer de bloquer votre porte du four avec une cuillère en bois (c’est ce qui marche chez moi). Sortir la plaque et déposer la feuille de papier sulfurisé sur le plan de travail humidifié. Au bout de cinq minutes décoller les macarons et posez-les à l’envers pour les faire sécher.

Préparer la ganache : Couper le beurre en morceaux. Écraser à l’aide d’une cuillère la chair des fruits de la passion dans un tamis afin d’obtenir 125g de jus.

Porter ce jus des fruits à ébullition. Pendant que le jus chauffe, commencer à faire fondre doucement le chocolat haché au bain-marie. Quand il est à moitié fondu, verser en trois fois le jus chaud sur le chocolat.

Dès que la température du mélange atteint 60°C, incorporer peu à peu les morceaux de beurre. Mélanger jusqu’à ce que la ganache soit lisse. Verser dans un plat à gratin, coller au contact de la ganache un film plastique et réfrigérer jusqu’à complet refroidissement. Vous obtiendrez une consistance crémeuse.

Dresser les macarons : Verser la ganache dans une poche à douille à bout lisse. Garnir généreusement de ganache la moitié des coques. Recouvrir avec les autres coques en  les enfonçant doucement.

Une fois le montage réalisé, placer les macarons au réfrigérateur pour 24 heures minimum avant de déguster.

Manon

Pâte à crêpes, la recette"ultime", joyeuse Chandeleur à tous + petit retour sur mes mésaventures…

Crêpes l'ultime recette3

Coucou tout le monde. Je vous dois des excuses puisque ces derniers jours j’ai joué aux abonnés absents sur vos blogs. Il faut que je vous raconte mes mésaventures de ces derniers jours… Mardi soir, je rentrais du travail et passais par le chemin habituel c’est à dire la forêt. Il faisait nuit et il pleuvait mais j’étais concentrée sur la route et je conduisais prudemment. Puis arrive une voiture à toute vitesse et je la vois mordre très largement la ligne médiane, la route étant plutôt étroite je donne un coup de volant à droite pour l’éviter. Cela provoque alors un aquaplaning ce qui fait que je n’ai plus aucun contrôle de mon véhicule qui fonce droit vers la forêt, je redonne un coup de volant à gauche pour modifier la trajectoire et là je fais un tête à queue qui me propulse de l’autre côté de la route (là je remercie le ciel ou chépaki car aucune voiture n’est arrivée en face, sur cette route à 90km/h je pense que ça aurait fait très mal), s’en suit d’un second tête-à-queue puis un troisième qui finit par me propulser violemment sur la butée du fossé de droite. Je vois les arbres arriver droit devant donc je lache mon volant et me protège là tête. C’est à ce moment que je vois toute ma vie défiler et que je me dis que c’est fini. Avec la prise de vitesse la voiture fait un bon et en atterrissant lourdement s’enlise dans la terre mouillée et se stoppe net. C’est là que j’ai eu beaucoup de chance car sans ça je me serais pris un arbre en pleine face. Du coup mes pensées se brouillent, je sais plus trop où j’habite, ma voiture fume beaucoup, je reste bloquée sous le choc. Grâce à un conducteur bien veillant qui s’est arrêté j’arrive à sortir de ma voiture et je constate les dégâts : tout l’avant de ma voiture est arraché, il y des morceaux de carrosserie et pièces diverses un peu partout. Et là je réalise et je me mets à pleurer pleurer et encore pleurer. J’appelle une dépanneuse qui viendra me chercher 3/4 d’heure plus tard. Ah oui autant vous préciser que le conducteur qui m’a fait avoir cet accident m’a clairement vu faire ma sortie de route mais ne s’est pas arrêté…

Résultat des courses après ma nuit de sommeil j’ai mal partout, j’ai des flashs de l’accident. Je vais voir mon médecin qui me dit de faire des radios et en me palpant qui me fait remarquer que je me suis pas loupée au niveau contracture. Finalement la radio ne donnera rien de très grave (heureusement) mais après plusieurs jours j’ai toujours mal au cou, au dos et aux côtes et je suis vraiment choquée. Ah oui aussi, cet accident me déleste de la modique somme de 540 € (220€ de franchise et 10% des 3200€ de réparations…) Voilà ce qui explique que j’ai été en mode "out" ces quelques jours et que j’ai complètement zappé la blogosphère et mes fourneaux.

Crêpes l'ultime recette

Aujourd’hui c’est la Chandeleur et j’ai décidé de reprendre du poil de la bête. J’ai choisi d’essayer la recette nommée "les crêpes : la recette ultime!" du blog C’est ma fournée. Alors avec un nom aussi évocateur on est forcément piqué de curiosité. Je me suis un peu reconnue en Valérie qui dit d’elle-même qu’elle est une maniaque de la crêpe. En effet, depuis des années j’essaie de refaire les crêpes de momân mais le hic c’est qu’elle n’a pas de recette, qu’elle fait tout à vu de nez et que ses crêpes sont TOUJOURS à tomber. Moi j’ai jamais réussi à faire les mêmes. C’est alors que ma grande quête de la crêpe a débuté et je dois avouer que je n’ai jamais trouvé THE recette de crêpe qui tue tout (souvent trop fades, trop caoutchouc, trop fines…) . Et puis je suis tombée sur la recette de Valérie qui l’a tellement bien vendue que je me suis empressée de la réaliser. Résultat ? Hé bien là je dis OUI, les crêpes sont légères et moelleuses, hyper goûtues et ne manquent de rien. Alors attrapez donc vos calepins et notez :

500g de lait entière (pour moi 400 g de lait 1/2 écrémé et 100g de crème entière)
200g de farine type 45
4 oeufs "bio"
60g de sucre (vous pourrez en ajouter plus selon votre goût)
60g d’eau
3g de sel
20g de beurre fondu
30g de rhum et une gousse de vanille  (pour moi 20 g de rhum on suffit) OU 30g de Grand-Marnier et les zests d’une orange bio
Pour une réalisation au blender : commencer par mettre les œufs, le lait, l’eau, le sucre, le sel et l’alcool (et la vanille ou les zestes) et le beurre fondu dans le blender. Ajouter enfin la farine et mixez sans attendre à vitesse maximale pendant une minute.
Pour une réalisation au robot ou à la main : fouetter un peu les œufs avec le sucre et le sel et la vanille (ou les zestes), puis ajouter la farine et fouetter à nouveau. Mélanger ensemble l’eau, le lait et l’alcool, et les ajouter tout doucement, tout en fouettant. Ajouter enfin le beurre fondu : le mélange doit être homogène.
Laisser reposer la pâte à crêpes deux heures (c’est important!).
Puis après le temps de repos faîtes sauter les crêpes à feu vif dans une poêle légèrement huilée ou non (tout dépend si votre poêle attache). Disposer les crêpes entre deux assiettes ce qui leur permettra de garder leur moelleux avant d’être dégustées.
Crêpes l'ultime recette2
Manon

Muffins au beurre de cacahuètes et cranberries, enfourchez votre canasson et faîtes iiiihhaaa

Muffins beurre de cacahu+¿tes et cranberries

Hi guys, aujourd’hui je vous propose une recette à l’américaine baby! J’ai totalement craqué pour ces muffins un poil rustique qui m’ont littéralement propulsé sur une botte de paille texane, une brindille à la bouche, un chapeau sur la tête qui dodeline au son du banjo. En plus d’être vraiment à tomber, ces muffins hyper moelleux plaisent même au réfractaire de la cramberrie et vous offrent des vacances pas chères. La classe à l’américaine quoi ! So let’s go to the receipe guys

Muffins beurre de cacahu+¿tes et cranberries3

250g de farine.
100g de cassonade
1 sachet de levure chimique
1 œuf
20 cl de lait
150g de beurre de cacahuètes
100g cranberries
60g de beurre fondu demi-sel

Préchauffer le four à 180°.

Mettre la farine et la levure dans un bol. Ajoutre le sucre et les cranberries.

Ajouter l’œuf , le beurre de cacahuètes,  le beurre fondu et le lait.

Mélanger rapidement sans trop insister.

Beurrez des moules à muffins et versez-y la préparation.

Enfourner pour 25mn.

 Muffins beurre de cacahu+¿tes et cranberries4

 

Manon

Croziflette version Savoie, enfin il fait (un peu) froid !

Croziflette

Hé oui enfin la température descend. Ohhh je sais qu’en disant ça je ne vais pas me faire que des amis mais selon moi c’est tout à fait normal qu’il fasse froid en hivers. C’est signe que la planète ne disjoncte pas trop et honnêtement un mois de janvier comme un mois d’octobre ne présage rien de bon. Mes théories : hivers très froid et prolongé jusqu’en avril ou été pourri! Comment ça ce sont des prédictions de grand-mère ? Non non mais j’apprends plein de chose à force de bosser à la campagne, bientôt je pourrai prévoir le temps qu’il fera en regardant voler les oiseaux ^^ Breffff toujours est-il que j’avais envie d’un plat bien réconfortant de saison : la croziflette ! Une tartiflette où l’on remplace les pommes de terre par des crozets (pâtes au sarrasin). En inconditionnelle des plats de pâtes je raffole de cette recette jusqu’à bouder la "real" tartiflette. J’ai préparé cette croziflette avec de l’Apremont (voir ci-dessous) et des dés de saucisson de salaison (voir ci-dessous). Vous pouvez cependant la déguster sans vin blanc et en remplaçant le saucisson de salaison par des lardons.

logo

Pour réaliser cette recette j’ai utilisé des produits que "Marque Savoie" m’a fait découvrir. En fait "Marque Savoie" valorise les produits et les services de Savoie et de Haute-Savoie répondant à des critères d’origine et de qualité. J’ai donc eu la chance de pouvoir déguster des produits de qualité artisanale d’origine 100% Savoie. "Marque Savoie" choisi des partenaires dont ils partagent une éthique basée sur des valeurs fortes concernant l’environnement et le développement durable, le progrès social et sociétal, l’ancrage territorial et la promotion globale des Pays de Savoie. Touchée par cette déontologie j’ai été d’autant plus heureuse de goûter les produits proposés.

Parmis les produits goûtés :
Une bouteille d’Apremont : Un vin blanc sec qui porte des arômes de fleurs d’alpage, chèvrefeuille, rose, jasmin et amandes vertes. Il se déguste à une température de 8° et se boit dans l’année en accompagnement de fruits de mer, poissons, poule au riz, fondue savoyarde et raclette. Pour ma part je l’ai utilisé dans cette recette de croziflette et c’était absolument divin.

Un paquet d’abondance râpé : un fromage d’une grande finesse aux saveurs fruitées, son goût de noisette et sa légère pointe d’amertume est arrondi par une pâte souple et fondante.

Du saucisson de salaison

Un paquet de crozets : les crozets étaient traditionnellement fabriqués par la ménagère, avec de la farine de blé tendre, de blé noir ou de sarrasin. Aujourd’hui, la recette d’origine n’a pas changé et les crozets ont conservé leur bon goût de terroir.

Pour 4 personnes

400 g de crozets au sarrasin
150 g de saucisson de salaison (ou 1 gros paquet de lardons)
2 oignons
1 reblochon
20cl de crème fraîche liquide
10 cl d’Apremont (ou de vin blanc sec)
Sel et poivre

Cuire les crozets dans un grand volume d’eau salée à ébullition selon les instructions du paquet (20 mn généralement, attention aux crozets "spécial cuisson rapide").

Préchauffer le four à 180°.

Émincer les oignons et tailler le saucisson de salaison en petit cubes. Faire blondir l’ensemble. Déglacer avec l’Apremont.

Verser les crozets égouttés dans un plat à gratin. Arroser de crème fraiche, et mélanger les oignons et lardons aux crozets. Saler légèrement et poivrer.

Disposer des tranches de reblochon sur le gratin (comme une tartiflette).

Mettre au four à 180° une dizaine de minutes pour faire fondre le reblochon et gratiner.

Croziflette2

Manon

Mini-choux à la chantilly de foie gras au Pineau des Charentes, rien ne se perd, tout se transforme !

Choux à la mousse de foie grs

Je reviens toute tourne-chamboulée de mes deux jours de tournage pour l’émission Dans La Peau D’un Chef (ou DLPDC comme le disent ceux qu’ont la classe). J’ai encore des étoiles plein les yeux, des paillettes plein les papilles et des souvenirs plein la caboche. Je ne peux pas trop m’épancher sur le sujet mais sachez que je me suis régalée, que j’ai fait de superbes rencontres et que bon j’ai un peu envie de faire ça toute ma vie quoi ! Il me tarde donc que l’émission soit diffusée pour tout vous dire niark niark!

Bon sinon après Noël j’avais pas mal de restes de foie gras sur les bras. N’ayant pas envie de le manger "tel-quel" j’ai eu envie de le cuisiner sous la forme de mini-choux à grignoter pour l’apéro. Bon y a rien de trop révolutionnaire dans cette recette mais ça marche vraiment bien, c’est absolument délicieux surtout avec le Pineau-bien-dché-nous-ma-brave-dame (remplaçable par un autre vin cuit type Porto ou par exemple un vin moelleux comme le Sauterne ou le Coteau-du-Layon…). Donc du coup, si vous recevez et que comme moi il vous reste du foie gras (ou pas car la recette ne contient que 150g de foie gras pour une cinquantaine de mini-choux donc vous pouvez diviser la recette à votre guise et finalement c’est plutôt bon marché), hé bien lancez-vous. Ah oui et inutile de dire que j’suis à la ramasse parce que c’est une recette de Noël je vous répondrai juste que je suis très en avance cette année ahah (et puis  le foie gras j’ai lu quelque part qu’on a le droit d’en manger toute l’année) !

Pour une cinquantaine de mini-choux :

125 ml d’eau
50 gr de beurre
75 g de farine
1/2 càc de sel
1 càc de levure
2 gros œufs (ou 3 petits)

150 g de foie gras
200 ml de crème entière
50 ml de Pineau des Charentes (ben t’es chauvin ou tu l’es pas quoi, sinon t’utilises du Porto pardi!)

Préparer les choux : péchauffer le four à 210°. Mettre l’eau et le beurre dans une casserole et porter à ébullition. Lorsque le mélange boue, retirer la casserole du feu et ajouter directement et d’un seul coup la farine, le sel et la levure. Remuer jusqu’à ce que la pâte se décolle toute seule des bords de la casserole et ne fasse plus qu’une masse.

Laisser refroidir légèrement. Puis ajouter le 1er œuf et mélanger jusqu’à l’absorption complète de celui-ci par la pâte. Ensuite, recommencer avec l’autre œuf.

Déposer sur du papier cuisson des cuillères à café de pâte en les espaçant.

Faire cuire 15 min à 20 minutes (cela dépend des fours, chez moi c’est plus 20 minutes). L’important est de ne pas ouvrir le four en début de cuisson afin que les choux ne s’effondrent pas en cours de cuisson.

Réaliser la chantilly de foie gras : couper le foie gras en morceaux et le faire fondre doucement dans une casserole avec la crème liquide sur feu doux. Mixer la préparation. Ajouter le Pineau (ou le Porto). Verser la préparation dans un saladier, laisser refroidir puis placer au frais plusieurs heures.

Une heure avant de servir, monter la préparation au foie gras en mousse avec le batteur électrique.

A l’aide d’un couteau aiguisé découper délicatement la partie supérieure des mini-choux (ou le "chapeau si vous préférez).

Placer la mousse dans une poche à douille avec une douille cannelée et garnir les petits choux.

Au moment de servir saupoudrer de fleur de sel et de poivre de baies fraîchement moulues.

Choux à la mousse de foie grs2

Manon