Bûche aux légumes

Cette recette sera probablement la dernière recette de 2019 publiée. Quand j’y repense je me dis que ce blog a presque une décennie et même si je ne l’entretiens pas autant que j’aimerais le faire, j’y tiens très fort et je n’ai vraiment pas envie de le lâcher. La blogosphère a sans doute perdu de sa popularité depuis l’avènement de Instagram, j’y reste malgré tout très attachée car c’est une vraie mine d’or et d’idée. D’ailleurs l’idée de cette bûche je l’ai allègrement piquée ici. Car je ne sais pas si vous le saviez mais je vais fêter 1 an de régime alimentaire sans viande. Cette décision ayant été prise du jour au lendemain n’a vraiment pas été difficile à tenir et aujourd’hui la viande ne me tente plus du tout. J’appréhendais beaucoup justement les repas de Noël mais c’est sans envie que j’ai regardé mes proches se délecter de viande longuement mijotée et autres foies gras. Néanmoins si dans mon quotidien l’absence de viande ne représente en rien un problème il a tout de même fallut que je me casse la tête pour trouver un compromis festif et qui plairait à tout le monde. Petite anecdote, je me suis chargée entièrement du réveillon de Noël proposant à ma famille un apéritif dinatoire entièrement pescovégétarien( comprendre végétarien avec poisson). Mes proches m’ont dit « ah oui tiens c’est vrai on n’a pas mangé de viande pour ce réveillon, hé bien ça ne nous a même pas manqué! ». Je n’ai donc pas fait l’égoïste et leur ait laissé les commandes pour le déjeuner du 25, j’ai seulement imposé l’accompagnement. Et comme je me passais de viande, je voulais quand même un accompagnement qui marque le coup. C’est donc sur la blogosphère que j’ai déniché cette recette très originale de bûche aux légumes. Réalisée à base de crème de soja elle est presque végan (presque car elle contient un petit peu de comté). Elle se compose d’une couche au céléri rave, d’une couche au potimarron et d’une couche au brocolis. Je pense que vous pouvez décliner cette bûche selon vos goûts mais en tout cas ici elle a bien plu tant par son aspect que par sa saveur.

Pour 8 personnes

Un petit céleri rave (300g)
50 g de très bon Comté fraîchement râpé
3 c. à soupe d’huile d’olive
2 oignons rouges
500 g de potimarron (pelé et égrainé)
500 g de brocolis
50cl de crème de soja liquide
6g d’agar-agar
Fleur de sel, poivre 5 baies.

 

Placer une feuille de papier guitare (feuille de plastique semi-rigide et réutilisable souvent vendues pour faire des bûches ou des décors au chocolat) au fond d’un moule à bûche.

Mixer la crème de soja avec l’agar agar (pour bien délayer ce dernier), puis faire chauffer dans une casserole. Compter une minute d’ébullition en fouettant sans cesse pour que le fond n’accroche pas, puis réserver au chaud.

Éplucher le céleri rave, le découper en petits cubes et le faire bouillir environ 15 minutes dans une casserole d’eau salée, jusqu’à ce qu’il soit bien tendre.

Pendant ce temps mixer la crème de soja avec l’agar agar puis faire chauffer dans une casserole. Compter une minute d’ébullition en fouettant sans cesse.

Égoutter le céleri rave et le mixer avec le comté, 80g de crème à l’agar agar et un peu de poivre. Remettre sur le feu 3 min en mélangeant sans cesse, puis verser dans le fond du moule à bûche et égaliser. Placer au frais.

Faire cuire le brocolis découpé en fleurette dans un grand volume d’eau frémissante pendant 15 minutes.

Pendant ce temps faire revenir deux oignons rouges avec 3 c. à soupe d’huile d’olive dans une grande poêle, une sauteuse ou un wok. Découper le potimarron en petits cubes, puis faire revenir à la poêle avec les oignons, un peu de sel et de poivre, jusqu’à ce que tout soit bien tendre et légèrement doré. Ajouter 110g de crème à l’agar agar, poivrer, bien mélanger sur le feu pendant une minute, puis verser dans le moule (sur la crème blanche au céleri).

Mixer le brocolis égoutté avec le restant de crème, saler et poivrer. Porter de nouveau à ébullition puis verser dans le moule.

Mettre au frais, bien couvert, jusqu’au lendemain. Avant de servir, la sortir du moule, enlever le papier guitare, et la déposer dans un plat.

On peut faire tiédir cette bûche à environ 60°C (maximum, au delà l’agar agar perd ta fonction gélifiante).

Manon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s