Bûche comme un Tiramisu ou Tiramisu comme une bûche (tu choisis)

 

Assez tardivement je le concède je vous poste ma première recette de Noël. Il s’agit d’une bûche façon tiramisu. Tout simplement en fait un tiramisu collé à la gélatine afin qu’il se tienne bien au démoulage et hop, une super bûche réalisée en 15 minutes chrono, qui plaira à tout le monde ! Pour la déco on fait aussi archi simple pour respecter les fondamentaux du tiramisu à savoir : du cacao amer saupoudré sur l’ensemble. J’ai juste réalisé des petits sapins en chocolat que j’ai saupoudré d’une poudre bronze (vous pouvez d’ailleurs observer mes empreintes de pouce sur les sapins :( ). Pour l’intérieur du tiramisu j’ai opté pour des biscuits Thé de Lu et spéculoos au lieu des traditionnels biscuits cuillère. Mais si vous me suivez, vous aviez sans doute vu ici que je n’affectionne pas particulièrement ces biscuits avec le tiramisu. N’hésitez pas à réaliser cette bûche à l’avance et de la congeler jusqu’au jour J.

250 g mascarpone
20 cl crème liquide 30%
1 paquet de biscuits Thé de Lu
2 oeufs
50 g sucre blanc
1 café bien serré
3 feuilles gélatine
cacao

Mettre la gélatine dans l’eau froide.

Préparer un café bien serré. Faire refroidir.

Préparer la crème au mascarpone : séparer les blancs des jaunes. Monter les blancs en neige bien fermes. Réserver.

Prélever une cuillère à soupe de crème et la mettre dans une casserole.

Monter la crème liquide en chantilly bien ferme. Réserver. Dans un saladier, travailler les jaunes avec le sucre jusqu’à ce que le mélange soit mousseux.

Mettre le mascarpone dans le saladier avec les jaunes et le sucre et fouetter. Le mélange doit être très homogène et souple. Ajouter la chantilly en soulevant bien pour ne pas casser la crème.

Essorer la gélatine et la mettre dans la casserole à feu doux. Mélanger doucement jusqu’à ce que la gélatine soit fondue et qu’elle soit bien amalgamée à la crème. Faire tiédir.

Ajouter la crème à la gélatine au mélange jaune/sucre/chantilly. Bien mélanger doucement tout en soulevant le mélange pour ne pas casser la chantilly.

Finir en ajoutant les blancs d’œufs en prenant garde à ne pas les casser. Le mélange doit être très homogène et aérien.

Transvaser dans une poche à douille.

Montage : chemiser votre moule à cake avec du papier cellophane ou votre gouttière à bûche. Verser une première couche de crème au mascarpone dans le moule.  Faire une couche de biscuits en les imbibant préalablement dans le café. Recouvrir de crème mascarpone et faire une nouvelle couche ainsi de suite jusqu’à épuisement de crème et de biscuits.

Filmer au contact et mettre au congélateur une nuit.

Le lendemain, démouler votre bûche sur un plat. Saupoudrer de cacao en poudre et décorer si vous le souhaitez. Réserver au frais au moins 4h avant de servir.

Manon

Publicités

Buffalo Corn Bread sans gluten

Non je ne suis pas devenue adepte du « gluten free » malgré ce que peuvent laisser penser mes derniers articles ;). Par le plus grand des hasards j’ai été amenée à recevoir des personnes intolérantes au gluten ces derniers temps.

Samedi dernier voyant le temps se rafraîchir j’ai décider de réchauffer l’ambiance avec un délicieux chili con carne. Par contre depuis que j’ai goûté le Buffalo Corn Bread en accompagnement du chili, il me paraissait tout à fait impossible de m’en passer faute de présence de gluten. J’ai donc adapté ma recette et c’était absolument parfait. Le Corn Bread était moelleux à souhait contrairement à ce que j’aurais pu penser. J’ai diminué le sucré par deux ainsi qu’enlevé les maïs par rapport à la recette originale. C’était juste délicieux et malgré la consistance du plat mes convives se sont resservis plusieurs fois.

100g de farine de riz
40 g de Maïzena
140g de farine de maïs (attention ce n’est pas de la maizena, ni de la polenta, mais bien de la farine)
50 gr de sucre roux
1 sachet de levure chimique sans gluten
1 grosse pincée de sel
240 ml de lait
1 CS de jus de citron
85 gr de beurre
2 oeuf moyens

Préchauffez le four à 190°.
Dans un saladier, mélanger le jus de citron avec le lait et réserver pendant 5 min.
Dans un autre saladier, mélangez les farines, la Maïzena, le sucre, le sel et la levure. Versez ensuite le mélange lait-citron avec la farine.
Faites fondre le beurre au micro-ondes pendant 30 secondes, et l’ajoutez à la préparation. Ajoutez les oeufs et mélangez, puis le maïs et mélangez délicatement pour ne pas casser les grains.
Beurrez et farinez un moule à manqué, et laissez cuire pendant 25 minutes.

Manon

Brownies fondants vegan sans gluten, mais pas sans saveur

Comme je l’ai expliqué dans mon article du Cheesecake Vegan, l’un des membres de ma famille ne peut manger ni œuf, ni gluten, ni lactose, ni banane, ni miel, ni soja. Faire de la pâtisserie pour lui est un véritable challenge mais je dois avouer qu’il est toujours très intéressant de s’essayer à une autre forme de cuisine et de bousculer les habitudes. Les recettes sont également beaucoup plus saines que celles « classique » ce qui est un gros point positif.

J’étais loin d’imaginer que des brownies sans œuf et surtout sans beurre pourraient autant nous régaler. Le résultat obtenu était vraiment délicieusement fondant et goutû. J’ai trouvé la recette sur le super blog de Jujube. Celle-ci le réalise à la purée de noix de cajou, pour ma part j’ai utilisé la purée de noisette dont le petit goût s’accorde merveilleusement bien avec le chocolat.

Pour 6 à 8 personnes :
200 g de chocolat noir à pâtisser
40 g de purée de noisettes
80 g de sucre en poudre
100 g de poudre d’amande
3 cs de purée de pommes non sucrée (maison c’est mieux) (ou 2 bananes écrasées)
2 cs de fécule de maïs (type Maïzena)
1 cc de bicarbonate alimentaire
1 cs de vinaigre de cidre
1 pincée de fleur de sel
2 poignées de noix de pécan

Préchauffer le four à 180°.

Mettre les carrés de chocolat dans une casserole et faire fondre au bain-marie (le cul de la casserole contenant le chocolat plongée dans une casserole plus grande rempli d’eau frémissante).

Lorsqu’il commence à fondre, ajoutez-y la purée de noisettes.

Une fois complètement fondu, retirez du bain-marie et remuez jusqu’à obtenir un appareil homogène.

Ajoutez-y la poudre d’amande, le sucre et la purée de pomme. Mélanger bien.

Incorporer la fécule de maïs en pluie, puis le bicarbonate, le vinaigre de cidre et la fleur de sel, mélanger.

Concasser très grossièrement les noix, les ajouter au mélange et remuer de nouveau.

Versez l’appareil ainsi obtenu dans un moule carré de 20 cm de côté, recouvert de papier cuisson ou en silicone alimentaire type Demarle, et enfourner pour 25 à 30 minutes (les temps de cuisson varient d’un four à l’autre, surveillez la cuisson à partir de 20 minutes…)

Laisser les brownies refroidir avant de le démouler.

Manon

Corolles de pain de mie et tartinade de radis

 

Je reviens après un break estival bien reposant et surtout gourmand (plus jamais je veux entendre dire que l’on mange mal à Londres…) avec une recette toute en fraîcheur et en simplicité. Je trouve l’idée super originale et  ce qui me séduit d’autant plus c’est que ces petites corolles de pain de mie sont déclinables à l’infini. Là je les ai garnies d’une tartinade bien fraîche et croquante aux radies, mais n’hésitez pas à les accommoder avec d’autres dips selon les saison. Je pensais par exemple aux toast briochés que l’on a l’habitude de servir avec du foie gras. Je les imagine bien sous forme de corolle avec une jolie présentation, ça peut être top !

8 tranches de pain de mie (sans croûte de préférence)
Une botte de radis
150g de fromage Philadelphia®
de la ciboulette fraîchement ciselée
Sel et poivre

Ôter les fanes et les racines des radis. Réserver une dizaine de fanes. Laver les radis et les fanes. Sécher le tout avec du papier absorbant. Mettre les radis et les fanes dans le mixeur et mixer grossièrement. Versez le mélange dans une passoire placée au dessus d’un saladier.

Saler et poivrer et laisser dégorger pendant au moins 1h.

Pendant ce temps préparer les corolles. Préchauffer le four à 200°. A l’aide d’un rouleur à pâtisserie aplatir les tranches de pain de mie et les couper en 4. Foncer un moule à mini muffin et enfourner 10 à 12 minutes.

Presser le mélange contre les parois de la passoire à l’aide d’une maryse afin d’éliminer le plus d’eau possible.

Dans un bol, mélangez le Philadelphia® avec de la ciboulette. Mélanger avec les radis dégorgés et saler et poivrer selon votre goût.

Garnir les petites corolles de tartinade aux radis.

 

 

Manon

Cheesecake vegan et sans gluten au cassis et à la noix de coco

J’adore me lancer des défis culinaires et j’ai pris énormément plaisir à relever celui-ci tant il attisait ma curiosité. Cette fois-ci et conformément au régime alimentaire d’un membre de ma famille il fallait réaliser un gâteau d’anniversaire sans gluten, lactose, œuf, soja et miel. J’ai bien été tentée d’adapter une recette classique avec des farines sans gluten en remplaçant le beurre par de l’huile et l’œuf par la compote mais j’avais envie de tester un autre type de cuisine. Une cuisine pas adaptée mais totalement nouvelle. Ici je me frotte à la cuisine végane que je voyais comme une cuisine fade et sans saveur (tout du moins concernant la pâtisserie). A mon grand tort, puisque cette recette de cheesecake sans cream cheese et sans œuf s’est révélée fraîche, légère et absolument délicieuse. Le secret de ce cheesecake sans cheese réside dans le fait de remplacer le fromage par des noix de cajou ramollies 24h dans de l’eau puis broyées. Curieux non ? en tout cas ce cheesecake a remporté un énorme succès même auprès de ceux qui n’étaient pas amateurs de dessert. Cette recette a été largement inspirée du livre de recettes de Chelsea, gagnante de l’émission « Le meilleur pâtissier » et me donne envie de continuer à explorer le monde de la pâtisserie végan.

Attention cette recette est adaptée pour un tout petit cercle à pâtisserie de 15cm. Pour un cercle classique il sera nécessaire de doubler la recette.

Cette recette peut sera réaliser 24h à l’avance et ne sera que meilleure le lendemain.

150 gr de noisettes
25 petites dattes dénoyautées (ou 10 grosses)
225 gr de noix de cajou trempées dans de l’eau pendant 24h
78 mL de sirop d’érable
125 mL de d’huile de noix de coco
250 mL de purée de cassis
fruits frais pour la déco

 

1.  LA PÂTE
Broyez les noisettes et les dattes pendant 2 minutes. Lorsque le mélange commence à former une boule un peu collante, arrêtez le mixeur. Recouvrez une plaque avec du papier cuisson et déposez un cercle de pâtisserie d’environ 15 cm de diamètre sur la plaque. Coupez une bande de papier guitare ou cuisson et collez-la sur l’intérieur du cercle de pâtisserie. Versez le mélange de noisettes et de dattes dans le cercle et nivelez la surface avec vos doigts en remontant sur les bords. Réservez au frais.

2.  LE CHEESECAKE
Rincez et séchez les noix de cajous et mettez-les dans un mixeur avec tous les autres ingrédients du cheesecake. Mixez 10 à 15 mn jusqu’à l’obtention d’une pâte bien lisse. Versez le mélange obtenu sur la pâte et utilisez une spatule pour lisser l’ensemble. Réservez au congélateur 1h.

3.  LE DRESSAGE
Sortez le gâteau du congélateur et démoulez-le. Décorez, servez et dégustez bien froid.

Manon

Paris-Brest de Conticini

paris-brest

S’il y a bien une pâtisserie qui vient réveiller les classiques c’est celle-ci. Le Paris-Brest souffre de plus en plus d’une réputation de gâteau du dimanche plan-plan, écœurant et trop sucré. Cela est sans doute dû à sa crème au beurre qui n’a plus vraiment sa place dans les gâteaux actuels. Le grand Conticini a donc proposé sa revisite de ce célèbre gâteau pour le plus grand plaisir des gourmands. Aujourd’hui sa version est diamétralement opposée même si on trouve toujours les fondamentaux : une pâte à choux et une crème au beurre pralinée. La différence résulte dans la finesse du gâteau : une pâte à choux surmontée d’un craquelin qui  apporte un croquant et une pointe de sel très agréable et un mariage divin avec une crème aérienne au praliné maison dans laquelle se cache un insert de praliné pur qui vient booster l’ensemble. Vous l’aurez compris : cette version est donc une pure merveille et même si elle a en commun avec son ancêtre le nom, elle en reste tout de même une pâtisserie exceptionnelle.

Pâte de praliné maison (vous pouvez acheter de la pâte déjà prête, mais le résultat sera moins bon)

150 g de sucre
100 g d’amande
200 g de noisettes

Faire torréfier les amandes et les noisettes dans une poêle ou une casserole et cuire le tout à feu moyen en mélangeant constamment avec une cuillère en bois jusqu’à ce que la peau des fruits secs se détache toute seule. Ajouter le sucre et mélanger constamment.
Chauffer le mélange jusqu’à que le sucre fonde et caramélise en enrobant les amandes et les noisettes. Attention le mélange ne doit pas trop brunir.
Une fois que le caramel enrobe bien les amandes et les noisettes, verser le mélange sur une surface plate recouverte de papier sulfurisé.
Bien l’étaler uniformément à l’aide d’une cuillère en bois et laisser refroidir complètement.
Dès que le caramel a refroidi et a durci, le casser en petits morceaux.
Placer les morceaux dans un mixeur, et mixer en arrêtant de temps en temps votre robot pour ne pas qu’il chauffe trop.
On obtient alors dans un premier temps, une poudre : le pralin.
Continuer de mixer avec des pauses plus moins longues (très important à respecter pour que votre robot ne vous lâche pas en cours de route) jusqu’à obtenir une pâte liquide.

Le craquelin

40g de beurre doux
50g de sucre roux
50g de farine
1 pincée de fleur de sel.

Dans le bol du robot et avec la feuille (fouet plat) ou à défaut dans un cul-de-poule, mélanger la farine, la cassonade et la fleur de sel, ajouter le beurre mou et pétrir quelques minutes à vitesse moyenne pour obtenir une pâte homogène. Faire une boule et étaler la pâte sur 3/4 mm d’épaisseur entre deux feuilles de papier sulfurisé. A l’aide d’un emporte-pièce détailler des rond de 3 à 4 cm de diamètre selon le diamètre de vos choux. Réserver au réfrigérateur.

La pâte à choux 

125g d’eau
2g de sel
2g de sucre semoule
60g de beurre
80 g de farine T45
125g d’œufs entiers
Sucre glace pour la finition.

Chauffer le four à 180° chaleur statique. Porter à ébullition l’eau, le sel, le sucre et le beurre. Hors du feu ajouter en une seule fois la farine tamisée. Remettre sur le feu et dessécher à feu doux et à la spatule 2 min jusqu’à ce qu’une fine pellicule se forme au fond de la casserole. Mettre le pâton dans le robot muni du fouet plat, faire tourner un peu pour le refroidir avant d’incorporer les œufs légèrement battus petit à petit à vitesse moyenne, attendre que la pâte soit bien homogène avant chaque ajout. Arrêter de mélanger quand elle a un aspect satiné. Le sillon d’une ligne tracée avec le doigt dans la pâte doit se refermer. Si la pâte est drop sèche vous pouvez ajouter un petit peu d’oeuf battu (attention, il faut y aller doucement pour ne pas obtenir une pâte trop liquide) Dresser en couronne 8 choux de 4 cm de diamètre sur la plaque recouverte de papier cuisson (il reste de la pâte à choux, vous pouvez dresser des petits choux individuels). Poser les disques de craquelin dessus. Faire cuire 35 min/40 min sans ouvrir le four. Laisser refroidir à température ambiante.

La crème mousseline au praliné

1/4 l de lait entier
½ gousse de vanille fendue en deux
50g de sucre semoule
2 jaunes d’œufs
10g de farine T45
10g de maïzena
150g de beurre d’excellente qualité type Charentes-Poitou
75g de praliné

Tamiser la farine et la maïzena. Dans un cul de poule, mélanger le sucre et les jaunes puis les farines. Faire bouillir le lait avec les graines de la gousses de vanille, en mélanger la moitié avec le contenu du cul de poule, puis reversez le tout dans la casserole. Faire épaissir sur le feu une minute environ sans cesser de remuer. Débarrasser sur une plaque. Filmer au contact et laissez refroidir à température ambiante.

Une fois que le beurre et la crème sont à la même température, crémer le beurre au fouet, ajouter le praliné puis incorporer petit à petit la crème pâtissière lissée et laisser monter afin d’obtenir un mélange aéré.

L’insert praliné

100g de praliné.

Le dressage : découper la couronne dans l’épaisseur. Pocher un peu de crème au praliné en couronne sur la base de chacune des 8 cavités, pocher dans le creux des couronnes de crème un peu de praliné puis terminer avec une couche de crème au praliné. Recouvrir avec le chapeau de la couronne et poudrer de sucre glace. Placer au frais.

Veillez à sortir  le Paris-Brest du frigidaire 20 minutes avant sa dégustation.

paris-brest2

Manon

Gâteau moelleux au cacao cœur fondant à la noix de coco

 2

Déjà biiiiip (<– censure) mois que je n’ai pas publié d’article. Que le temps passe vite. Ce sont mes collègues adorées qui me le rappellent lorsqu’elles me demandent : « t’as publié quelque chose de nouveau sur ton blog récemment ? » et quand ça fait la cinquième fois que je leur réponds « non » je me dis qu’il va falloir faire une petit effort. Alors le mot « effort » est fort (effort est fort, t’as compris la blague ?), puisque je tiens toujours à publier avec plaisir et non par contrainte. Peut-être d’ailleurs est-ce pour cela que je n’ai rien publié depuis un moment (manque de temps, manque d’envie ?). Bref, je reviens toute requinquée pour vous proposer une de mes recettes comfort food coup de cœur. Cette recette je l’avais dénichée sur un blog qui n’existe malheureusement plus, il y a de cela 10 ans (et la tu te prends un bon gros coup de vieux). A l’époque j’étais une jeunette lectrice de blog avide de nouvelles recettes (bon ça n’a pas changé mais je me fais plus discrète sur la blogos’). Je l’avais donc essayée et j’avais été conquise. D’ailleurs je le suis toujours – conquise. C’est plutôt difficile de résister à un gâteau moelleux au cacao et au cœur fondant de coco. D’ailleurs, j’adore son cœur tout humide à la coco qui me fait beaucoup penser aux Bounty. Cependant j’attire votre attention sur le fait qu’il faille respecter scrupuleusement les étapes de ce gâteau à la lettre. En effet, si vous en loupez une vous pouvez vous retrouver avec un gâteau très sec, et on veut pas ça (ma chériiie). Moi je le réalise assez régulièrement et on l’aime beaucoup à la maison.

1

Pour le gâteau cacao :
125 g de beurre
125 g de sucre
3 œufs
150 g de farine
1/2 sachet de levure chimique
3 cuillères à soupe de lait
3 cuillères à soupe de cacao amer non sucré (type VanHouten)

Pour le cœur coco :
1 blanc d’œuf
100 g de noix de coco râpé
70 g de sucre
1/2 sachet de sucre vanillé
1/2 cuillère à soupe de maïzena
2,5 cuillères à soupe de crème liquide
2 cuillères à soupe de lait

Préparation de la recette :
Préchauffer le four à 180° (thermostat 6)
Pour le gâteau cacao :
Faire fondre le beurre, et le battre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter les jaunes et bien mélanger.
Ajouter la farine et la levure mélangées, puis le lait, le cacao. Bien mélanger.
Battre les blancs en neige et les incorporer délicatement au mélange.
Réserver la préparation.
Pour le cœur de coco :
Dans un autre saladier, battre le blanc en neige ferme.
Ajouter ensuite tous les ingrédients en mélangeant correctement.
Cela donne un mélange assez granuleux.
Dans un moule de 20 cm de diamètre (c’est important afin de se retrouver avec un gâteau épais et moelleux) bien beurré et fariner, verser la moitié de la préparation cacao (à l’aide d’une poche à douille c’est plus facile à mon sens). Repartir le cœur coco au dessus, puis recouvrir de l’autre moitié de préparation cacao.
Enfourner à 180° (thermostat 6) pendant 25 à 30 min. (jusqu’à ce que la lame du couteau ressorte sèche).

3Manon

Entremets au chocolat blanc, insert à l’abricot et croustillant praliné

11261809_886308204768823_100202415582941536_n

Aujourd’hui je reviens avec (encore) une recette chipée à ma copine Miss Bretzel du blog Rock The Bretzel. Ok son blog n’est désormais plus à présenter tant je la cite dans mes articles (en même temps son blog fourmille de recettes toutes plus alléchantes les unes que les autres pas étonnante qu’elle soit une de mes principales sources d’inspiration !). Alors cette recette est, je dois le dire, le fruit d’une réflexion en binôme avec donc ma copinette blogueuse (ok je ne manque aucune occasion pour m’attirer les recettes d’une sublime recette). En effet, il y a quelques temps j’ai fait part à Miss Bretzel d’un entremets que j’avais goûté dans une des pâtisseries de ma région où j’avais craqué sur l’alliance praliné/abricot. Il n’en a pas fallu plus pour que son adorable tête imagine cet entremets de DINGUE. Non mais quand je dis de DINGUE c’est vraiment de DINGUE. Je pense que c’est clairement mon entremets préféré. Je l’avais fait une première fois l’été dernier et il avait fait fureur et toute l’année j’ai attendu patiemment la saison des abricot pour le refaire de nouveau. Il se compose donc ainsi : un financier pistache sur lequel repose un croustillant praliné le tout recouvert d’une mousse au chocolat blanc, un insert à l’abricot vient apporter la dose d’acidité et de pep’s pour réveiller tout ça. Ça fait rêver non ? Alors contrairement à ma potesse blogueuse je n’ai pas fait de biscuit Joconde et c’était très bien quand même.

11012025_886308194768824_7335075120069511003_n

Ingrédients

Pour un cercle à pâtisserie de 20 cm de diamètre

Pour l’insert à l’abricot (d’un diamètre de 18cm) :

300 g de purée d’abricot
3 feuilles de gélatine

Pour le financier pistache (d’un diamètre de 18cm) :

40 g de poudre d’amande
30 g de farine
60 g de sucre
50 g de beurre
2 g de fleur de sel
60 g de blancs d’œufs
40 g de pâte de pistache
1 grosse poignée de pistaches non salées

Pour le praliné croustillant :

20 g de chocolat blanc
80 g de pâte pralinée
40 g de crêpes dentelles

Pour la mousse bavaroise au chocolat blanc :

250 g de lait
80 g de jaunes d’œufs
50 g de sucre
3 feuilles de gélatine
130 g de chocolat blanc
250 g de crème liquide

Pour l’insert à l’abricot (à préparer la veille) :

Faire ramollir la gélatine dans un grand volume d’eau froide pendant au minimum 15 minutes.

Mettre la purée de fruits dans une casserole et porter à ébullition.

Ajouter la gélatine essorée hors du feu, bien homogénéiser pour la dissoudre.Verser cette préparation dans un cercle de 18 cm chemisé de film alimentaire.Mettre au congélateur pour la nuit.

Pour le financier pistache (d’un diamètre de 18cm) :

Mettre le beurre à fondre sur feu doux jusqu’à ce qu’il obtienne une jolie coloration blonde foncée et qu’une légère odeur de noisette s’en dégage. Retirer du feu et le laisser tiédir.

Dans un saladier, mélanger ensemble la poudre d’amande, le sucre et la farine. Ajouter le blanc d’œuf et la pâte de pistache. Mélanger bien et incorporer finalement le beurre noisette tiédi.

Mélanger pour obtenir un appareil bien lisse et parfaitement homogène. Verser dans 1 cercle à pâtisserie de 18cm de diamètre. Parsemer de pistache grossièrement concassée.

Enfourner dans un four préchauffé à 180°C pendant 15 minutes.

Sortir du four et laisser refroidir. Démouler et retailler un disque de 15cm de diamètre.

Pour le praliné croustillant :

Faire fondre le chocolat au bain-marie (il ne doit pas atteindre plus de 45°C) puis ajouter la pâte pralinée. Bien mélanger.

Ajouter les crêpes dentelles émiettées. Étaler immédiatement ce mélange sur le disque de financier.

Pour la mousse bavaroise au chocolat blanc :

Faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide au moins 30 minutes avant utilisation.

Mettre le bol et le fouet du batteur au frigo au moins 30 minutes avant utilisation. Verser le lait dans une casserole avec la moitié du sucre. Porter à légère ébullition.

Faire fondre le chocolat au bain-marie (ou au four à micro-ondes). Dans un saladier, fouetter les jaunes d’œufs avec le sucre restant jusqu’à blanchissement du mélange.

Verser sur les œufs blanchis le lait chaud tout en continuant de fouetter.

Remettre le mélange dans la casserole et faire chauffer à feu doux sans cesser de mélanger à la spatule. Stopper la cuisson lorsque la crème atteint 85°C. La crème doit napper la cuillère.

Ajouter le chocolat fondu puis la gélatine essorée. Laisser refroidir avant d’ajouter la crème fouettée en 3 fois.

Pour le montage final :

Déposer un cercle à pâtisserie de 20 cm de diamètre et de 4,5cm de hauteur sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et rentrant au congélateur.

Chemiser le cercle de rhodoïd en prenant soin de la faire dépasser d’environ 1 cm (il faudra superposé 2 films).

Déposer le financier/croustillant au centre. Couler la moitié de la mousse chocolat blanc et placer au congélateur 10 min.

Déposer l’insert à l’abricot (retaillé à 15cm de diamètre) et couler le restant de mousse. Réserver au congélateur 1 heure.

11141132_886308198102157_2180796264864992661_n

Manon

Bretzel et houmous à la patate douce

Bretzel dips patates douces

Aujourd’hui je vous propose une recette que j’ai réalisé dans l’hiver mais que j’ai franchement adoré : celle du houmous à la patate douce. Légèrement sucré et épicé, j’imagine parfaitement ce dip trôner lors des pique-nique et apéros en terrasse ou pourquoi pas accompagner des grillades lors d’un barbecue. Sur des tartines pour accompagner une salade de crudité il rendra votre repas léger complet. Me concernant je l’ai servi avec des Bretzels home made, un classique chez moi qui me vient tout droit de ma copine Miss Bretzel. Il y a quelques années, celle-ci m’avait donné un petit cours de Bretzel (le façonnage et le pochage, tout un art!) et depuis j’en refais très régulièrement (ma préférence va à sa recette qu’elle utilise pour le Burger Alsacien). Premièrement parce que c’est vraiment délicieux, on retrouve bien ce goût typique du Bretzel et toutes les personnes à qui j’en ai fait ont adoré ça, et puis la consistance faut qu’on en parle ! La mie c’est un pur bonheur, un douceur et un moelleux déconcertant. Bref je ne changerai de recette pour rien au monde. Merci ma copine <3.

Pour 5 bretzels :

250 g de farine
15 cL d’eau
30 g de beurre salé
10 g de levure fraîche de boulangerie
1 cuillère à café de sucre
1 cuillère à café de sel

+ 1 œuf pour la dorure et du gros sel

Pour le pochage des pains : 2,4 L d’eau + 200 g de bicarbonate de soude

Dans un bol, mélanger la levure avec l’eau tiède et  le sucre. Laisser reposer 10 minutes environ.

Dans le bol du robot, mélanger au crochet pétrisseur (ou à la main) le reste des ingrédients secs puis ajouter le beurre fondu et le mélange levure/eau/sucre.

Pétrir environ 5 minutes, jusqu’à obtenir une pâte lisse qui se détache de la paroi de la cuve.

Laisser poser pendant environ 1 heure, jusqu’à ce que la pâte double de volume.

Façonner les bretzels : diviser la pâte en 5 pâtons et les faire rouler avant-arrière tout en déplaçant vos doigts le long de la pâte, afin de former une bande d’environ 50 cm. Saisir les deux extrémités de chaque bande et former une boucle. Croiser deux fois les extrémités, puis pressez-les de chaque côté de la partie centrale.

Répétez l’opération pour chaque portion.

Disposer les bretzels sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

Préchauffer le four à 220°.

Faire bouillir l’eau avec le bicarbonate de soude. Plonger les bretzels dans l’eau 30 s jusqu’à qu’ils remontent et les disposer sur la plaque recouverte de papier sulfurisé ou une toile Silform (c’est l’idéal!) tout en pensant à laisser de l’espace car ils vont gonfler.

Mélanger l’œuf avec 1 cuillère à soupe d’eau et badigeonner les bretzels. Puis saupoudrer de gros sel.

Enfourner environ 15 min à 220 °C jusqu’à qu’ils soient joliment colorés.

Pour le dip de patates douces :

1/2 patate douce de taille moyenne
150 g de pois chiches cuits
35 g de tahini (purée de sésame blanc)
1/2 c à soupe de sirop d’érable
1 gousse d’ail
1/2 càc de sel fin
1/2 càc de piment d’Espelette
1 càc de cumin
3 càs d’huile d’olive

Dans un blender mixer l’ensemble des ingrédients jusqu’à ce que le houmous devienne bien onctueux. Ajouter si besoin un petit peu d’huile d’olive et ajuster l’assaisonnement.Saupoudrer de graines de sésame et servir bien frais !

Manon

Macaron géant aux mûres, crème mascarpone à la vanille – Pour le concours de Sotis

macaron géant mures

Ce matin, complètement estomaquée par la météo (rafales de vente, pluies diluviennes, 10° au compteur) qui donne un côté monochrome au paysage, j’ai eu envie de couleur et de soleil. Non parce que chui pas contente m’voyez, je n’aime pas les grosses chaleurs : l’été n’est définitivement pas ma saison préférée. En revanche j’aime quand le temps se prête aux déjeuners en terrasse, aux jardins colorés et salades fraîches. Le printemps est donc ma saison chouchou ex-exæquo avec l’automne (j’adore Halloween, le potimarron et les noisettes, cherchez pas…). Mais là avec le faux hiver qu’on a eu je commence à en avoir marre d’être en automne depuis 8 mois quoi… Donc ma façon à moi de me rebeller et de manifester mon mécontentement est de vous partager une recette super gourmande, super fraîche et de-saison-s’il-vous-plait : le macaron géant aux mûres et crème mascarpone à la vanille. Une tuerie tout simplement pas si compliquée à réaliser (allez savoir j’ai toujours trouvé qu’il était plus aisé de réussir les grands macarons que les petits). Recette piquée en quasi intégralité sur le blog d’une de mes pâtissières préférée : Delphine.

57db22ec20ed6a6d4691d5e39bf4d7db

En parlant de blogueuse cool, j’ai vraiment eu du mal à croire que ma cops Sotis du blog La gourmandise est un joli défaut fêtait ses 40 ans. Je compte bien la cuisiner pour connaître son élixir de jeunesse car pour l’avoir vu en vrai je ne sais pas comment elle fait pour paraitre si jeune ;]. Donc pour fêter ça, elle a eu la bonne idée d’organiser un concours sur son blog en partenariat avec L’Epicer-elogo (qu’est vraiment une épicerie très très classe je dois dire). Le principe est de lui faire un joli gâteau d’anniversaire (virtuellement j’entends). Vous avez jusqu’au 14 juin 2016 minuit pour participer, tous les détails se trouvent ICI. En plus de la joie que vous aurez de lui faire plaisir, vous pourrez peut-être remporter un des 3 colis réalisés par ses mimines. Ça se tente non ?
Donc pour ton anniversaire ma belle, je te propose donc ce délicieux macaron géant aux mûres qui finalement te ressemble bien (frais, coloré et tout doux !).

Ingrédients pour un macaron géant

(normalement vous pouvez obtenir 4 coques de 20 cm de diamètre mais ça laisse de la marge en cas de mauvaise cuisson ou de pochage pas terrible, ne jetez pas les chutes de coques il a des recettes très sympa à faire avec)

200g de poudre d’amandes
200g de sucre glace
5cl d’eau
200g de sucre semoule
2x 75g de blancs d’œufs à température ambiant
colorant violet en poudre

Préparer les coques. Mixer la poudre d’amandes et le sucre glace durant 30 secondes. Si vous n’avez pas de robot, tamisez-les à l’aide d’un tamis assez fin. (Les coques seront, grâce à cela, toutes lisses).

Faire chauffer à feu moyen le sucre semoule et les 5cl d’eau. Plonger un thermomètre dans le sirop, la température doit atteindre 118°C.

Mettre 75g de blancs d’œufs dans un récipient et commencer à les battre à puissance maximum dès que le sirop atteint 114°C. Lorsque la température est à 118°C, baisser la vitesse du batteur au minimum et incorporer le sirop aux blancs en fin filet.

Remettre le batteur à vitesse maximum afin de réduire la température de la meringue. Elle doit être complètement refroidie, bien brillante et épaisse.

Dans un récipient, versez les 75g de blancs d’œufs non battus sur le mélange poudre d’amandes/sucre-glace et mélangez jusqu’à l’obtention d’une pâte assez épaisse. Ajouter le colorant jusqu’à la couleur souhaitée.

Détendre le mélange en fouettant vivement avec un quart de la meringue, puis incorporer le reste de la meringue en plusieurs fois et en mélangeant avec une spatule jusqu’à une consistance lisse et brillante, mais pas liquide. La pâte doit former un joli ruban.

Garnir une poche à douille de pâte à macaron et former des grandes coques de 20cm de diamètre (je vous conseille de pré-dessiner un gabarit sous votre papier sulfurisé).

Laissez croûter (sécher) les coques pendant 1 heure au moins.

Préchauffez votre four à 150°C.

Enfournez les coques durant 15 minutes en laissant la porte du four entrouverte.

Laissez refroidir et décollez les coques du papier sulfurisé.

Ingrédients pour la crème

250 g de mascarpone
2 œufs
60 g de sucre + les graines d’une gousse de vanille
6g de gélatine
2 càs d’extrait de vanille + une càs de crème liquide
1 càs de sucre glace
250 g de mûres

Faire ramollir la gélatine dans un grand volume d’eau.

Battre les jaunes d’œufs avec le sucre au fouet jusqu’à ce que ça pâlisse et mousse. Ajouter la gousse de vanille, fouetter, puis le mascarpone. Battre de nouveau.

Faire chauffer les 2 càs d’extrait de vanille et 1 càs de crème. Lorsque c’est chaud, ajouter la gélatine. Bien mélanger jusqu’à la dissoudre complètement, puis incorporer au mascarpone. Fouetter pour homogénéiser.

Battre les blancs d’œufs en neige. Lorsqu’ils montent, ajouter le sucre glace puis continuer de battre en neige très ferme. Les incorporer délicatement à la crème à l’aide d’une maryse, en soulevant bien la masse.

Monter le macaron. Placer les mûres autour du macaron et mettre de la mousse au centre. Poser quelques mûres sur le dessus. Ajouter de la mousse et poser le deuxième disque. Placer au réfrigérateur jusqu’à dégustation.

macarons géant mures

Manon