Paris-Brest de Conticini

paris-brest

S’il y a bien une pâtisserie qui vient réveiller les classiques c’est celle-ci. Le Paris-Brest souffre de plus en plus d’une réputation de gâteau du dimanche plan-plan, écœurant et trop sucré. Cela est sans doute dû à sa crème au beurre qui n’a plus vraiment sa place dans les gâteaux actuels. Le grand Conticini a donc proposé sa revisite de ce célèbre gâteau pour le plus grand plaisir des gourmands. Aujourd’hui sa version est diamétralement opposée même si on trouve toujours les fondamentaux : une pâte à choux et une crème au beurre pralinée. La différence résulte dans la finesse du gâteau : une pâte à choux surmontée d’un craquelin qui  apporte un croquant et une pointe de sel très agréable et un mariage divin avec une crème aérienne au praliné maison dans laquelle se cache un insert de praliné pur qui vient booster l’ensemble. Vous l’aurez compris : cette version est donc une pure merveille et même si elle a en commun avec son ancêtre le nom, elle en reste tout de même une pâtisserie exceptionnelle.

Pâte de praliné maison (vous pouvez acheter de la pâte déjà prête, mais le résultat sera moins bon)

150 g de sucre
100 g d’amande
200 g de noisettes

Faire torréfier les amandes et les noisettes dans une poêle ou une casserole et cuire le tout à feu moyen en mélangeant constamment avec une cuillère en bois jusqu’à ce que la peau des fruits secs se détache toute seule. Ajouter le sucre et mélanger constamment.
Chauffer le mélange jusqu’à que le sucre fonde et caramélise en enrobant les amandes et les noisettes. Attention le mélange ne doit pas trop brunir.
Une fois que le caramel enrobe bien les amandes et les noisettes, verser le mélange sur une surface plate recouverte de papier sulfurisé.
Bien l’étaler uniformément à l’aide d’une cuillère en bois et laisser refroidir complètement.
Dès que le caramel a refroidi et a durci, le casser en petits morceaux.
Placer les morceaux dans un mixeur, et mixer en arrêtant de temps en temps votre robot pour ne pas qu’il chauffe trop.
On obtient alors dans un premier temps, une poudre : le pralin.
Continuer de mixer avec des pauses plus moins longues (très important à respecter pour que votre robot ne vous lâche pas en cours de route) jusqu’à obtenir une pâte liquide.

Le craquelin

40g de beurre doux
50g de sucre roux
50g de farine
1 pincée de fleur de sel.

Dans le bol du robot et avec la feuille (fouet plat) ou à défaut dans un cul-de-poule, mélanger la farine, la cassonade et la fleur de sel, ajouter le beurre mou et pétrir quelques minutes à vitesse moyenne pour obtenir une pâte homogène. Faire une boule et étaler la pâte sur 3/4 mm d’épaisseur entre deux feuilles de papier sulfurisé. A l’aide d’un emporte-pièce détailler des rond de 3 à 4 cm de diamètre selon le diamètre de vos choux. Réserver au réfrigérateur.

La pâte à choux 

125g d’eau
2g de sel
2g de sucre semoule
60g de beurre
80 g de farine T45
125g d’œufs entiers
Sucre glace pour la finition.

Chauffer le four à 180° chaleur statique. Porter à ébullition l’eau, le sel, le sucre et le beurre. Hors du feu ajouter en une seule fois la farine tamisée. Remettre sur le feu et dessécher à feu doux et à la spatule 2 min jusqu’à ce qu’une fine pellicule se forme au fond de la casserole. Mettre le pâton dans le robot muni du fouet plat, faire tourner un peu pour le refroidir avant d’incorporer les œufs légèrement battus petit à petit à vitesse moyenne, attendre que la pâte soit bien homogène avant chaque ajout. Arrêter de mélanger quand elle a un aspect satiné. Le sillon d’une ligne tracée avec le doigt dans la pâte doit se refermer. Si la pâte est drop sèche vous pouvez ajouter un petit peu d’oeuf battu (attention, il faut y aller doucement pour ne pas obtenir une pâte trop liquide) Dresser en couronne 8 choux de 4 cm de diamètre sur la plaque recouverte de papier cuisson (il reste de la pâte à choux, vous pouvez dresser des petits choux individuels). Poser les disques de craquelin dessus. Faire cuire 35 min/40 min sans ouvrir le four. Laisser refroidir à température ambiante.

La crème mousseline au praliné

1/4 l de lait entier
½ gousse de vanille fendue en deux
50g de sucre semoule
2 jaunes d’œufs
10g de farine T45
10g de maïzena
150g de beurre d’excellente qualité type Charentes-Poitou
75g de praliné

Tamiser la farine et la maïzena. Dans un cul de poule, mélanger le sucre et les jaunes puis les farines. Faire bouillir le lait avec les graines de la gousses de vanille, en mélanger la moitié avec le contenu du cul de poule, puis reversez le tout dans la casserole. Faire épaissir sur le feu une minute environ sans cesser de remuer. Débarrasser sur une plaque. Filmer au contact et laissez refroidir à température ambiante.

Une fois que le beurre et la crème sont à la même température, crémer le beurre au fouet, ajouter le praliné puis incorporer petit à petit la crème pâtissière lissée et laisser monter afin d’obtenir un mélange aéré.

L’insert praliné

100g de praliné.

Le dressage : découper la couronne dans l’épaisseur. Pocher un peu de crème au praliné en couronne sur la base de chacune des 8 cavités, pocher dans le creux des couronnes de crème un peu de praliné puis terminer avec une couche de crème au praliné. Recouvrir avec le chapeau de la couronne et poudrer de sucre glace. Placer au frais.

Veillez à sortir  le Paris-Brest du frigidaire 20 minutes avant sa dégustation.

paris-brest2

Manon

Gâteau moelleux au cacao cœur fondant à la noix de coco

 2

Déjà biiiiip (<– censure) mois que je n’ai pas publié d’article. Que le temps passe vite. Ce sont mes collègues adorées qui me le rappellent lorsqu’elles me demandent : « t’as publié quelque chose de nouveau sur ton blog récemment ? » et quand ça fait la cinquième fois que je leur réponds « non » je me dis qu’il va falloir faire une petit effort. Alors le mot « effort » est fort (effort est fort, t’as compris la blague ?), puisque je tiens toujours à publier avec plaisir et non par contrainte. Peut-être d’ailleurs est-ce pour cela que je n’ai rien publié depuis un moment (manque de temps, manque d’envie ?). Bref, je reviens toute requinquée pour vous proposer une de mes recettes comfort food coup de cœur. Cette recette je l’avais dénichée sur un blog qui n’existe malheureusement plus, il y a de cela 10 ans (et la tu te prends un bon gros coup de vieux). A l’époque j’étais une jeunette lectrice de blog avide de nouvelles recettes (bon ça n’a pas changé mais je me fais plus discrète sur la blogos’). Je l’avais donc essayée et j’avais été conquise. D’ailleurs je le suis toujours – conquise. C’est plutôt difficile de résister à un gâteau moelleux au cacao et au cœur fondant de coco. D’ailleurs, j’adore son cœur tout humide à la coco qui me fait beaucoup penser aux Bounty. Cependant j’attire votre attention sur le fait qu’il faille respecter scrupuleusement les étapes de ce gâteau à la lettre. En effet, si vous en loupez une vous pouvez vous retrouver avec un gâteau très sec, et on veut pas ça (ma chériiie). Moi je le réalise assez régulièrement et on l’aime beaucoup à la maison.

1

Pour le gâteau cacao :
125 g de beurre
125 g de sucre
3 œufs
150 g de farine
1/2 sachet de levure chimique
3 cuillères à soupe de lait
3 cuillères à soupe de cacao amer non sucré (type VanHouten)

Pour le cœur coco :
1 blanc d’œuf
100 g de noix de coco râpé
70 g de sucre
1/2 sachet de sucre vanillé
1/2 cuillère à soupe de maïzena
2,5 cuillères à soupe de crème liquide
2 cuillères à soupe de lait

Préparation de la recette :
Préchauffer le four à 180° (thermostat 6)
Pour le gâteau cacao :
Faire fondre le beurre, et le battre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter les jaunes et bien mélanger.
Ajouter la farine et la levure mélangées, puis le lait, le cacao. Bien mélanger.
Battre les blancs en neige et les incorporer délicatement au mélange.
Réserver la préparation.
Pour le cœur de coco :
Dans un autre saladier, battre le blanc en neige ferme.
Ajouter ensuite tous les ingrédients en mélangeant correctement.
Cela donne un mélange assez granuleux.
Dans un moule de 20 cm de diamètre (c’est important afin de se retrouver avec un gâteau épais et moelleux) bien beurré et fariner, verser la moitié de la préparation cacao (à l’aide d’une poche à douille c’est plus facile à mon sens). Repartir le cœur coco au dessus, puis recouvrir de l’autre moitié de préparation cacao.
Enfourner à 180° (thermostat 6) pendant 25 à 30 min. (jusqu’à ce que la lame du couteau ressorte sèche).

3Manon

Entremets au chocolat blanc, insert à l’abricot et croustillant praliné

11261809_886308204768823_100202415582941536_n

Aujourd’hui je reviens avec (encore) une recette chipée à ma copine Miss Bretzel du blog Rock The Bretzel. Ok son blog n’est désormais plus à présenter tant je la cite dans mes articles (en même temps son blog fourmille de recettes toutes plus alléchantes les unes que les autres pas étonnante qu’elle soit une de mes principales sources d’inspiration !). Alors cette recette est, je dois le dire, le fruit d’une réflexion en binôme avec donc ma copinette blogueuse (ok je ne manque aucune occasion pour m’attirer les recettes d’une sublime recette). En effet, il y a quelques temps j’ai fait part à Miss Bretzel d’un entremets que j’avais goûté dans une des pâtisseries de ma région où j’avais craqué sur l’alliance praliné/abricot. Il n’en a pas fallu plus pour que son adorable tête imagine cet entremets de DINGUE. Non mais quand je dis de DINGUE c’est vraiment de DINGUE. Je pense que c’est clairement mon entremets préféré. Je l’avais fait une première fois l’été dernier et il avait fait fureur et toute l’année j’ai attendu patiemment la saison des abricot pour le refaire de nouveau. Il se compose donc ainsi : un financier pistache sur lequel repose un croustillant praliné le tout recouvert d’une mousse au chocolat blanc, un insert à l’abricot vient apporter la dose d’acidité et de pep’s pour réveiller tout ça. Ça fait rêver non ? Alors contrairement à ma potesse blogueuse je n’ai pas fait de biscuit Joconde et c’était très bien quand même.

11012025_886308194768824_7335075120069511003_n

Ingrédients

Pour un cercle à pâtisserie de 20 cm de diamètre

Pour l’insert à l’abricot (d’un diamètre de 18cm) :

300 g de purée d’abricot
3 feuilles de gélatine

Pour le financier pistache (d’un diamètre de 18cm) :

40 g de poudre d’amande
30 g de farine
60 g de sucre
50 g de beurre
2 g de fleur de sel
60 g de blancs d’œufs
40 g de pâte de pistache
1 grosse poignée de pistaches non salées

Pour le praliné croustillant :

20 g de chocolat blanc
80 g de pâte pralinée
40 g de crêpes dentelles

Pour la mousse bavaroise au chocolat blanc :

250 g de lait
80 g de jaunes d’œufs
50 g de sucre
3 feuilles de gélatine
130 g de chocolat blanc
250 g de crème liquide

Pour l’insert à l’abricot (à préparer la veille) :

Faire ramollir la gélatine dans un grand volume d’eau froide pendant au minimum 15 minutes.

Mettre la purée de fruits dans une casserole et porter à ébullition.

Ajouter la gélatine essorée hors du feu, bien homogénéiser pour la dissoudre.Verser cette préparation dans un cercle de 18 cm chemisé de film alimentaire.Mettre au congélateur pour la nuit.

Pour le financier pistache (d’un diamètre de 18cm) :

Mettre le beurre à fondre sur feu doux jusqu’à ce qu’il obtienne une jolie coloration blonde foncée et qu’une légère odeur de noisette s’en dégage. Retirer du feu et le laisser tiédir.

Dans un saladier, mélanger ensemble la poudre d’amande, le sucre et la farine. Ajouter le blanc d’œuf et la pâte de pistache. Mélanger bien et incorporer finalement le beurre noisette tiédi.

Mélanger pour obtenir un appareil bien lisse et parfaitement homogène. Verser dans 1 cercle à pâtisserie de 18cm de diamètre. Parsemer de pistache grossièrement concassée.

Enfourner dans un four préchauffé à 180°C pendant 15 minutes.

Sortir du four et laisser refroidir. Démouler et retailler un disque de 15cm de diamètre.

Pour le praliné croustillant :

Faire fondre le chocolat au bain-marie (il ne doit pas atteindre plus de 45°C) puis ajouter la pâte pralinée. Bien mélanger.

Ajouter les crêpes dentelles émiettées. Étaler immédiatement ce mélange sur le disque de financier.

Pour la mousse bavaroise au chocolat blanc :

Faire tremper les feuilles de gélatine dans un bol d’eau froide au moins 30 minutes avant utilisation.

Mettre le bol et le fouet du batteur au frigo au moins 30 minutes avant utilisation. Verser le lait dans une casserole avec la moitié du sucre. Porter à légère ébullition.

Faire fondre le chocolat au bain-marie (ou au four à micro-ondes). Dans un saladier, fouetter les jaunes d’œufs avec le sucre restant jusqu’à blanchissement du mélange.

Verser sur les œufs blanchis le lait chaud tout en continuant de fouetter.

Remettre le mélange dans la casserole et faire chauffer à feu doux sans cesser de mélanger à la spatule. Stopper la cuisson lorsque la crème atteint 85°C. La crème doit napper la cuillère.

Ajouter le chocolat fondu puis la gélatine essorée. Laisser refroidir avant d’ajouter la crème fouettée en 3 fois.

Pour le montage final :

Déposer un cercle à pâtisserie de 20 cm de diamètre et de 4,5cm de hauteur sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et rentrant au congélateur.

Chemiser le cercle de rhodoïd en prenant soin de la faire dépasser d’environ 1 cm (il faudra superposé 2 films).

Déposer le financier/croustillant au centre. Couler la moitié de la mousse chocolat blanc et placer au congélateur 10 min.

Déposer l’insert à l’abricot (retaillé à 15cm de diamètre) et couler le restant de mousse. Réserver au congélateur 1 heure.

11141132_886308198102157_2180796264864992661_n

Manon

Macaron géant aux mûres, crème mascarpone à la vanille – Pour le concours de Sotis

macaron géant mures

Ce matin, complètement estomaquée par la météo (rafales de vente, pluies diluviennes, 10° au compteur) qui donne un côté monochrome au paysage, j’ai eu envie de couleur et de soleil. Non parce que chui pas contente m’voyez, je n’aime pas les grosses chaleurs : l’été n’est définitivement pas ma saison préférée. En revanche j’aime quand le temps se prête aux déjeuners en terrasse, aux jardins colorés et salades fraîches. Le printemps est donc ma saison chouchou ex-exæquo avec l’automne (j’adore Halloween, le potimarron et les noisettes, cherchez pas…). Mais là avec le faux hiver qu’on a eu je commence à en avoir marre d’être en automne depuis 8 mois quoi… Donc ma façon à moi de me rebeller et de manifester mon mécontentement est de vous partager une recette super gourmande, super fraîche et de-saison-s’il-vous-plait : le macaron géant aux mûres et crème mascarpone à la vanille. Une tuerie tout simplement pas si compliquée à réaliser (allez savoir j’ai toujours trouvé qu’il était plus aisé de réussir les grands macarons que les petits). Recette piquée en quasi intégralité sur le blog d’une de mes pâtissières préférée : Delphine.

57db22ec20ed6a6d4691d5e39bf4d7db

En parlant de blogueuse cool, j’ai vraiment eu du mal à croire que ma cops Sotis du blog La gourmandise est un joli défaut fêtait ses 40 ans. Je compte bien la cuisiner pour connaître son élixir de jeunesse car pour l’avoir vu en vrai je ne sais pas comment elle fait pour paraitre si jeune ;]. Donc pour fêter ça, elle a eu la bonne idée d’organiser un concours sur son blog en partenariat avec L’Epicer-elogo (qu’est vraiment une épicerie très très classe je dois dire). Le principe est de lui faire un joli gâteau d’anniversaire (virtuellement j’entends). Vous avez jusqu’au 14 juin 2016 minuit pour participer, tous les détails se trouvent ICI. En plus de la joie que vous aurez de lui faire plaisir, vous pourrez peut-être remporter un des 3 colis réalisés par ses mimines. Ça se tente non ?
Donc pour ton anniversaire ma belle, je te propose donc ce délicieux macaron géant aux mûres qui finalement te ressemble bien (frais, coloré et tout doux !).

Ingrédients pour un macaron géant

(normalement vous pouvez obtenir 4 coques de 20 cm de diamètre mais ça laisse de la marge en cas de mauvaise cuisson ou de pochage pas terrible, ne jetez pas les chutes de coques il a des recettes très sympa à faire avec)

200g de poudre d’amandes
200g de sucre glace
5cl d’eau
200g de sucre semoule
2x 75g de blancs d’œufs à température ambiant
colorant violet en poudre

Préparer les coques. Mixer la poudre d’amandes et le sucre glace durant 30 secondes. Si vous n’avez pas de robot, tamisez-les à l’aide d’un tamis assez fin. (Les coques seront, grâce à cela, toutes lisses).

Faire chauffer à feu moyen le sucre semoule et les 5cl d’eau. Plonger un thermomètre dans le sirop, la température doit atteindre 118°C.

Mettre 75g de blancs d’œufs dans un récipient et commencer à les battre à puissance maximum dès que le sirop atteint 114°C. Lorsque la température est à 118°C, baisser la vitesse du batteur au minimum et incorporer le sirop aux blancs en fin filet.

Remettre le batteur à vitesse maximum afin de réduire la température de la meringue. Elle doit être complètement refroidie, bien brillante et épaisse.

Dans un récipient, versez les 75g de blancs d’œufs non battus sur le mélange poudre d’amandes/sucre-glace et mélangez jusqu’à l’obtention d’une pâte assez épaisse. Ajouter le colorant jusqu’à la couleur souhaitée.

Détendre le mélange en fouettant vivement avec un quart de la meringue, puis incorporer le reste de la meringue en plusieurs fois et en mélangeant avec une spatule jusqu’à une consistance lisse et brillante, mais pas liquide. La pâte doit former un joli ruban.

Garnir une poche à douille de pâte à macaron et former des grandes coques de 20cm de diamètre (je vous conseille de pré-dessiner un gabarit sous votre papier sulfurisé).

Laissez croûter (sécher) les coques pendant 1 heure au moins.

Préchauffez votre four à 150°C.

Enfournez les coques durant 15 minutes en laissant la porte du four entrouverte.

Laissez refroidir et décollez les coques du papier sulfurisé.

Ingrédients pour la crème

250 g de mascarpone
2 œufs
60 g de sucre + les graines d’une gousse de vanille
6g de gélatine
2 càs d’extrait de vanille + une càs de crème liquide
1 càs de sucre glace
250 g de mûres

Faire ramollir la gélatine dans un grand volume d’eau.

Battre les jaunes d’œufs avec le sucre au fouet jusqu’à ce que ça pâlisse et mousse. Ajouter la gousse de vanille, fouetter, puis le mascarpone. Battre de nouveau.

Faire chauffer les 2 càs d’extrait de vanille et 1 càs de crème. Lorsque c’est chaud, ajouter la gélatine. Bien mélanger jusqu’à la dissoudre complètement, puis incorporer au mascarpone. Fouetter pour homogénéiser.

Battre les blancs d’œufs en neige. Lorsqu’ils montent, ajouter le sucre glace puis continuer de battre en neige très ferme. Les incorporer délicatement à la crème à l’aide d’une maryse, en soulevant bien la masse.

Monter le macaron. Placer les mûres autour du macaron et mettre de la mousse au centre. Poser quelques mûres sur le dessus. Ajouter de la mousse et poser le deuxième disque. Placer au réfrigérateur jusqu’à dégustation.

macarons géant mures

Manon

Cheesecake japonais à la vanille, chantilly aux fruits de la passion – Battle Food #41

Cheesecake japonais, chantilly aux fruits de la passion 1

Et me revoilà pour cette nouvelle édition de la Battle Food. J’ai été une nouvelle fois très heureuse d’y participer et surtout très inspirée. Si j’étais plus assidue j’aurais grand plaisir à participer à toutes les éditions. Par exemple le mois dernier j’ai merveilleusement loupé le coche pourtant le thème ne pouvait que me séduire puisqu’il s’agissait du thème Un nuage Chocolat, imaginé et organisé par Evin sur son nuage.
Ce mois-ci j’ai donc réglé mon alarme pour cette nouvelle Battle Food malgré le changement d’heure. Emilie Sweetness, la nouvelle marraine de cette édition a proposé que nous imaginions une recette sur le thème : « Les Fruits Exotiques ». Un thème idéal pour moi qui suis une fan inconditionnelle des fruits exotiques.  Avant de vous présenter ma recette, voici le rappel des éditions précédentes :

Battle Food #40 : Sylvia de Evin sur son nuage : Un nuage de chocolat
Battle Food #39 : Seb de Poivré Seb : En janvier les rois se déguisent !
Battle Food #38 : Gabrielle de La la la cuisine : Du rêve sur toutes les tables
Battle Food #37 : Julia de Les cookines : De l’industriel au fait maison
Battle Food #36 : Sonia de Frambuesa’s kitchen : La cuisine monochrome !
Battle Food #35 : Natacha de A french girl cuisine : Millefeuilles en folie !
Battle Food #34 : Hélène de Rock the Bretzel : Carpaccio !
Battle Food #33 : Elise de And so we cook : Pique-nique
Battle Food #32 : Chapeau Melon : Douceurs de votre enfance
Battle Food #31 : Cyrielle et Marion de Petits Pois : petites graines
Battle Food #30 : Emi de Emi’ss cooking : American Food Dream
Battle Food #29 : Sophie de Les Carnets de Sophie : Les Gâteaux d’anniversaire
Battle Food #28 : Hanane de Safran Gourmand : La Saint Valentin
Battle Food #27 : Stéphanie de Cuisine moi un mouton : L’amande en folie
Battle Food #26 : Maïa de Petits Begins : Recette de Noël
Battle Food #25 : La Cantine des Cousins : la cuisine trompe l’œil
Battle Food #24 : Sabine de Délice Celeste : Le fromage
Battle Food #23 : Chloé de Par faim D’arômes : complètement givré
Battle Food #22 : Lyne de Epices & moi : Verrines épicées de l’été
Battle Food #21 : Laura de Delices Cookie’s : les tapas
Battle Food #20 : Anna et Olivia de La cuisine d’Anna et Olivia : les sweet drinks
Battle Food #19 : Julie de Jujube en Cuisine : la noix de coco
Battle Food #18 : Charline de La Godiche : la pâte à cookie
Battle Food #17 : Dorian de Mais pourquoi est-ce-que je vous raconte ça : furieusement marbré
Battle Food #16 : Annie de By acb 4 you : Les soupes
Battle Food #15 : Carine de Chic, chic, choc…olat : le gâteau de crêpes
Battle Food #14: Emilie de Casserole et Claviers : les Cadeaux gourmands
Battle Food #13: Estelle de Impromptu sur des folies culinaires : les Panés croustillants
Battle Food #12 : Valérie de Framboises et bergamote : le Petit déjeuner
Battle Food #11 : Chloé de Chloe Delice : Street Food
Battle Food #10 : Marine de Marine is cooking : Le tartare
Battle Food #9 : Galou de Once upon a cook : Food in Jar
Battle Food #8 : Marie de Madeleines et plumes d’autruche : les Fraises
Battle Food #7 : Olivia de Sokeen : la Pâte à choux
Battle Food #6 : Mamie gâteau de J’ai trop mangé de chocolat : le Thé
Battle Food #5 : Emilie de Byplou : le lychee
Battle Food #4 : Emilie & Léa de Emilieandleassecrets : la Feuille de riz déclinée en rouleau
Battle Food #3 : Le Blog de Pop and Soda : les Tartelettes
Battle Food #2 : Mélanie de Les goûters de Nanie : la Pizza
Battle Food #1 : Carole de Sunrise over sea : le Burger

logo Battle Food #41

Allez c’est parti !

Cheesecake japonais, chantilly aux fruits de la passion

Donc voici le résultat de mon remue-méninges autour des fruits exotiques : Le Cheesecake japonais à la vanille et chantilly aux fruits de la passion. J’ai vraiment adoré cette association mousseuse à souhait, aérienne et gourmande. Un bel équilibre de saveur entre l’acidité du fruit de la passion, la rondeur de la vanille, le moelleux et le crémeux de la chantilly au mascarpone. Je vous invite donc à tester cette recette surprenante et délicieuse.

Cheesecake japonais, chantilly aux fruits de la passion2

3 œufs
120 g de chocolat blanc
120 g de fromage frais type Philadelphia
1 gousse de vanille
200 g de mascarpone
15 cl de crème entière
50 g de sucre glace
10 cl de jus de fruits de la passion
déco : 1 fruit de la passion

Séparer les blancs et les jaunes. Faire fondre le chocolat blanc au bain marie ou au micro ondes 3 x 30 secondes. Mélanger le fromage et le chocolat fondu en lissant bien. Ajouter les 3 jaunes d’œufs, mélangez. Ajouter la pulpe d’une gousse de vanille.

Préchauffer le four a 170°C. Battre les blancs en neige bien ferme et les ajouter délicatement au mélange précédent une fois qu’il a refroidit. Placer la préparation dans un moule anti-adhérent de 24cm beurré et fariné ou dans un moule en silicone alimentaire. Placer le moule dans un plat plus grand et ajouter de l’eau dans le plat afin de cuire au bain marie: 15 min a 170°C, baisser à 160°C et poursuivre 15 minutes. Enfin éteindre le four et laisser encore le gâteau 15 minutes (donc 45 minutes en tout).

Pendant ce temps préparer la chantilly aux fruits de la passion. Dans le bol d’un batteur bien froid, foutter la crème liquide entière. Ajouter le sucre glace et fouetter à nouveau.Verser le jus de fruits de la passion. Ajouter le mascarpone et terminer en fouettant vitesse maxi jusqu’à ce que le glaçage prenne forme (plutôt ferme).

Dresser la chantilly sur le cheesecake bien refroidi, décorer et servir bien frais.

Cheesecake japonais, chantilly aux fruits de la passion HAUT6

N’hésitez pas à faire un tour sur les blogs des autres participantes de cette édition.

Emilie Sweetness – Evin sur son nuageFour seasons journalYou can cook itClick Cook & Taste!Envie d’une recette végétarienne?CelinblogMignardises & CieRécréacakesKeskonmangemaman?Des recettes à GogoPourquoi je grossisBy acb 4 you Fil et croq – Pix’Elle(s) cuisine(nt)Bistro de JennaLes Gourmandises de YaPause NatureCookin’ MoviePar amour des bonnes chosesAurore’s BakeryElodie’s CookingMelina & ChocolatCrème de sucrePar faim d’arômesBleu Combava Food Fun FotoCooking & Bon appétitMiam la cuisine de CathSarah mène sa fraiseCraquounette avenueNathy’s FoliesI love CakesPetite Cuillère et CharentaisesLe blog de CataGraine de faim KelyLa PolygrapheCook a Life by Maeva –  Les délices de LoulouRosenoisettes Rappelle toi des mets – La médecine passe par la cuisine Framboises & Bergamote Douceurs MaisonTangerine zestAu fil du ThymEt rond, et rond, petits platapons lalala cuisineCuisine 2 sœursCuisine sans gluten et sans lactose Recettes DukanEncore un GateauSweety Cook Aussi délicieux qu’un gâteauLes CookinesCooking & coJe cuisine donc je suisEat & Tea La DélicieuserieCuisine by MariaLa PatysserieMon Bonheur Gourmand Mel en CuisinesCooking in JuneJ’ai toujours aimé le jaune moutardeUne abeille en cuisine Rock the BretzelPopote et NatureKaribo SakafoComme une envie de Branchée Popote Cook’n blogVous reprendrez bien un kiloZabou s’éclate en cuisine

Cheesecake japonais, chantilly aux fruits de la passion HAUT3

Manon

Gâteau de voyage au pamplemousse et aux huiles d’olives – Participation au concours « Régalez-vous au bureau avec les huiles d’olive, bons petits plats à emporter ».

12695674_1010816045651371_1183760521_o

Aujourd’hui je vous présente ma participation au concours « Régalez-vous au bureau avec les huiles d’olive, bons petits plats à emporter » organisé par Huiles & Olives. Huiles & Olives est partenaire du Salon du Blog depuis maintenant plusieurs éditions. J’ai toujours plaisir à rencontrer ces passionnés de l’huile d’olive dont j’ai apprécié participer à leurs ateliers dégustation. C’est donc tout naturellement que j’ai accepté de participer à leur concours. L’idée était de sublimer une ou plusieurs huiles d’olive, la recette devant être originale, créative et facile à emporter. J’ai donc choisi de réaliser un gâteau de voyage, ce gâteau permet d’être transporté sans problème, il n’est pas fragile et n’a pas besoin d’être conservé au frais. Pour mettre en valeur les huiles d’olives j’ai donc choisi une recette sucrée où je me suis amusée à les utiliser en fonction de leur puissance et de leur saveur pour qu’elles apportent un équilibre parfait à ce gâteau.

12736936_1010815998984709_1729036880_o

Ma recette se compose donc d’un moelleux à l’huile d’olive subtile de France et aux écorces de pamplemousse confites, un crémeux pamplemousse à huile d’olive intense. La gâteau est enrobé d’un glaçage ivoire au chocolat blanc et éclats d’amandes pour le côté croquant. J’ai décoré mon gâteau avec des tuiles à l’huile d’olive à l’ancienne qui apporte une petite touche rustique et pleine de caractère qui vient réveiller la douceur et la rondeur du glaçage, des écorces confites pour le pep’s et des amandes entières !

Pour 6 personnes :

Temps de préparation : 15mn la veille + 2h le jours J

Crémeux pamplemousse
40 g de jus de pamplemousse
2 càc d’huile d’olive Intense
10 g de zeste de pamplemousse
1 g de gélatine en feuille
12 g de lait
37 g d’œuf
22 g de sucre semoule
7 g de beurre de cacao
1 g de fleur de sel
50 g de beurre doux mou

Moelleux pamplemousse
50 g d’œuf
80 g de sucre semoule
20 g d’écorces de pamplemousse confites
40 g de crème épaisse
20 g d’huile d’olive Subtile de France
60 g de farine
1 g de levure

Tuiles à l’huile d’olive
25 g de sucre
10 g de farine
10 g de jus de pamplemousse
15 g d‘huile d’olive A l’ancienne

Ganache au chocolat blanc
30 g de chocolat blanc
30 g de crème entière

Glaçage
175 g de chocolat ivoire de couverture
75 g de beurre de cacao
15 g d’huile de pépins de raisin
75 g d’éclats d’amandes

Déco
Quelques écorces de pamplemousse confites
Une tranche de pamplemousse séchée
Des amandes

La veille, préparer le crémeux pamplemousse : faire tremper la gélatine dans l’eau froide. Faire bouillir dans une petite casserole le jus de pamplemousse, le lait avec les zestes. Mélanger l’œuf avec le sucre dans un bol et ajouter le lait aromatisé. Mélanger et reverser dans la casserole. Porter à ébullition sans cesser de mélanger. Hors du feu ajouter la gélatine essorée et le beurre de cacao ainsi que la fleur de sel. Lorsque la température de la préparation atteint 40°, ajouter le beurre en plusieurs fois à l’aide d’un mixeur plongeant. Laisser refroidir et filmer au contact. Placer au frais une nuit.

cake voyage huile d'olives et pamplemousse (2)

Le jour J sortir le crémeux du frigidaire avant de poursuivre la recette.

Préparer le moelleux : préchauffer le four à 170°. Faire blanchir l’œuf et le sucre semoule ainsi que les écorces coupées en tout petits morceaux dans un batteur muni d’un fouet jusqu’à ce que la préparation double de volume. Ajouter la crème épaisse.

Tamiser la farine avec la levure et les ajouter à la préparation. Incorporer l’huile d’olive Subtile.

Dans un moule à cake anti-adhérent ou préalablement beurré, verser la préparation. Faire cuire environ 20 minutes jusqu’à obtenir une jolie coloration blonde.

Laisser refroidir à la sortie du four puis démouler sur une grille.

A l’aide d’une poche à douille, faire un boudin de crémeux au milieux du moelleux sur toute la longueur de celui-ci. Placer au congélateur.

Préparer la ganache au chocolat blanc : Dans une tasse verser la crème. Faire chauffer au micro-ondes 1 minutes. Ajouter le chocolat blanc et émulsionner. Placer au frais sans attendre.

Préparer les tuiles : Préchauffer le four à 190°. Mélanger tous les ingrédients. Sur une plaque recouverte de papier sulfurisé à l’aide d’une cuillère faire de tout petits tas de pâte. Enfourner 6 minutes. A la sortie du four attendre 2 minutes et placer les tuiles rapidement dans une gouttière à baguette afin qu’elles prennent leur forme. Laisser refroidir.

Préparer le glaçage : Faire fondre très doucement le chocolat blanc et le beurre de cacao dans une casserole à fond épais jusqu’à ce que la température atteigne 40°. Hors du feu ajouter l’huile de pépins de raisin et les éclats d’amandes, bien mélanger l’ensemble. Faire redescendre en température à 30°.

Placer le cake bien froid sur une grille. A l’aide d’une louche verser le glaçage sur le gâteau en prenant bien soin de le recouvrir entièrement.

Décorer : A l’aide d’une poche à douille déposer des gouttes de ganache au chocolat blanc. Décorer immédiatement avec la tranche de pamplemousse, les écorces, les tuiles et les amandes.

Voici comment faire des tanches de pamplemousse séchées : dans un four préchauffer à 90° faire cuire à même la grille de fines tranches de pamplemousse pendant 2 heures. Retourner à mi cuisson,

Voici comment faire des écorces de pamplemousse confites : prélever l’écorce d’un pamplemousse non traité. Coupé en petites lamelles. Placer dans une petite casserole, recouvrir d’eau et ajouter 1 càc de citron. Faire bouillir 15 secondes. Dans une passoire rincer les écorces, puis rincer la casserole. Recommencer cette opération 3 fois (elle a pour but d’enlever l’amertume du pamplemousse). Sécher les écorces sur du papier absorbant. Peser les écorces sèches. Dans une casserole placer les écorces et leur poids en sucre. Recouvrir d’eau et faire chauffer à feux doux pendant une quinzaine de minutes jusqu’à ce que l’eau se soit évaporée. Placer les écorces confites sur une grille et faire sécher une nuit.

12699322_1010816022318040_1110013797_o

Manon

Postre Chaja – Bataille food #31

12630919_1003448693054773_235589380_o Décidément ces derniers temps mes premières fois se font de plus en plus nombreuses. Cette fois-ci il s’agit d’un nouveau défi culinaire la « Bataille Food ». Ce défi n’en est pas à son coup d’essai puisqu’on arrive déjà à la 31ème édition et il a fallu que ma copinaute Miss Bretzel du blog Rock The Bretzel, soit nommée marraine de cette édition pour que j’y participe. Il faut tout de même dire que le thème m’a séduite et a tout de suite fait écho à une recette que j’avais envie de réaliser il y a longtemps. Mais avant de vous parler de cette recette laissez-moi vous expliquer en quoi la Bataille Food consiste. Pour reprendre les mots de ma coupine : « Chaque mois, une marraine (ou un parrain !) désigne un thème autour duquel les participants vont devoir s’illustrer, et impose deux ingrédients obligatoires. Le premier mercredi de chaque mois, à partir de 18h, les participants publient leurs recettes inédites. La marraine s’occupe de regrouper toutes les réalisations dans un tableau Pinterest et désigne dans les jours qui suivent son successeur. » Ce défi a été créé par Jena du blog Bistro de Jenna. Le mois dernier, c’est Bénédicte du blog Douceurs Maison qui était marraine de l’édition 30# et qui proposait le thème : Une couleur orange et une épice ! Et c’est donc ma copine Miss Bretzel qui a remportée l’édition avec ses babas au rhum, à l’orange et à la fève de tonka et qui a été choisie pour ce nouveau thème.

12637127_1003448719721437_384304226_o

Ce mois, le thème choisi a été : Complètement meringué !

En rappel donc au mois de janvier et son tapis de neige brillant, le défi était donc de proposer une recette sucrée ou salée à base de meringue (française, italienne ou suisse) avec un ou des fruits de saison. Pour ma part j’ai donc craqué pour le Prostre Chaja. Un gâteau qui me faisait de l’œil depuis un moment de part son originalité. D’origine uruguayenne, ce gâteau porte le nom d’un oiseau indigène. Il est composée de disques de génoise aérienne punchées au rhum avec entre chaque couche de la confiture de lait. Le gâteau est entièrement recouvert d’une crème légère sucrée, de meringue suisse brisée et de kiwi. J’ai d’avantage vu cette recette présentée avec des pêches mais j’ai trouvé l’idée du kiwi séduisante. En effet, il est plutôt rare de voir ce fruit dans des desserts et pour ce Postre Chaja le kiwi apporte un vrai plus de part sa fraîcheur. J’ai vraiment été séduite par ce gâteau typique d’Uruguay !

12631257_1003448883054754_1092066933_o

Pour la meringue Suisse
75 g de blancs d’oeuf
150 g de sucre semoule

380 g de confiture de lait
6 oeufs blancs et jaunes séparés
110 g de sucre en poudre
1 càs d’extrait de vanille
2 càc d’eau tiède
75 g de farine fluide
35 g de fécule de maïs
300 ml de crème épaisse entière
1 càs de sucre glace
4 kiwi épluchés et coupés en quartiers

Sirop au rhum
110 g de sucre en poudre
125 ml d’eau
2 càs de rhum ambré

Préparer la meringue suisse : Fouetter l’ensemble des ingrédients au bain marie jusqu’à ce que la température atteigne 60°. A l’aide du fouet, monter l’ensemble dans la cuve d’un robot à puissance maximale. Étaler finement la meringue sur une toile en silicone et cuire pendant 2 h. Laisser refroidir, briser grossièrement puis réserver pour la décoration.

Préparer le gâteau : Préchauffer le four à 160°. Chemise le fond uniquement d’un moule à manqué de 20cm de diamètre de papier sulfurisé.
Battre les jaunes d’œufs avec 75 g de sucre en poudre dans la cuve d’un batteur pendant 5 minutes à vitesse moyenne. Incorporer l’extrait de vanille et l’eau tiède en battant.
Tamiser la farine et la fécule au dessus de la préparation mais ne pas mélanger.

Dans une autre cuve battre les blancs en neige, lorsqu’ils commencent à être mousseux, les serrer avec les 35g de sucre restants. Lorsque les blancs sont bien fermes en prélever un tiers pour détendre la préparation aux jaunes d’œufs à l’aide d’un fouet. Une fois l’ensemble bien homogène, incorporer le reste des blancs délicatement à l’aide d’une maryse.
Séparer la pâte en deux et verser la première moitié dans le moule chemisé et enfourner 30 minutes. A la sortie du four, laisser refroidir sur une grille puis démouler. Nettoyer le moule que vous chemiserez une seconde fois pour y faire cuire la seconde moitié de pâte.

Préparer le sirop au rhum : faire chauffer le sucre et l’eau dans une petite casserole à fond épais, à feux doux jusqu’à ce que le sucre soit dissous sans laisser frémir. Hors du feu ajouter le rhum.

Une fois les deux gâteaux bien refroidis, égaliser le dessus des gâteaux et les couper en deux horizontalement. Poser un premier disque sur un plat et puncher à l’aide d’un pinceau de sirop. Tremper une spatule en métal dans de l’eau chaude et étaler un tiers de confiture de lait sur ce premier disque.Poser le second disque de gâteau sur le premier et recommencer l’opération une seconde fois puis une troisième fois. Terminer en posant le dernier disque.

Battre la crème et le sucre glace dans un batteur électrique jusqu’à obtenir une chantilly. Recouvrir entièrement le gâteau de crème montée puis ajouter les morceaux de meringues avec le plat des deux mains en appuyant légèrement. Décorer avec des quarts de kiwi et servir sans attendre ou placer au frais maximum 4 h.

12637391_1003448943054748_646350777_o

Manon

Bûche glacée façon Vacherin 100% home made vanille-fraises – Battle Food #38

10548226_806144349451876_4781798920892828320_oAvec cette recette je participe à ma toute première Battle Food, le défi culinaire mensuel autour d’un thème bien précis. Ce mois-ci il s’agit du thème : « Du rêve sur toutes les tables » proposé par Lalala Cuisine. Le but du jeu était donc de proposer une recette qui envoie du Noël à fond les ballons avec une jolie photo. J’ai donc opté pour la photo de ma bûche glacée prise l’année dernière sur ma table de Noël. Encore une fois il s’agit d’une photo un peu prise à la « sauvage » avec mon téléphone mais je trouve tout de même qu’elle est joli et capturée sur l’instant me replonge directement dans l’esprit de Noël.

J’adore cette bûche puisqu’en fin de repas trèèèès copieux elle passe vraiment bien. Il s’agit tout simplement d’un vacherin que j’ai imaginé en dessert de Noël. Je l’avais fait 100% maison de la glace, aux meringues en passant par la déco en macarons. Pour les goûts j’avais réalisé un grand classique : vanille et fraises. Mais vous pouvez totalement laisser parler vos envies et votre créativité avec des glaces bien plus originales !

Avant de vous laisser avec cette recette que j’ai présenté en version simplifiée et en version 100% maison, je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année.

Pour les 10 personnes
(15 SP/part en version simplifiée
26 SP/part en version home made)

En version simplifiée :

1 L de crème glacée à la vanille de bonne qualité (ou parfum de votre choix)
1/2 L de sorbet fraise de bonne qualité (ou parfum de votre choix)
25 cl de crème fleurette min 30% de M.G très froide
100 g de mascarpone
40 g de sucre glace
1 paquet de petites meringues

Sortir les 2 bacs de glace une quinzaine de minutes avant de commencer (la texture doit être souple).

Dans un moule à bûche ou un moule à cake en silicone ou préalablement tapissé de film alimentaire, étaler le litre de crème glacée à la vanille, tasser et égaliser. Briser quelques meringues en petits morceaux et parsemer tout le dessus de la crème glacée avec les morceaux de meringue. Tasser et égaliser.

Étaler ensuite le sorbet, tasser et égaliser. Parsemer tout le dessus du sorbet avec les morceaux de meringue. Tasser et égaliser de nouveau. Replacer le tout au congélateur pendant 2 heures minimum.

Préparer la chantilly : dans le saladier bien froid (placé au congélateur quelques minutes avant la préparation), fouetter la crème liquide et le mascarpone à vitesse moyenne, puis augmenter la vitesse petit à petit.

Quand la chantilly commence à prendre, ajouter le sucre glace et continuer de fouetter quelques secondes. Attention à ne pas trop fouetter car la chantilly deviendrait du beurre.

Placer la chantilly dans une poche à douille, avec une douille cannelée.

Sortir le vacherin du congélateur et le démouler délicatement sur un plat de service. Dresser la chantilly à la poche à douille, sur l’ensemble du vacherin.

Décorer de petites meringues, de macarons ou encore de fruits.

Placer le tout au congélateur, sortir le vacherin 20 min avant de déguster.

En version 100% home made :

Pour la crème glacée à la vanille :

500ml de lait demi-écrémé
170g de sucre
5 jaunes d’œuf
2 gousses de vanille
25g de poudre de lait entier
20cl de crème fleurette entière
3g de stabilisateur à glace (peut se faire sans…)

Pour le sorbet à la fraise :

400g de fraises équeutées
300ml de sucre de canne liquide
le jus d’un demi citron

Pour les meringues :

2 blancs d’œufs
125 g de sucre
une pointe de colorant de votre choix

Pour la chantilly :

25 cl de crème fleurette min 30% de M.G très froide
100 g de mascarpone
40 g de sucre glace

La veille préparée la crème glacée à la vanille : mettre les gousses de vanille, 100g de sucre (sur les 170) et le lait dans une casserole sur feu doux. Dès l’ébullition, arrêter le feu et laisser infuser la vanille.

Mettre les 70g de sucre, les 5 jaunes, la poudre de lait entier et le stabilisateur dans une jatte.

Blanchir le tout au fouet manuel ou électrique. Au bout de 10 min d’infusion, ouvrir les gousses et racler la pulpe qu’il faut mettre dans le mélange jaunes/sucre. Remettre le lait à bouillir, puis le verser tout en mélangeant sur l’autre mélange.

Remettre le tout sur feu doux en laissant les gousses vides. Cuire le tout comme une crème anglaise (à ce stade, c’est une crème anglaise!) à 85°C. Il ne fait surtout pas faire bouillir le mélange.

Quand la crème est à température, enlever du feu et ajouter la crème fleurette froide. Bien mélanger et laisser refroidir.

Quand le tout est à température ambiante, mettre au réfrigérateur toute la nuit.

Le jour J :

Préparer les meringues : Battre les blancs en neige ferme avec le colorant.
Préchauffez le four à 120°C (thermostat 4). Ajouter le sucre par petites quantités tout en continuant de battre pour serrer les blanc, vous devez obtenir des « becs d’oiseau ». A l’aide d’une poche à douille dresser joliment les meringues  sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé.
Cuire 1 heure à 120°C en surveillant bien afin que les meringues ne colorent pas.

Enlever les gousses de la crème glacée et mettre ensuite en turbine à glace ou sorbetière comme indiqué dans le manuel.

Dans un moule à bûche ou un moule à cake en silicone ou préalablement tapissé de film alimentaire, étaler le litre de crème glacée à la vanille souple, tasser et égaliser. Briser quelques meringues en petits morceaux et parsemer tout le dessus de la crème glacée avec les morceaux de meringue. Tasser et égaliser. Mettre au congélateur.

Préparer le sorbet fraise : mettre tous les ingrédients dans un blinder et mixer 20 minutes. Ensuite faire prendre en sorbetière. Une fois pris, sortir le moule du congélateur et étaler le sorbet souple, tasser et égaliser. Parsemer tout le dessus du sorbet avec les morceaux de meringue. Tasser et égaliser de nouveau. Replacer le tout au congélateur pendant 2 heures minimum.

Préparer la chantilly mascarpone : dans le saladier bien froid (placé au congélateur quelques minutes avant la préparation), fouetter la crème liquide et le mascarpone à vitesse moyenne, puis augmenter la vitesse petit à petit.

Quand la chantilly commence à prendre, ajouter le sucre glace et continuer de fouetter quelques secondes. Attention à ne pas trop fouetter car la chantilly deviendrait du beurre.

Placer la chantilly dans une poche à douille, avec une douille cannelée.

Sortir le vacherin du congélateur et le démouler délicatement sur un plat de service. Dresser la chantilly à la poche à douille, sur l’ensemble du vacherin.

Décorer de petites meringues, de macarons ou encore de fruits.

Placer le tout au congélateur, sortir le vacherin 20 min avant de déguster.

Manon

Verrines façon tarte à la clémentine meringuée, recette en 10 minutes chrono !

3

Bonjour à tous, encore une recette que je ne comptais pas publier (bouh la vilaine). Oui car l’hiver je suis un petit peu désespérée par le manque de luminosité et les photos toutes moches que cela entraîne. Alors bien sûr je ne me laisse tout de même pas aller et je cuisine bien évidemment mais toute honteuse de mes photos je n’ose même plus dégainer mon appareil ! Alors voilà quand il me prend l’envie de faire saliver mes copains sur les réseaux sociaux, je photographie en mode sauvage mes petites créations. Et comme pour les Hasselback, cette photo a eu énormément de succés et beaucoup m’ont demandé la recette. Je dois donc me résoudre à poster une photo moyenne moyenne mais pour un dessert vraiment excellent, réalisé à base de deux fois rien et en 10 minutes chrono s’il vous plait. Il s’agit d’une verrine façon tarte à la clémentine meringuée composée de sablés breton écrasés, d’un clémentines curd et d’une meringue. Vous pouvez tout à fait remplacer la clémentine par du citron, du citron vert, du pamplemousse ou encore de l’orange !

Pour 2 verrines
(17 SP/part)

100 ml de jus de clémentines fraîchement pressée
le zeste d’une clémentine bio
4 palets bretons
1 oeufs
1 càc de Maïzena
1 blanc d’oeuf
75 g de sucre

Dans un bol passant au micro-onde mettre 25 g de sucre, le jus de clémentine, le zeste de clémentine, la Maïzena et l’oeuf. Mélanger bien à l’aide d’un fouet et passer au micro-ondes 30 secondes à pleine puissance. A la sortie du micro-ondes fouetter bien. Remettre 30 secondes puis fouetter de nouveau. Recommencer l’opération 3 fois jusqu’à obtenir une consistance épaisse et bien lisse.

Monter au batteur le blanc d’œuf en neige à vitesse moyenne. Quand il commence à mousser ajouter un tiers du sucre. Augmenter la vitesse du batteur légèrement et battre quelques instants. Ajouter de nouveau un tiers du sucre, augmenter encore la vitesse du batteur et fouetter quelques instants. Ajouter le reste du sucre et battre à pleine vitesse jusqu’à obtenir une meringue ferme qui fait un « bec d’oiseau ».

Dans chaque verrine, ajouter deux palets bretons écrasés en chapelure. Ajouter du clémentines curd, puis à l’aide d’une poche à douille dresser joliment la meringue. Brûler à l’aide d’un chalumeau et servir bien frais.

12389149_979602578772718_929221777_o(1)

Manon

Fantastik framboises et pistaches

Fantastik framboise1.

Pour Noël j’ai eu la chance de recevoir en cadeau le Masterbook de Michalak. Une vraie bible de recettes modernes, raffinées et audacieuses dites pour les « amateurs ». Bon alors là qu’on s’entende bien le terme « amateur » est à mettre entre gros guillemets car les recettes restent longues, très précises (à base de 2g de ci et 5g de ça) et demandent souvent un bon coup de main. Cependant on peut tout de même y trouver des recettes assez abordables comme cette recette de Fantastik aux framboises et pistaches. Les étapes peuvent paraître longues mais avec un petit peu d’organisation c’est à la portée de tous.

A la base il s’agissait d’un fantastik fraise pistache et fraise des bois avec des pistaches caramélisées. Je l’ai un peu adapté à mon goût en remplaçant les fraises par des framboises et les pistaches caramélisées par des éclats de nougatine de pistaches. Donc ce Fantastik est composée d’une pâte sablée, d’un biscuit Trocadéro pistache moelleux, d’une mousse aérienne à la pistache, de framboises fraîches, de nougatine de pistache et de feuilles de menthe.

Ce dessert est vraiment merveilleux et équilibré. Il est très léger en bouche et frais. Profitez donc des dernières framboises pour le réaliser d’urgence !

Fantastik framboise2

Pour 8 personnes
( 20 SP/part)

LA VEILLE

Crème chantilly ivoire/pistache
250 g de crème liquide à 35% de M.G
75 g de chocolat blanc de couverture (ivoire de Valhrona de préférence)
20 g de pâte de pistaches
1 g de fleur de sel

Faire bouillir la crème dans une casserole avec la fleur de sel. Hacher le chocolat et le placer dans un saladier avec la pâte de pistache. Verser la crème bouillante et attendre 2 minutes. Mélanger avec une maryse afin d’obtenir une préparation homogène. Mixer le tout avec un blender ou un mixeur plongeant. Filmer la préparation au contact et placer au frais une nuit.

Confit de framboise 
200 g de purée de framboises
20 g de sirop de glucose
2 g de pectine NH (ou 1 càc de confiture de framboise)

Verser la purée de framboise, le glucose et la pectine dans une casserole. Mélanger et porter à ébullition. Mixer, laisser refroidir et filmer la préparation au contact puis placer au frais.

Fantastik framboise1.2

LE JOUR J 

Attention les deux étapes qui vont suivre sont la pâte sablée et le biscuit Trocadéro pistache. Il est important de peser et préparer les ingrédients des deux préparations avant de les commencer. En effet, il faudra préparer le biscuit Trocadéro pendant la cuisson de la pâte sablée, en pesant en avance les ingrédients vous gagnerez un temps précieux.

Pâte sablée
90 g de beurre mou
35 g de sucre glace
1 g de fleur de sel
80 g de farine

Préchauffer le four à 180°. Tamiser le sucre glace et la farine. Les mélanger avec le beurre mou et la fleur de sel. Beurrer un moule à manquer de 18cm de diamètre et placer une feuille de papier cuisson au fond. Verser la préparation et lisser. Faire cuire au four 8 minutes.

Biscuit Trocadéro pistache
55 g de sucre glace
25 g de poudre de pistache
8 g de fécule de pomme de terre
30 g de poudre d’amande
5 g de jaune d’œuf
15 g de pâte de pistache
80 g de blancs d’œufs
20 g de sucre semoule
40 g de beurre

Mixer finement le sucre glace, la poudre de pistache, la fécule et la poudre d’amande. Mélanger à l’aide d’un fouet les poudres mixées et le jaune d’oeuf, la pâte de pistache et 40 g de blanc d’oeufs. Monter au fouer les 40 g de blancs restants et les serrer avec le sucre. Ajouter les blancs montées à la préparation précédente puis ajouter le beurre fondu à 45°.
Répartir la préparation sur le sablé et faire cuire 15 minutes.

Nougatine de pistaches
50 g de pistaches concassées
50 g d’eau
50 g de sucre semoule
1 g de fleur de sel

Préchauffer le four à 160°. Placer l’eau et le sucre dans une casserole et porter à ébullition. Ajouter les pistaches et le sel et mélanger. Verser la préparation sur une toile Silpat (toile silicone) et enfourner 10 minutes. Laisser refroidir puis concasser grossièrement.

Dressage
125 g de framboises
Quelques feuilles de menthe fraîche

Étaler le confit de framboises sur le biscuit Trocadéro. Monter la crème en chantilly à l’aide d’un fouet. Placer la chantilly dans une poche à douille munie d’une douille unie. Réaliser des points de chantilly sur le biscuit Trocadéro. Répartir les framboises, ajouter les éclats de nougatines et les feuilles de menthe fraîche.

Fantastik framboise

Manon