Paris-Brest de Conticini

paris-brest

S’il y a bien une pâtisserie qui vient réveiller les classiques c’est celle-ci. Le Paris-Brest souffre de plus en plus d’une réputation de gâteau du dimanche plan-plan, écœurant et trop sucré. Cela est sans doute dû à sa crème au beurre qui n’a plus vraiment sa place dans les gâteaux actuels. Le grand Conticini a donc proposé sa revisite de ce célèbre gâteau pour le plus grand plaisir des gourmands. Aujourd’hui sa version est diamétralement opposée même si on trouve toujours les fondamentaux : une pâte à choux et une crème au beurre pralinée. La différence résulte dans la finesse du gâteau : une pâte à choux surmontée d’un craquelin qui  apporte un croquant et une pointe de sel très agréable et un mariage divin avec une crème aérienne au praliné maison dans laquelle se cache un insert de praliné pur qui vient booster l’ensemble. Vous l’aurez compris : cette version est donc une pure merveille et même si elle a en commun avec son ancêtre le nom, elle en reste tout de même une pâtisserie exceptionnelle.

Pâte de praliné maison (vous pouvez acheter de la pâte déjà prête, mais le résultat sera moins bon)

150 g de sucre
100 g d’amande
200 g de noisettes

Faire torréfier les amandes et les noisettes dans une poêle ou une casserole et cuire le tout à feu moyen en mélangeant constamment avec une cuillère en bois jusqu’à ce que la peau des fruits secs se détache toute seule. Ajouter le sucre et mélanger constamment.
Chauffer le mélange jusqu’à que le sucre fonde et caramélise en enrobant les amandes et les noisettes. Attention le mélange ne doit pas trop brunir.
Une fois que le caramel enrobe bien les amandes et les noisettes, verser le mélange sur une surface plate recouverte de papier sulfurisé.
Bien l’étaler uniformément à l’aide d’une cuillère en bois et laisser refroidir complètement.
Dès que le caramel a refroidi et a durci, le casser en petits morceaux.
Placer les morceaux dans un mixeur, et mixer en arrêtant de temps en temps votre robot pour ne pas qu’il chauffe trop.
On obtient alors dans un premier temps, une poudre : le pralin.
Continuer de mixer avec des pauses plus moins longues (très important à respecter pour que votre robot ne vous lâche pas en cours de route) jusqu’à obtenir une pâte liquide.

Le craquelin

40g de beurre doux
50g de sucre roux
50g de farine
1 pincée de fleur de sel.

Dans le bol du robot et avec la feuille (fouet plat) ou à défaut dans un cul-de-poule, mélanger la farine, la cassonade et la fleur de sel, ajouter le beurre mou et pétrir quelques minutes à vitesse moyenne pour obtenir une pâte homogène. Faire une boule et étaler la pâte sur 3/4 mm d’épaisseur entre deux feuilles de papier sulfurisé. A l’aide d’un emporte-pièce détailler des rond de 3 à 4 cm de diamètre selon le diamètre de vos choux. Réserver au réfrigérateur.

La pâte à choux 

125g d’eau
2g de sel
2g de sucre semoule
60g de beurre
80 g de farine T45
125g d’œufs entiers
Sucre glace pour la finition.

Chauffer le four à 180° chaleur statique. Porter à ébullition l’eau, le sel, le sucre et le beurre. Hors du feu ajouter en une seule fois la farine tamisée. Remettre sur le feu et dessécher à feu doux et à la spatule 2 min jusqu’à ce qu’une fine pellicule se forme au fond de la casserole. Mettre le pâton dans le robot muni du fouet plat, faire tourner un peu pour le refroidir avant d’incorporer les œufs légèrement battus petit à petit à vitesse moyenne, attendre que la pâte soit bien homogène avant chaque ajout. Arrêter de mélanger quand elle a un aspect satiné. Le sillon d’une ligne tracée avec le doigt dans la pâte doit se refermer. Si la pâte est drop sèche vous pouvez ajouter un petit peu d’oeuf battu (attention, il faut y aller doucement pour ne pas obtenir une pâte trop liquide) Dresser en couronne 8 choux de 4 cm de diamètre sur la plaque recouverte de papier cuisson (il reste de la pâte à choux, vous pouvez dresser des petits choux individuels). Poser les disques de craquelin dessus. Faire cuire 35 min/40 min sans ouvrir le four. Laisser refroidir à température ambiante.

La crème mousseline au praliné

1/4 l de lait entier
½ gousse de vanille fendue en deux
50g de sucre semoule
2 jaunes d’œufs
10g de farine T45
10g de maïzena
150g de beurre d’excellente qualité type Charentes-Poitou
75g de praliné

Tamiser la farine et la maïzena. Dans un cul de poule, mélanger le sucre et les jaunes puis les farines. Faire bouillir le lait avec les graines de la gousses de vanille, en mélanger la moitié avec le contenu du cul de poule, puis reversez le tout dans la casserole. Faire épaissir sur le feu une minute environ sans cesser de remuer. Débarrasser sur une plaque. Filmer au contact et laissez refroidir à température ambiante.

Une fois que le beurre et la crème sont à la même température, crémer le beurre au fouet, ajouter le praliné puis incorporer petit à petit la crème pâtissière lissée et laisser monter afin d’obtenir un mélange aéré.

L’insert praliné

100g de praliné.

Le dressage : découper la couronne dans l’épaisseur. Pocher un peu de crème au praliné en couronne sur la base de chacune des 8 cavités, pocher dans le creux des couronnes de crème un peu de praliné puis terminer avec une couche de crème au praliné. Recouvrir avec le chapeau de la couronne et poudrer de sucre glace. Placer au frais.

Veillez à sortir  le Paris-Brest du frigidaire 20 minutes avant sa dégustation.

paris-brest2

Manon

Gâteau moelleux au cacao cœur fondant à la noix de coco

 2

Déjà biiiiip (<– censure) mois que je n’ai pas publié d’article. Que le temps passe vite. Ce sont mes collègues adorées qui me le rappellent lorsqu’elles me demandent : « t’as publié quelque chose de nouveau sur ton blog récemment ? » et quand ça fait la cinquième fois que je leur réponds « non » je me dis qu’il va falloir faire une petit effort. Alors le mot « effort » est fort (effort est fort, t’as compris la blague ?), puisque je tiens toujours à publier avec plaisir et non par contrainte. Peut-être d’ailleurs est-ce pour cela que je n’ai rien publié depuis un moment (manque de temps, manque d’envie ?). Bref, je reviens toute requinquée pour vous proposer une de mes recettes comfort food coup de cœur. Cette recette je l’avais dénichée sur un blog qui n’existe malheureusement plus, il y a de cela 10 ans (et la tu te prends un bon gros coup de vieux). A l’époque j’étais une jeunette lectrice de blog avide de nouvelles recettes (bon ça n’a pas changé mais je me fais plus discrète sur la blogos’). Je l’avais donc essayée et j’avais été conquise. D’ailleurs je le suis toujours – conquise. C’est plutôt difficile de résister à un gâteau moelleux au cacao et au cœur fondant de coco. D’ailleurs, j’adore son cœur tout humide à la coco qui me fait beaucoup penser aux Bounty. Cependant j’attire votre attention sur le fait qu’il faille respecter scrupuleusement les étapes de ce gâteau à la lettre. En effet, si vous en loupez une vous pouvez vous retrouver avec un gâteau très sec, et on veut pas ça (ma chériiie). Moi je le réalise assez régulièrement et on l’aime beaucoup à la maison.

1

Pour le gâteau cacao :
125 g de beurre
125 g de sucre
3 œufs
150 g de farine
1/2 sachet de levure chimique
3 cuillères à soupe de lait
3 cuillères à soupe de cacao amer non sucré (type VanHouten)

Pour le cœur coco :
1 blanc d’œuf
100 g de noix de coco râpé
70 g de sucre
1/2 sachet de sucre vanillé
1/2 cuillère à soupe de maïzena
2,5 cuillères à soupe de crème liquide
2 cuillères à soupe de lait

Préparation de la recette :
Préchauffer le four à 180° (thermostat 6)
Pour le gâteau cacao :
Faire fondre le beurre, et le battre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter les jaunes et bien mélanger.
Ajouter la farine et la levure mélangées, puis le lait, le cacao. Bien mélanger.
Battre les blancs en neige et les incorporer délicatement au mélange.
Réserver la préparation.
Pour le cœur de coco :
Dans un autre saladier, battre le blanc en neige ferme.
Ajouter ensuite tous les ingrédients en mélangeant correctement.
Cela donne un mélange assez granuleux.
Dans un moule de 20 cm de diamètre (c’est important afin de se retrouver avec un gâteau épais et moelleux) bien beurré et fariner, verser la moitié de la préparation cacao (à l’aide d’une poche à douille c’est plus facile à mon sens). Repartir le cœur coco au dessus, puis recouvrir de l’autre moitié de préparation cacao.
Enfourner à 180° (thermostat 6) pendant 25 à 30 min. (jusqu’à ce que la lame du couteau ressorte sèche).

3Manon

Entremets au chocolat blanc, insert à l’abricot et croustillant praliné

11261809_886308204768823_100202415582941536_n

Aujourd’hui je reviens avec (encore) une recette chipée à ma copine Miss Bretzel du blog Rock The Bretzel. Ok son blog n’est désormais plus à présenter tant je la cite dans mes articles (en même temps son blog fourmille de recettes toutes plus alléchantes les unes que les autres pas étonnante qu’elle soit une de mes principales sources d’inspiration !). Alors cette recette est, je dois le dire, le fruit d’une réflexion en binôme avec donc ma copinette blogueuse (ok je ne manque aucune occasion pour m’attirer les recettes d’une sublime recette). En effet, il y a quelques temps j’ai fait part à Miss Bretzel d’un entremets que j’avais goûté dans une des pâtisseries de ma région où j’avais craqué sur l’alliance praliné/abricot. Il n’en a pas fallu plus pour que son adorable tête imagine cet entremets de DINGUE. Non mais quand je dis de DINGUE c’est vraiment de DINGUE. Je pense que c’est clairement mon entremets préféré. Je l’avais fait une première fois l’été dernier et il avait fait fureur et toute l’année j’ai attendu patiemment la saison des abricot pour le refaire de nouveau. Il se compose donc ainsi : un financier pistache sur lequel repose un croustillant praliné le tout recouvert d’une mousse au chocolat blanc, un insert à l’abricot vient apporter la dose d’acidité et de pep’s pour réveiller tout ça. Ça fait rêver non ? Alors contrairement à ma potesse blogueuse je n’ai pas fait de biscuit Joconde et c’était très bien quand même.

11012025_886308194768824_7335075120069511003_n

Ingrédients

Pour un cercle à pâtisserie de 20 cm de diamètre

Pour l’insert à l’abricot (d’un diamètre de 18cm) :

300 g de purée d’abricot
3 feuilles de gélatine

Pour le financier pistache (d’un diamètre de 18cm) :

40 g de poudre d’amande
30 g de farine
60 g de sucre
50 g de beurre
2 g de fleur de sel
60 g de blancs d’œufs
40 g de pâte de pistache
1 grosse poignée de pistaches non salées

Pour le praliné croustillant :

20 g de chocolat blanc
80 g de pâte pralinée
40 g de crêpes dentelles

Pour la mousse bavaroise au chocolat blanc :

250 g de lait
80 g de jaunes d’œufs
50 g de sucre
3 feuilles de gélatine
130 g de chocolat blanc
250 g de crème liquide

Pour l’insert à l’abricot (à préparer la veille) :

Faire ramollir la gélatine dans un grand volume d’eau froide pendant au minimum 15 minutes.

Mettre la purée de fruits dans une casserole et porter à ébullition.

Ajouter la gélatine essorée hors du feu, bien homogénéiser pour la dissoudre.Verser cette préparation dans un cercle de 18 cm chemisé de film alimentaire.Mettre au congélateur pour la nuit.

Pour le financier pistache (d’un diamètre de 18cm) :

Mettre le beurre à fondre sur feu doux jusqu’à ce qu’il obtienne une jolie coloration blonde foncée et qu’une légère odeur de noisette s’en dégage. Retirer du feu et le laisser tiédir.

Dans un saladier, mélanger ensemble la poudre d’amande, le sucre et la farine. Ajouter le blanc d’œuf et la pâte de pistache. Mélanger bien et incorporer finalement le beurre noisette tiédi.

Mélanger pour obtenir un appareil bien lisse et parfaitement homogène. Verser dans 1 cercle à pâtisserie de 18cm de diamètre. Parsemer de pistache grossièrement concassée.

Enfourner dans un four préchauffé à 180°C pendant 15 minutes.

Sortir du four et laisser refroidir. Démouler et retailler un disque de 15cm de diamètre.

Pour le praliné croustillant :

Faire fondre le chocolat au bain-marie (il ne doit pas atteindre plus de 45°C) puis ajouter la pâte pralinée. Bien mélanger.

Ajouter les crêpes dentelles émiettées. Étaler immédiatement ce mélange sur le disque de financier.

Pour la mousse bavaroise au chocolat blanc :

Faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide au moins 30 minutes avant utilisation.

Mettre le bol et le fouet du batteur au frigo au moins 30 minutes avant utilisation. Verser le lait dans une casserole avec la moitié du sucre. Porter à légère ébullition.

Faire fondre le chocolat au bain-marie (ou au four à micro-ondes). Dans un saladier, fouetter les jaunes d’œufs avec le sucre restant jusqu’à blanchissement du mélange.

Verser sur les œufs blanchis le lait chaud tout en continuant de fouetter.

Remettre le mélange dans la casserole et faire chauffer à feu doux sans cesser de mélanger à la spatule. Stopper la cuisson lorsque la crème atteint 85°C. La crème doit napper la cuillère.

Ajouter le chocolat fondu puis la gélatine essorée. Laisser refroidir avant d’ajouter la crème fouettée en 3 fois.

Pour le montage final :

Déposer un cercle à pâtisserie de 20 cm de diamètre et de 4,5cm de hauteur sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et rentrant au congélateur.

Chemiser le cercle de rhodoïd en prenant soin de la faire dépasser d’environ 1 cm (il faudra superposé 2 films).

Déposer le financier/croustillant au centre. Couler la moitié de la mousse chocolat blanc et placer au congélateur 10 min.

Déposer l’insert à l’abricot (retaillé à 15cm de diamètre) et couler le restant de mousse. Réserver au congélateur 1 heure.

11141132_886308198102157_2180796264864992661_n

Manon

Bretzel et houmous à la patate douce

Bretzel dips patates douces

Aujourd’hui je vous propose une recette que j’ai réalisé dans l’hiver mais que j’ai franchement adoré : celle du houmous à la patate douce. Légèrement sucré et épicé, j’imagine parfaitement ce dip trôner lors des pique-nique et apéros en terrasse ou pourquoi pas accompagner des grillades lors d’un barbecue. Sur des tartines pour accompagner une salade de crudité il rendra votre repas léger complet. Me concernant je l’ai servi avec des Bretzels home made, un classique chez moi qui me vient tout droit de ma copine Miss Bretzel. Il y a quelques années, celle-ci m’avait donné un petit cours de Bretzel (le façonnage et le pochage, tout un art!) et depuis j’en refais très régulièrement (ma préférence va à sa recette qu’elle utilise pour le Burger Alsacien). Premièrement parce que c’est vraiment délicieux, on retrouve bien ce goût typique du Bretzel et toutes les personnes à qui j’en ai fait ont adoré ça, et puis la consistance faut qu’on en parle ! La mie c’est un pur bonheur, un douceur et un moelleux déconcertant. Bref je ne changerai de recette pour rien au monde. Merci ma copine <3.

Pour 5 bretzels :

250 g de farine
15 cL d’eau
30 g de beurre salé
10 g de levure fraîche de boulangerie
1 cuillère à café de sucre
1 cuillère à café de sel

+ 1 œuf pour la dorure et du gros sel

Pour le pochage des pains : 2,4 L d’eau + 200 g de bicarbonate de soude

Dans un bol, mélanger la levure avec l’eau tiède et  le sucre. Laisser reposer 10 minutes environ.

Dans le bol du robot, mélanger au crochet pétrisseur (ou à la main) le reste des ingrédients secs puis ajouter le beurre fondu et le mélange levure/eau/sucre.

Pétrir environ 5 minutes, jusqu’à obtenir une pâte lisse qui se détache de la paroi de la cuve.

Laisser poser pendant environ 1 heure, jusqu’à ce que la pâte double de volume.

Façonner les bretzels : diviser la pâte en 5 pâtons et les faire rouler avant-arrière tout en déplaçant vos doigts le long de la pâte, afin de former une bande d’environ 50 cm. Saisir les deux extrémités de chaque bande et former une boucle. Croiser deux fois les extrémités, puis pressez-les de chaque côté de la partie centrale.

Répétez l’opération pour chaque portion.

Disposer les bretzels sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Préchauffer le four à 220°.

Faire bouillir l’eau avec le bicarbonate de soude. Plonger les bretzels dans l’eau 30 s jusqu’à qu’ils remontent et les disposer sur la plaque recouverte de papier sulfurisé ou une toile Silform (c’est l’idéal!) tout en pensant à laisser de l’espace car ils vont gonfler.

Mélanger l’œuf avec 1 cuillère à soupe d’eau et badigeonner les bretzels. Puis saupoudrer de gros sel.

Enfourner environ 15 min à 220 °C jusqu’à qu’ils soient joliment colorés.

Pour le dip de patates douces :

1/2 patate douce de taille moyenne
150 g de pois chiches cuits
35 g de tahini (purée de sésame blanc)
1/2 c à soupe de sirop d’érable
1 gousse d’ail
1/2 càc de sel fin
1/2 càc de piment d’Espelette
1 càc de cumin
3 càs d’huile d’olive

Dans un blender mixer l’ensemble des ingrédients jusqu’à ce que le houmous devienne bien onctueux. Ajouter si besoin un petit peu d’huile d’olive et ajuster l’assaisonnement.Saupoudrer de graines de sésame et servir bien frais !

Manon

Macaron géant aux mûres, crème mascarpone à la vanille – Pour le concours de Sotis

macaron géant mures

Ce matin, complètement estomaquée par la météo (rafales de vente, pluies diluviennes, 10° au compteur) qui donne un côté monochrome au paysage, j’ai eu envie de couleur et de soleil. Non parce que chui pas contente m’voyez, je n’aime pas les grosses chaleurs : l’été n’est définitivement pas ma saison préférée. En revanche j’aime quand le temps se prête aux déjeuners en terrasse, aux jardins colorés et salades fraîches. Le printemps est donc ma saison chouchou ex-exæquo avec l’automne (j’adore Halloween, le potimarron et les noisettes, cherchez pas…). Mais là avec le faux hiver qu’on a eu je commence à en avoir marre d’être en automne depuis 8 mois quoi… Donc ma façon à moi de me rebeller et de manifester mon mécontentement est de vous partager une recette super gourmande, super fraîche et de-saison-s’il-vous-plait : le macaron géant aux mûres et crème mascarpone à la vanille. Une tuerie tout simplement pas si compliquée à réaliser (allez savoir j’ai toujours trouvé qu’il était plus aisé de réussir les grands macarons que les petits). Recette piquée en quasi intégralité sur le blog d’une de mes pâtissières préférée : Delphine.

57db22ec20ed6a6d4691d5e39bf4d7db

En parlant de blogueuse cool, j’ai vraiment eu du mal à croire que ma cops Sotis du blog La gourmandise est un joli défaut fêtait ses 40 ans. Je compte bien la cuisiner pour connaître son élixir de jeunesse car pour l’avoir vu en vrai je ne sais pas comment elle fait pour paraitre si jeune ;]. Donc pour fêter ça, elle a eu la bonne idée d’organiser un concours sur son blog en partenariat avec L’Epicer-elogo (qu’est vraiment une épicerie très très classe je dois dire). Le principe est de lui faire un joli gâteau d’anniversaire (virtuellement j’entends). Vous avez jusqu’au 14 juin 2016 minuit pour participer, tous les détails se trouvent ICI. En plus de la joie que vous aurez de lui faire plaisir, vous pourrez peut-être remporter un des 3 colis réalisés par ses mimines. Ça se tente non ?
Donc pour ton anniversaire ma belle, je te propose donc ce délicieux macaron géant aux mûres qui finalement te ressemble bien (frais, coloré et tout doux !).

Ingrédients pour un macaron géant

(normalement vous pouvez obtenir 4 coques de 20 cm de diamètre mais ça laisse de la marge en cas de mauvaise cuisson ou de pochage pas terrible, ne jetez pas les chutes de coques il a des recettes très sympa à faire avec)

200g de poudre d’amandes
200g de sucre glace
5cl d’eau
200g de sucre semoule
2x 75g de blancs d’œufs à température ambiant
colorant violet en poudre

Préparer les coques. Mixer la poudre d’amandes et le sucre glace durant 30 secondes. Si vous n’avez pas de robot, tamisez-les à l’aide d’un tamis assez fin. (Les coques seront, grâce à cela, toutes lisses).

Faire chauffer à feu moyen le sucre semoule et les 5cl d’eau. Plonger un thermomètre dans le sirop, la température doit atteindre 118°C.

Mettre 75g de blancs d’œufs dans un récipient et commencer à les battre à puissance maximum dès que le sirop atteint 114°C. Lorsque la température est à 118°C, baisser la vitesse du batteur au minimum et incorporer le sirop aux blancs en fin filet.

Remettre le batteur à vitesse maximum afin de réduire la température de la meringue. Elle doit être complètement refroidie, bien brillante et épaisse.

Dans un récipient, versez les 75g de blancs d’œufs non battus sur le mélange poudre d’amandes/sucre-glace et mélangez jusqu’à l’obtention d’une pâte assez épaisse. Ajouter le colorant jusqu’à la couleur souhaitée.

Détendre le mélange en fouettant vivement avec un quart de la meringue, puis incorporer le reste de la meringue en plusieurs fois et en mélangeant avec une spatule jusqu’à une consistance lisse et brillante, mais pas liquide. La pâte doit former un joli ruban.

Garnir une poche à douille de pâte à macaron et former des grandes coques de 20cm de diamètre (je vous conseille de pré-dessiner un gabarit sous votre papier sulfurisé).

Laissez croûter (sécher) les coques pendant 1 heure au moins.

Préchauffez votre four à 150°C.

Enfournez les coques durant 15 minutes en laissant la porte du four entrouverte.

Laissez refroidir et décollez les coques du papier sulfurisé.

Ingrédients pour la crème

250 g de mascarpone
2 œufs
60 g de sucre + les graines d’une gousse de vanille
6g de gélatine
2 càs d’extrait de vanille + une càs de crème liquide
1 càs de sucre glace
250 g de mûres

Faire ramollir la gélatine dans un grand volume d’eau.

Battre les jaunes d’œufs avec le sucre au fouet jusqu’à ce que ça pâlisse et mousse. Ajouter la gousse de vanille, fouetter, puis le mascarpone. Battre de nouveau.

Faire chauffer les 2 càs d’extrait de vanille et 1 càs de crème. Lorsque c’est chaud, ajouter la gélatine. Bien mélanger jusqu’à la dissoudre complètement, puis incorporer au mascarpone. Fouetter pour homogénéiser.

Battre les blancs d’œufs en neige. Lorsqu’ils montent, ajouter le sucre glace puis continuer de battre en neige très ferme. Les incorporer délicatement à la crème à l’aide d’une maryse, en soulevant bien la masse.

Monter le macaron. Placer les mûres autour du macaron et mettre de la mousse au centre. Poser quelques mûres sur le dessus. Ajouter de la mousse et poser le deuxième disque. Placer au réfrigérateur jusqu’à dégustation.

macarons géant mures

Manon

Tartelettes catalanes au chorizo, poivron et safran – Battle Food #43

Mini tartelettes catalanes safran, chorizo et poivron grillé3

Pour cette nouvelle édition de Battle Food je vous présente une recette qui me tient particulièrement à cœur puisqu’elle concerne ma plus ancienne copinaute, Emeline du blog Qui dort dîne. Pour la petite histoire, il s’agit d’une recette qu’elle m’avait envoyé par la poste ! en… 2008 (cela nous rajeunit pas!) et dont je suis tombée amoureuse tellement cette recette est top !Je la refais très souvent avec toujours une pensée pour elle. D’ailleurs ce qui est joli, c’est que la blogosphère nous a permis de continuer d’être en contact de manière plus ou moins distante mais d’avoir toujours un petit lien et pour au bout de 9 ans, finalement se rencontrer au Salon du blog Culianire. Bref, donc c’est pour cette raison qu’à l’annonce du thème « Chorizo ou paprika ? » proposé par Florence du blog logo_battle_food43Au fil du thym, j’ai tout naturellement choisi ces petites tartelettes qui contiennent chorizo et paprika, deux saveurs que j’adore particulièrement. Je m’étais donc éclatée lors de la précédente édition « marrainée » par Béatrice de Popote et Nature à imaginer une recette sur le thème de la pomme de terre,  alors aujourd’hui on part davantage dans le registre de l’émotion…

Mini tartelettes catalanes safran, chorizo et poivron grillé2

Pour 25 petites tartelettes

Pour la pâte
225 g de farine
1 pincée de sel
100 g de beurre froid coupé en dés
eau froide

Pour la garniture
1 gros poivron rouge
100 g de chorizo haché
1 pincée de paprika doux
sel et poivre
2 à 3 càs de concentré de tomates
240 ml de crème fraîche épaisse
1/2 càc de safran
2 jaunes d’œufs

Préchauffer le four sur grill au maximum.

Mixer la farine, le sel et le beurre dans un robot jusqu’à obtention d’une chapelure. Transférer dans une jatte et ajouter 1 à 2 càs d’eau froide jusqu’à obtention d’une pâte lisse et homogène.
Sur un plan de travail fariner, étaler la pâte en abaisse fine et découper des ronde de 9 cm de diamètre, à l’aide d’une tasse et d’un couteau pointu. Foncer les empreintes à tartelette d’un moule et piquer au fond. Garder au frais 30 minutes.

Couper le poivron en deux, l’épiner et le passer sous le gril jusqu’à ce que la peau noircisse.
En attendant, faire chauffer une poêle autoadhésive et faire cuire le chorizo jusqu’à ce qu’il soit légèrement doré. Ajouter le paprika, saler, poivrer et faire revenir à feu doux environ 1 minutes sans cesser de mélanger. Une fois que la peau du poivron est bien grillée le sortir du four le mettre dix minutes dans une sac de congélation fermé.

Baisser le four à 200° sur température normale. Au bout de dix minutes, décoller la peau et couper le poivron en petits morceaux. Porter à ébullition la crème et le safran. Battre les jaunes d’œufs dans une terrine et les verser dans la crème safranée et mélanger. Répartir dans chaque moules le poivron, le chorizo, la crème et enfourner 15 minutes à four préchauffer jusqu’à ce que la garniture soit prise.

Mini tartelettes catalanes safran, chorizo et poivron grillé

Un petit tour sur les blogs des autres participants ?

Florence/Au Fil du ThymEmilie Sweetness Quelques grammes de gourmandise Food Fun Foto Les recettes de Mélanie La Cuisine facile de Chris J’ai toujours aimé le jaune moutarde Popote et Nature Bistro de Jenna Plaisir et Équilibre Envie d’une recette végétalienne ?Click, Cook and Taste .
Une Cuisine pour Voozenoo Marmotte Cuisine ! Les filles à table Chutzpy Life La Polygraphe Rappelles toi des mets By acb 4 you Pourquoi je grossis Cooking & Bon Appétit Mélina et Chocolat Fil et Croq Cooking and coDes recettes à gogo Les carnets de Sophie Keskonmangemaman Pix’elle(s) cuisine(nt) Aussi délicieux qu’un gâteau Le Blog de Cata Parfaimd’arômesLe petit grain de sucre Cooking in june Graine de faim kely Le renard et les raisins Petite cuillère et charentaise Like a CookieLa Médecine passe par la cuisine Poivré Seb Un zeste de soleil – Recreacakes – Gourmandise et passion Douceurs Maison Hola chic@s ! les goûts et les couleurs Pause Nature Mel en cuisine les cookines Cuisine et Déco by Maria Les délices de Loulou  – Fary (non blogeur) – Une pincée de sel La lala cuisine Cooking Julia

Manon

 

Croquettes de pomme de terre à la feta et aux épinards – Battle food #42

20160419_185509

Comme vous pouvez le constater je prends vraiment goût aux Battle Food et autres « batailles ». Finalement ces jeux où il n’y a rien a gagné me plaisent énormément et me forcent à sortir des sentiers battus et à cuisiner. Non pas que j’ai perdu le goût de la cuisine, c’est simplement parce que la semaine la flemme l’emporte trop souvent et j’ai tendance à choisir la rapidité et la facilité sans trop de cassage de tête. Et puis ces jeux me font découvrir de supers blogs et de sublimes recettes.

12920992_1698778917077382_747695223_nJe suis vraiment heureuse d’avoir choisi cette recette pour la 42 édition de cette Battle Food organisée par Popote et Nature sur le thème : Sublimons la patate ! Je dois avouer que je ne suis pas une grande consommatrice de cette tubercule et donc j’ai dû farfouiller dans mes bouquins de cuisine pour trouver l’inspiration et comme toujours elle a fini par arriver sur son blanc destrier. Et donc je me suis lancée dans la confection de ces « croquettes » arggg ce que j’aime pas le mot « croquette » j’ai l’impression qu’on parle de nourriture pour chats mais ma foi j’aime pas non plus le mot « boulette ». Je m’écarte…donc je me suis lancée dans la confection de ces croquettes fourrées (est ce que je vous ai dit que je n’aimais pas non plus le mot « fourré ») d’épinards frais et de feta. Et c’était juste trooooop bon ! En fait on part sur la confection de pommes noisettes (purée de pdt + pâte à choux) et on garni d’un peu d’épinards cuits à la vapeur et d’un morceau de feta. Très simple mais absolument délicieux avec une petite sauce aux tomates cerises home made. On fait des boulettes-croquettes (<— le combo du diable) en taille mini pour un apéro sympa ou en taille plus maousse pour un repas (option que j’ai choisie). En plus c’est déclinable à l’infini !

20160419_185402

Pour 34 jolies croquettes :

450 g de pommes de terre pelées et coupées en dés
50 g de beurre
150 ml d’eau
1 cuillère à café de sel
poivre et une pincée de noix de muscade
75 g de farine
2 œufs petits oeufs
Pour la garniture :
120 g de feuilles d’épinards émincées
100 g de feta émiettée grossièrement
sel et poivre

 Faire cuire les pommes de terre 10 à 15 min à l’eau ou à la vapeur, avant de les égoutter et les écraser en purée. Les couvrir pour les maintenir au chaud. Faire cuire les épinards à la vapeur, les égoutter en les pressant bien dans une passoire fine. Les mélanger avec la fêta émietté dans un bol saler et poivrer.

Faire fondre le beurre dans une casserole, ajouter l’eau et le sel et porter à ébullition. Retirer la casserole du feu et verser la farine en une seule fois jusqu’à obtenir une masse. Remettre le feu sous la casserole et faire « sécher » la masse en mélangeant constamment jusqu’à ce qu’une pellicule blanche se forme dans le fond de la casserole. Retirer du feu puis mélanger vivement le tout à la cuillère en bois puis incorporer les œufs et la purée de pommes de terre. Travailler vigoureusement à la spatule jusqu’à obtention d’une pâte lisse. Poivrer et ajouter une pincée de noix de muscade.

Prélever 1 cas de pâte et façonner des disques. Au centre déposer un peu de garniture. Refermer les bords autour de la farce et la rouler délicatement entre vos mains pour reformer la boulette.

Faire chauffer un bain d’huile dans une sauteuse. Lorsque l’huile est bien chaude, plonger les boulettes et les laisser cuire environ 5 minutes jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées en les retournant très délicatement si nécessaire. Les égoutter et les servir bien chaudes.

20160419_185454

J’espère que cette recette vous a plu, nous on s’est régalé ! Pour finir, une spéciale dédicace à Emilie du blog Emilie Sweetness pour sa participation en tant que marraine de la précédente édition (un max de coeurs dans ta face). Et aussi spéciale dédicace aux autres participants, d’ailleurs je vous invite à aller consulter leurs blogs :

Popote et NatureEmilie Sweetness, J’ai toujours aimé le jaune moutardeByACB4youMelina et chocolat, Pourquoi je grossisRappelle toi des mets,Fil et CroqPar amour des bonnes chosesnietzschepaillettesetsacamainLa cuisine maison et pourquoi pas moi ?Cuisine Voozenoo, Au fil du thymDouceurs MaisonBistro de Jenna,  Cuisine et Déco by MariaDes recettes à GogoNan’s CookingKeskonmangemaman ?,Cooking in JuneLe blog de CataCelin BlogMy little pâtisserieGraine de Faim KelyAurore’s bakery and delicious things,Pâtisserie à croquerFramboises et bergamote,Cooking’ N CoUn zest de soleilLa médecine passe par la cuisineMadeleines et plumes d’autruche,Pix’elle(s) cuisine(nt) et plus encore I am hungry,Poivré SebLa Polygraphe,Envie d’une recette végétarienne ?Aussi délicieux qu’un gâteau,  I love cakes,  Petite cuillère et charentaisesMon bonheur gourmandLalala cuisineCuisine 2 soeursPar faim d’arômes,Tout simplement fait maison, la gourmandise de violetteles cookines,  Cosmic tomatoes , Cyrielle GourmandisesRécréa cakesLes recettes de MélanieComplètement meringuéLa délicieuserie Pause natureQuelques grammes de gourmandises Click, cook and taste Comme une envie de…,Cooking Julia 
20160419_185622Manon

Tarte très fine aux épinards, feta et menthe

tarte fine1

Afin de profiter des dernières pousses d’épinards de la saison, je vous propose un grand classique dela famille, enfin devrais-je plutôt dire de ma Maman : la tarte très fine aux épinard, menthe et feta. Un met que je dégustais très fréquemment lorsque je vivais chez elle et que depuis que je suis autonome n’ai plus jamais mangé. C’est donc dans un élan de nostalgie que je m’en suis allée acheter le nécessaire pour réaliser cette tarte et la faire découvrir à mon amoureux. Celui-ci est tombé sous le charme car en plus d’être légère, cette tarte est tout simplement à tomber. Le mariage épinards-menthe-feta est détonnant et puis la pâte étant faite de feuille de brick donne à ce plat une légèreté et une finesse incomparable. L’essayer c’est l’adopter!

Pour 4 personnes:

5 feuilles de brick
400 g d’épinards frais (ou surgelés en branche)
200 g de feta
100 g de fromage blanc
4 échalotes
3 oeufs battus
15 feuilles de menthe
20 g de beurre fondu
2 càs d’huile d’olive
1 càc de vinaigre balsamique
sel et poivre
1 poignée de pignons de pins

Préchauffer le four à 180°. déposer une feuille de brick sur une feuille de papier sulfurisé. La badigeonner de beurre fondu. Faire la même chose avec les autres feuilles en les superposant. Ne pas beurrer la dernière.
Déposer les bricks sur une plaque. Enfourner 10 minutes.
Laver et préparer les épinards. Éplucher et couper les échalotes en tranches fines. Dans une poêle les faire revenir ainsi que les épinards avec l’huile d’olive à feux doux. Saler et poivrer.
Dans un saladier, mélanger bien les épinards, le fromage blanc, la feta coupée en dés, la menthe hachée grossièrement et les œufs. Saler, poivrer, ajouter le vinaigre. Napper la tarte de feuilles de brick avec la préparation. Saupoudrer de pignons de pins. Enfourner 20 minutes

tarte fine3Manon

Gnocchis de céleri rave au gorgonzola, gratinés au parmesan – Bataille food #33

1

Après le thème sur la folie des graines d’Agnès du blog Gourmande et Toquée, c’est au tour d’Olivier du blog Sharing Cuisine de proposer une ligne directrice pour cette 33 ème édition (désolée désolée pour m’être réveillée un peu tard pour la photo ='( ).

Je dois vous avouer que son thème « La Dolce Vita » m’a donné du fil à retordre. Olivier propose de marier un ou des fromages italiens avec un ou des légumes ou fruit de saison. Refusant de céder aux sirènes de la ricotta et des épinards (j’adore cette alliance mais j’en mange relativement souvent et je voulais sortir des sentiers battus) ne me venaient à l’esprit seulement des idées avec des légumes d’été (évidemment).

bataille-food-3Donc je me suis vraiment creusé les méninges et puis finalement j’ai décidé de cuisiner le céleri. Cela faisait longtemps que me trottait dans la tête la recette de Gnocchis au céleri rave de ma copinaute Miss Bretzel, je me suis donc lancée en association le céleri à un fromage italien que j’adore : le gorgonzola. J’ai ajouté un petit peu de parmesan pour gratiner et voilà ! Nous nous sommes vraiment régalés avec cette recette. Le céleri se marie à merveille avec le fromage et apporte une touche légèrement sucrée et raffinée à ce plat. Et puis je reste dans le thème sans problème puisque les gnocchis sont en soit un plat typique italien ! Alors parlons-en des gnocchis… comment dire… il ne faut pas en avoir envie à 19h au moment de dîner car c’est relativement long à préparer. Par ailleurs la pâte est collante et il faut donc prendre son mal en patience en se farinant constamment les mains et son plan de travail. Avec mon amoureux nous avons trouvé la parade en les confectionnant devant un film un dimanche après-midi. Le jeu en vaut vraiment la chandelle et je suis ravie d’avoir essayé cette recette donc je remercie Jenna du blog le bistrot de Jenna, sans qui cette Bataille Food n’existerait pas et grâce à qui j’ai pu penser à ce délicieux mariage qu’est le gorgonzola et le céleri (vous savez l’effet papillon quoi…). Ah euh sinon c’est vraiment pas sexy en photo les gnocchis  gratinés alors désolée pour la qualité bof bof des clichés…

4Pour 8 personnes

500 g de pommes de terre
500 g de céleri rave
300 g de farine
60 g de beurre
50 g de farine
500 ml de lait
300 ml de crème liquide
150 g de gorgonzola
50 g de parmesan râpé
Sel, poivre

Préparer les gnocchis : éplucher le céleri rave et le découper en petits morceaux. Le faire cuire environ 10 min dans une eau bouillante salée, jusqu’à ce que la chair soit tendre. Égoutter et laisser refroidir. Réduire le céleri en purée et l’essorer dans un torchon afin d’enlever toute l’eau. Réserver.

Mettre les pommes de terre entières non épluchées dans une casserole d’eau froide puis porter à ébullition. Les faire cuire pendant 20 min environ. Les égoutter et les laisser tiédir. Les éplucher et les réduire en purée. Mélanger les deux purées. Saler, poivrer. Ajouter la farine puis mélanger avec les doigts jusqu’à obtenir une pâte bien lisse et homogène.

Prélever des petits pâtons de pâte et fariner l’extérieur de chaque boule. Rouler chaque boule entre vos mains puis sur plan de travail fariné afin de former des boudins.

Pour le façonnage, prendre chaque morceau et en faire une boule. Sur le dos d’une fourchette, on appuie la boulette obtenue. On la fait glisser jusqu’en bas à l’aide de son index. La pression de la pâte sur la fourchette dessine de jolies stries et transforme la boule en gnocchi plus allongé. Rouler chaque gnocchi et les placer sur une plaque farinée.

Porter à ébullition une grande casserole d’eau salée. Y plonger les gnocchis et laisser cuire jusqu’à ce qu’ils remontent à la surface (ne pas cuire tous les gnocchis en même temps, le faire le progressivement). Les récupérer avec une écumoire et les égoutter.

Préparer la sauce au gorgonzola : faire fondre le beurre dans une casserole. Incorporer la farine et cuire en remuant avec un fouet jusqu’à ce que la préparation épaississe et frémisse. Incorporer progressivement le lait puis la crème liquide et laisser cuire la sauce en remuant jusqu’à ce qu’elle épaississe. Ajouter le gorgonzola coupé en dés et frais fondre quelques instant.

Napper les gnocchis de crème et saupoudrer de parmesan. Passer au grill 5 minutes.

5

N’hésitez pas à aller jeter un coup d’œil sur les blogs des autres participants pour voir leur réalisations :

sharing cuisinegourmande et toquéethe crazy ovenles gourmands disentAurélie et gourmandisespetite cuillière et charentaisemagg kitchenettele blog de cataBistro de JennacelinblogI am hungryenvie d’une recettevisites gourmandesrapelle toi des metsminimalisonsparuline en cuisinegraine de faim kelyevin sur son nuagecekikilafeeles recettes de jacreencore un gâteaucookin’ moviela femme à la tête de choucocotte et écumoireles délices pour mes amoursaurores bakeryla médecine passe par la cuisineemilie sweetnessles délices de loulouby acb 4 youdes recettes à gogodouceurs maisonfamohrécréa cakesfood fun fotoles gourmandises de yaçà me rend foodpockcathclaire’s factoryyellow mustardcuisine 2 soeursune histoire de goûtskeskonmangemamanpetit bec gourmandsans gluten, sans lactosemignardises et compagniebio delicesc sarah qui regalecosmic tomatoesquelques grammes de gourmandise,laety cuisineiza kitchen, cooking bon appetitchampagne 79craquounette avenuepopote et naturebloc notes gourmandla gourmandise de Violetteamour de cuisinedévorez-moiMel en cuisinerock the bretzelcuisine voozenoooh la gourmande delnana et chocolatfil et croqpresque bonne à marierpause naturenietzsche paillette et sac à mainkatia au pays desles trois madeleinespixelles cuisinenttoque de chocgourmandises et passionmes inspirations culinairesles recettes de mélanievagabondages de Vianeaussi délicieux qu’un gâteaupâtisseries à croquerCyrielle gourmandisepixelles cuisinent,

Manon

Cheesecake japonais à la vanille, chantilly aux fruits de la passion – Battle Food #41

Cheesecake japonais, chantilly aux fruits de la passion 1

Et me revoilà pour cette nouvelle édition de la Battle Food. J’ai été une nouvelle fois très heureuse d’y participer et surtout très inspirée. Si j’étais plus assidue j’aurais grand plaisir à participer à toutes les éditions. Par exemple le mois dernier j’ai merveilleusement loupé le coche pourtant le thème ne pouvait que me séduire puisqu’il s’agissait du thème Un nuage Chocolat, imaginé et organisé par Evin sur son nuage.
Ce mois-ci j’ai donc réglé mon alarme pour cette nouvelle Battle Food malgré le changement d’heure. Emilie Sweetness, la nouvelle marraine de cette édition a proposé que nous imaginions une recette sur le thème : « Les Fruits Exotiques ». Un thème idéal pour moi qui suis une fan inconditionnelle des fruits exotiques.  Avant de vous présenter ma recette, voici le rappel des éditions précédentes :

Battle Food #40 : Sylvia de Evin sur son nuage : Un nuage de chocolat
Battle Food #39 : Seb de Poivré Seb : En janvier les rois se déguisent !
Battle Food #38 : Gabrielle de La la la cuisine : Du rêve sur toutes les tables
Battle Food #37 : Julia de Les cookines : De l’industriel au fait maison
Battle Food #36 : Sonia de Frambuesa’s kitchen : La cuisine monochrome !
Battle Food #35 : Natacha de A french girl cuisine : Millefeuilles en folie !
Battle Food #34 : Hélène de Rock the Bretzel : Carpaccio !
Battle Food #33 : Elise de And so we cook : Pique-nique
Battle Food #32 : Chapeau Melon : Douceurs de votre enfance
Battle Food #31 : Cyrielle et Marion de Petits Pois : petites graines
Battle Food #30 : Emi de Emi’ss cooking : American Food Dream
Battle Food #29 : Sophie de Les Carnets de Sophie : Les Gâteaux d’anniversaire
Battle Food #28 : Hanane de Safran Gourmand : La Saint Valentin
Battle Food #27 : Stéphanie de Cuisine moi un mouton : L’amande en folie
Battle Food #26 : Maïa de Petits Begins : Recette de Noël
Battle Food #25 : La Cantine des Cousins : la cuisine trompe l’œil
Battle Food #24 : Sabine de Délice Celeste : Le fromage
Battle Food #23 : Chloé de Par faim D’arômes : complètement givré
Battle Food #22 : Lyne de Epices & moi : Verrines épicées de l’été
Battle Food #21 : Laura de Delices Cookie’s : les tapas
Battle Food #20 : Anna et Olivia de La cuisine d’Anna et Olivia : les sweet drinks
Battle Food #19 : Julie de Jujube en Cuisine : la noix de coco
Battle Food #18 : Charline de La Godiche : la pâte à cookie
Battle Food #17 : Dorian de Mais pourquoi est-ce-que je vous raconte ça : furieusement marbré
Battle Food #16 : Annie de By acb 4 you : Les soupes
Battle Food #15 : Carine de Chic, chic, choc…olat : le gâteau de crêpes
Battle Food #14: Emilie de Casserole et Claviers : les Cadeaux gourmands
Battle Food #13: Estelle de Impromptu sur des folies culinaires : les Panés croustillants
Battle Food #12 : Valérie de Framboises et bergamote : le Petit déjeuner
Battle Food #11 : Chloé de Chloe Delice : Street Food
Battle Food #10 : Marine de Marine is cooking : Le tartare
Battle Food #9 : Galou de Once upon a cook : Food in Jar
Battle Food #8 : Marie de Madeleines et plumes d’autruche : les Fraises
Battle Food #7 : Olivia de Sokeen : la Pâte à choux
Battle Food #6 : Mamie gâteau de J’ai trop mangé de chocolat : le Thé
Battle Food #5 : Emilie de Byplou : le lychee
Battle Food #4 : Emilie & Léa de Emilieandleassecrets : la Feuille de riz déclinée en rouleau
Battle Food #3 : Le Blog de Pop and Soda : les Tartelettes
Battle Food #2 : Mélanie de Les goûters de Nanie : la Pizza
Battle Food #1 : Carole de Sunrise over sea : le Burger

logo Battle Food #41

Allez c’est parti !

Cheesecake japonais, chantilly aux fruits de la passion

Donc voici le résultat de mon remue-méninges autour des fruits exotiques : Le Cheesecake japonais à la vanille et chantilly aux fruits de la passion. J’ai vraiment adoré cette association mousseuse à souhait, aérienne et gourmande. Un bel équilibre de saveur entre l’acidité du fruit de la passion, la rondeur de la vanille, le moelleux et le crémeux de la chantilly au mascarpone. Je vous invite donc à tester cette recette surprenante et délicieuse.

Cheesecake japonais, chantilly aux fruits de la passion2

3 œufs
120 g de chocolat blanc
120 g de fromage frais type Philadelphia
1 gousse de vanille
200 g de mascarpone
15 cl de crème entière
50 g de sucre glace
10 cl de jus de fruits de la passion
déco : 1 fruit de la passion

Séparer les blancs et les jaunes. Faire fondre le chocolat blanc au bain marie ou au micro ondes 3 x 30 secondes. Mélanger le fromage et le chocolat fondu en lissant bien. Ajouter les 3 jaunes d’œufs, mélangez. Ajouter la pulpe d’une gousse de vanille.

Préchauffer le four a 170°C. Battre les blancs en neige bien ferme et les ajouter délicatement au mélange précédent une fois qu’il a refroidit. Placer la préparation dans un moule anti-adhérent de 24cm beurré et fariné ou dans un moule en silicone alimentaire. Placer le moule dans un plat plus grand et ajouter de l’eau dans le plat afin de cuire au bain marie: 15 min a 170°C, baisser à 160°C et poursuivre 15 minutes. Enfin éteindre le four et laisser encore le gâteau 15 minutes (donc 45 minutes en tout).

Pendant ce temps préparer la chantilly aux fruits de la passion. Dans le bol d’un batteur bien froid, foutter la crème liquide entière. Ajouter le sucre glace et fouetter à nouveau.Verser le jus de fruits de la passion. Ajouter le mascarpone et terminer en fouettant vitesse maxi jusqu’à ce que le glaçage prenne forme (plutôt ferme).

Dresser la chantilly sur le cheesecake bien refroidi, décorer et servir bien frais.

Cheesecake japonais, chantilly aux fruits de la passion HAUT6

N’hésitez pas à faire un tour sur les blogs des autres participantes de cette édition.

Emilie Sweetness – Evin sur son nuageFour seasons journalYou can cook itClick Cook & Taste!Envie d’une recette végétarienne?CelinblogMignardises & CieRécréacakesKeskonmangemaman?Des recettes à GogoPourquoi je grossisBy acb 4 you Fil et croq – Pix’Elle(s) cuisine(nt)Bistro de JennaLes Gourmandises de YaPause NatureCookin’ MoviePar amour des bonnes chosesAurore’s BakeryElodie’s CookingMelina & ChocolatCrème de sucrePar faim d’arômesBleu Combava Food Fun FotoCooking & Bon appétitMiam la cuisine de CathSarah mène sa fraiseCraquounette avenueNathy’s FoliesI love CakesPetite Cuillère et CharentaisesLe blog de CataGraine de faim KelyLa PolygrapheCook a Life by Maeva –  Les délices de LoulouRosenoisettes Rappelle toi des mets – La médecine passe par la cuisine Framboises & Bergamote Douceurs MaisonTangerine zestAu fil du ThymEt rond, et rond, petits platapons lalala cuisineCuisine 2 sœursCuisine sans gluten et sans lactose Recettes DukanEncore un GateauSweety Cook Aussi délicieux qu’un gâteauLes CookinesCooking & coJe cuisine donc je suisEat & Tea La DélicieuserieCuisine by MariaLa PatysserieMon Bonheur Gourmand Mel en CuisinesCooking in JuneJ’ai toujours aimé le jaune moutardeUne abeille en cuisine Rock the BretzelPopote et NatureKaribo SakafoComme une envie de Branchée Popote Cook’n blogVous reprendrez bien un kiloZabou s’éclate en cuisine

Cheesecake japonais, chantilly aux fruits de la passion HAUT3

Manon