Salon du blog 8ème édition, retour sur expérience

Pour la troisième fois je me suis rendue au salon du blog culinaire à Soissons. Bravant la tempête et la pluie torrentielle et marmonnant dans ma barbe les deux mains crispées au volant : «  Soissons… Soissons… mais quelle idée ??? ». C’est au bout de 7h de route que nous sommes enfin arrivées en Picardie, saines et sauves et surtout crevées et affamées. Après avoir déposé nos bagages dans notre hôtel grand luxe (pour la blague), nous nous sommes mises en quête d’un petit troquet où diner. Cependant pas question de se laisser tenter par la facilité et de se jeter sur une assiette de frites surgelées du Buffalo. J’ai donc dégainé mon appli TripAdvisor (article non sponso hein) pour trouver the place to be de Soissons. Notre choix s’est donc porté sur le number ouane : le restaurant italien Da Fransesco. Nous sommes donc arrivées trempées comme des souches et gelées jusqu’aux os dans cet endroit cosy et cocooning. Dès notre arrivée le patron nous a serré la main chaleureusement et souhaité la Bienvenue. Une attention dont nous ne sommes guère habituées dans notre cher Poitou et qui nous a fort plu. Nous avons donc pris place et avons découvert la carte avec gourmandise. En première page un long texte autobio du patron qui explique la genèse de ce restaurant. Nous avons beaucoup apprécié être plongées dans l’enfance de ce petit garçon franco-italien qui traînait dans les « jupes » des femmes de la famille pendant qu’elles préparaient à manger.

Notre choix s’est porté sur un partage d’entrées : mozzarella burrata et jambon speck, et un assortiment d’antipasti. J’ai vraiment pété un câble de bonheur (oui pas de demi-mesure ici) en dégustant pour la première fois de la mozza burrata. Grands dieux que c’est bon et crémeux et trop cool et.. mais pourquoi on en trouve pas chez nous hein dit ? Me répond pas : « dans les épiceries italiennes » parce que je vais te faire visiter Poitiers et tu vas m’en trouver une épicerie italienne !

Pour le plat ma sœur et moi avons opté pour une escalope milanaise et spaghetti pesto. Là le choix était fort cornélien quand on nous a demandé de choisir entre le pesto et la sauce tomate. Il faut dire que le patron s’est à moitié décomposé lorsque l’on a demandé si le pesto était maison (j’ai bien senti l’offense que nous lui faisions à ce moment). Il nous a tout de même précisé sa recette en ajoutant qu’il préparait son pesto avec des noisettes et non des pignons. Pour ce qui est de la sauce tomates encore une fois il nous a fait part de sa recette : tomates, oignons, sel, poivre, sucre, mixeur plongeur. Alors là quand il nous dit que les tomates étaient directement importées d’Italie parce que clairement en France y a pas-d’bonne-tomate-Madame tu sens ton cœur chavirer, mais tu te révises et tu te dis que bon le pesto c’est le pesto. Donc tu optes pour le pesto épissétou.

Entre deux anecdotes italiennes de notre patron pêchu, on nous apporte nos assiettes. Bon et là on fait gloups parce que l’escalope de veau est juste ENORME bien qu’elle soit d’une jolie finesse. Quoi qu’il en soit on finit par tout manger sans en laisser une miette et sans laisser la moindre place pour un dessert. Nous nous sommes vraiment régalées. Nous comprenons bien que ce restaurant soit « il numero uno » de Soissons parce que question accueil, déco et popote c’est vraiment 10 sur 10. Je vous invite à liker leur page s’book pour rien louper.

Le lendemain matin dès l’aube, oui enfin dès 9h30 nous avons pris la direction du 8ème salon du blog. Nous avons été accueilli avec un café gratuit  youpiii. Et nous avons commencé à déambuler ici et là et à découvrir les partenaires présents. Au bout de quelques minutes je me suis fait joyeusement alpaguée par Marion du blog Novice en Cuisine avec beaucoup de plaisir. Ayant délaissé quelque peu la blogosphère cette année, je ne savais pas qu’elle serait présente et j’ai été ravie de faire enfin sa connaissance en vrai-de-vrai (surtout qu’elle est supracool quoi).

12283173_969667583099551_2074355101_nPrête pour de merveilleuses aventures !

A 10h nous avons pu intégrer les cuisines du Chef Régis pour une masterclass super sympa autour d’une pâtisserie « street food », il s’agissait d’un gâteau de voyage. Alors par gâteau de voyage (nespa Arnaud) on entend un gâteau qui peut voyager facilement par exemple dans un sac pendant plusieurs heures sans craindre de s’abimer ou du fondre.12283206_969667903099519_1508202215_n Par équipe nous avons donc dû réaliser un Cake de voyage composé d’une base brownie composée d’écorces d’orange confites, d’amandes, d’éclats de marrons, d’un crémeux orange et d’un glaçage au chocolat et brisures d’amandes surmonté de ganache au chocolat.12285972_969667883099521_2025244407_n Chaque équipe avait en charge une partie du gâteau et c’est dans la joie et la bonne humeur que nous nous sommes lancées dans la confection du brownie. J’ai pu faire connaissance avec Manue du blog Hum ça sent bon (qui est quand même un blog que je suis depuis la nuit des temps au moins) et Jackie du blog La cuisine de Jackie.12282978_969667843099525_945617765_n Le temps est passé très vite et nous avons adoré la compagnie et la pédagogie de Chef Régis. Le gâteau était juste à tomber par terre ! 12277048_969667736432869_534217435_nCette première entrée en matière était géniale. Durant l’atelier j’ai pu faire connaissance en vrai également d’Émeline du blog Qui Dort Dîne et là c’est un moment hyper émouvant parce qu’on se dit mince on se connaît depuis genre…. Pas loin de 8 ans à travers nos blogs (pour ma part depuis le commencement de mon premier blog). On a débuté l’aventure bloguesque ensemble et on se rencontre enfin. C’est juste foufou et ça fait vraiment plaisir.12283221_969667766432866_453739039_n

Quelques instants plus tard j’ai plaisir de revoir ma grande copinaute et compère/copilote/collègue/cojury/cosquevousvoulez Miss Bretzel du blog Rock The Bretzel.

D’ailleurs après une discussion passionnée et passionnante avec le chef Régis autour du monde impitoyable de la gastronomie nous rejoignons nos copains les Bretzels en pleine battle autour du calvados. C’est donc avec toutes nos énergies que nous venons les encourager. Je fais la connaissance de quatre bloggeuses : Patchouka (que je suis également depuis mes débuts), la très gentille Sotis du blog La Gourmandise est un joli défaut (qui continue de me suivre même dans mes moments d’absences bloguesques, merci, merci, merci mille fois à toi), la très sympa Valérie du blog Framboises et Bergamote (encore une blogueuse que je suivais de près), la rigolote Natacha du blog French Girl Cuisine que je découvre pour la première fois. C’est alors que commence un brainstorming endiablé autour d’un cocktail réalisé à base de Calvados. Nous mettons (discrètement) la main à la pâte pour aider les Bretzel à débarrasser le plan de travail en vrai Bretzel Team que nous sommes !

12277980_969667529766223_1073443013_nDégustation et découverte d’huiles d’olives

A 13h nous passons à table grâces aux bonnes choses mitonnées par les blogueurs dans le cadre du traditionnel pique-nique. L’après-midi se poursuit avec du vivotage autour des stands de partenaires puis le grand départ (sous la pluie sinon ce n’est pas drôle) à l’Abbaye de Soissons.

Nous avons donc plaisir à voir Marion cuisiner avec ses copines Anna et Olivia dont je fais la connaissance autour de makis végétariens. Il faut jouer 12270219_969667703099539_462322360_ndes coudes pour pouvoir y goûter, j’arrive à chopper in extrémis un maki que je partage avec ma cop’s Miss Bretzel. Là ça a vraiment un goût de trop peu tellement c’est bon. J’ai aussi grand plaisir d’assister à une démo de homos à la libanaise animé par de vraies libanaises venues de là-bas juste pour le SDB. Je me régale tout bonnement et notamment avec la pâte de sésame à la rose ! Et puis il est temps de se préparer pour notre démo. C’est donc dans la fraîche Abbaye que nous préparons nos petites pesées pour être fin prête à 18h sur la grand scène !

12305774_969667613099548_1574882702_n

L’Abbaye Saint Léger qui accueille les visiteur du SDB public

A 18h les nombreuses personnes venues assister à la démo de deux fameux bloggeurs (Dorian et Pascale sans les nommer) laissent place à plusieurs sièges vides (hé oui) pour une ambiance beaucoup plus intimiste (positive moi ?). Notre copine Marion est venue nous encourager (merci <3) et nous en avons bien besoin. Parce que c’est pas tous les jours qu’on se retrouve micro à la joue, les mains filmées et les spotlight éblouissants au visage. Au final notre démo se passe bien, les sièges sont de moins en moins vides et le public semble conquis par notre proposition à savoir : Choux salés saumon fumé, combava et pomme granny smith et choux sucrés craquelin, ananas caramélisé et chantilly à la vanille (une recette que vous pourrez retrouver prochainement sur le blog Rock the Bretzel).

12278005_969667556432887_942726739_nL’endroit où nous réaliserons notre démo

19h sonne, l’heure de cream (petite dédicasse à une bloggueuse que j’ai également apprécié rencontrer), je suis à la fois crevée et excitée avec la pression qui retombe et il est temps de passer à l’hôtel pour se changer direction le gala où nous passerons une très agréable soirée gourmande en compagnie de nos potes bloggueurs.

Le lendemain matin nous nous rendons un petit peu plus tard au salon du blog pour la dernière journée. 12283251_969667523099557_158744350_nIl est 10h30 et nous tombons sur Anna et Olivia entrain de préparer des nouilles soba aux légumes croquants de saison et à l’huile d’Olive accompagnés de tofu lactofermenté assaisonné aux graines de sésame et huile d’olive. La mine un peu dubitative par cette cuisine inconnue (et certainement réfractaire rien qu’à l’idée de manger du tofu), j’observe avec curiosité les filles travailler.12305589_969667476432895_202959324_n Plus le temps passe, plus l’association des ingrédients m’intrigue. Le moment de la dégustation est juste sublime puisque c’est vraiment un délice et une explosion de saveurs. J’ai vraiment été marquée par cette démo puisque j’y ai découvert une cuisine assez éloignée de la mienne et pour laquelle j’avais quelques à priori. Au final ça me donne envie d’en découvrir plus et de refaire ce plat à la maison pour le faire également découvrir à mes proches.

Nous continuons notre balade dans le salon jusqu’au moment où vient l’heure de reprendre la route direction la maison. J’ai adoré une nouvelle fois cette édition du Salon du Blog, très heureuse d’avoir pu partager et échanger avec des bloggueurs, très heureuse d’avoir une nouvelle fois vécu une expérience inédite avec ma pote pote Miss Bretzel. Cela m’a donné envie d’être encore plus assidue dans mes publications et de m’accorder de nouveau du temps pour papillonner sur la blogosphère.

Manon

2 ans de Pix’Elles et que du bonheur en votre compagnie <3 et la grande annonce !

1374100_1459566700936089_276703821_n

Aujourd’hui c’est notre deuxième anniversaire… que le temps passe vite ! Depuis sa création, ce blog nous a apporté que du bonheur. Tout d’abord il nous a permis de faire de formidables rencontres virtuelles entre autre Sophie du blog Du Goût tout en Bagoût ma collègue et copinaute qui me fait tant rire avec ses messages tarabistouillés d’expressions azimutées, Mari du blog Un vent de Gourmandises : notre première copinaute qui sent bon la Bretagne ! Marie du blog Le journal d’une gourmande, une épicurienne comme nous, qui est vraiment très très chou, Venzecia du blog Un amour de recette, dont on est juste tarées de ses recettes, Doudoute : la sportive que nous serons jamais du blog Délectation Culinaire fidèle depuis le premier jour, merci à toi ! et toutes les autres que l’on a pas cité mais qu’on rend visite quotidiennement. La liste de nos blogs chouchous est tellement longue ! 

Ce blog a permis de faire de belles « retrouvailles » bloguesques avec Chrys du blog Entre rire et cuisine… ou encore Doria du blog La cuisine de Doria. Les rencontres n’ont pas été que virtuelles notamment avec mes Bullettes préférées du blog Bulles de gourmandises (une rencontre à marquer d’une pierre blanche, un jour inoubliable!) ou encore Dorothée du blog les Petits Plaisirs de Doro (sans qui je n’aurais jamais « sauté le pas » non non je ne fais pas mon coming out!). De belles amitiés sont nées de ces rencontres et un trio de choc avec Hélène du blog Rock The Bretzel et Audrey du blog Cooking Mymy.

L’année des deux ans des Pix a également été marquée par un super partenariat : Iménager que nous souhaitons mettre en avant aujourd’hui. Nous espérons continuer ce partenariat car nous vous adorons tout simplement (en particulier notre interlocutrice qui se reconnaîtra ;]). C’est une équipe dynamique, moderne, à l’écoute de leurs partenaires. Bref on vous <3 Iménager.

Et après cette petite dédicace façon remise de prix à la cérémonie des Oscars (oui on le vaut bien ;)), je voulais vous faire part de « la grande annonce ». Voilà, vendredi 10 et lundi 13 janvier prochain je serai dans les studios France 2 avec ma grande copine (vous saurez qui dès qu’elle aura publié l’article sur son blog bande de petits coquinous curieux) pour tourner l’émission Dans La Peau d’un Chef que vous connaissez sûrement, en tant que jury dégustant. Bon pour ceux qui ne connaissent pas, le principe de l’émission c’est que « Christophe Michalak fait le pari de transformer deux amateurs de cuisine, sans formation et qui ne cuisinent que pour leur plaisir, en commis de haut vol, capables de réaliser en moins d’une heure deux plats que l’on pourrait servir dans un restaurant. Pour relever ce défi, il convie chaque semaine un nouveau chef étoilé. Mais les deux chefs […] n’ont pas le droit de toucher à quoi que ce soit en cuisine ! Seuls leurs commis vont mettre la main à la pâte. […] A l’issue de cette leçon de cuisine, un jury de 2 blogueurs culinaires (c’esttttt moiii et ma copiiiinnnne) note la décoration et le goût des plats. Chaque jour, le meilleur des deux commis gagne 1000 euros et remet son titre en jeu le lendemain. » Hé ouiiiiii j’ai tellement tellement hâte de vivre cette expérience et un chti peu stressée tout de même! En tout cas comptez sur moi, je vous raconterai tout !

FOSTER (3)_610x431

Sinon, l’année dernière nous avions organisé un petit concours pour fêter nos 1 an de Pix’Elleries. Seriez-vous intéressés pour que nous organisions de nouveau un concours ?

Ah oui aussi, vu que les jours sont courts j’ai un peu de mal à photographier mes gourmandises donc je vais attendre ce week-end avant de faire ma galettes de rois pour la photographier samedi en plein jour. Dans l’attente je vous remet la photo de notre galette des rois à la frangipane de l’année dernière, qui est vraiment délicieuse !

Galette des rois à la frangipane

Plein de bisous

Manon

Baby-Cheesecakes et coulis Ispahan + retour et quelques clichés de la sixième édition du Salon du Blog Culinaire

Baby NYC cheesecake coulis ispahan2

Il y a quelques temps, j’ai eu l’occasion de déguster pour la première fois un sublime cheesecake surmonté d’un coulis Ispahan. Mes papilles en ont tellement été chamboulées que depuis je n’ai eu qu’une seule obsession : réaliser moi-même ce dessert. Alors Ispahan kézako ? Ispahan ou Isfahan, ville d’Iran, capitale de la province d’Ispahan,  située à 340 kilomètres au sud de la capitale, Téhéran. Troisième ville d’Iran (après Téhéran et Mashhad) avec 1 600 554 habitants en 2006, la zone métropolitaine d’Ispahan est un des centres majeurs de l’industrie et de l’enseignement en Iran. Bon et sinon ? C’est tout simplement l’invention du grand Pierre Hermé, je crois ?! C’est alliance de trois saveurs : framboise, litchi et rose. Et franchement c’est une tuerie, ça marche formidablement bien et ça fait des p’tits PLOC, et des PLOUM ou encore des BIM ou aussi des PAF dans la bouche. Vous savez un peu comme dans le film Ratatouille où ils goûtent un grain de raisin avec un morceau d’emmental ?! Beh là c’est un peu pareil et la force de ce coulis contraste à merveille avec la douceur et la fraîcheur du cheesecake. Bref une tuerie toute en subtilité testée et largement approuvée par mes convives samedi soir. J’ai réalisé mes baby-cheesecakes dans des moules à mini-muffins donc ils étaient vraiment baby mais super trop choux et c’est l’idéal pour des cafés gourmands (ce que j’ai fait). Pour des cheesecakes plus grands on adaptera les cuissons bien entendu ;} !

Baby NYC cheesecake coulis ispahan6

Pour 15 baby-cheesecakes :

 Pour la croûte

 90 g de biscuits Thé émiettés
40 g de beurre salé fondu
10 g de sucre en poudre

Préchauffer le four à 175°C (chaleur tournante sinon un petit peu plus).  Mélanger les biscuits émiettés, le sucre et le beurre fondu, puis tapisser de ce mélange les fonds de vos empreintes à mini-muffins en tassant bien avec le dos d’une petite cuillère. Enfourner et laisser cuire pendant 10 minutes. Sortir la croûte du four et augmenter la température de ce dernier à 225°C.

Pour la crème :

270 g de fromage frais à 25% de matière grasse type Philadelphia
80 g de sucre en poudre
1/2 càc de sel
20 g de farine t55
1 gousse de vanille
18 cl de crème fraîche à 30% de mg
3 œufs moyens

La crème : en respectant l’ordre dans lequel sont indiqués les ingrédients de la crème, les mélanger en fouettant jusqu’à l’obtention d’une crème lisse et homogène. Verser ce mélange sur les croûtes.
La cuisson : enfourner 5 minutes. Sans ouvrir le four, baisser à la température à 120° et prolonger la cuisson 20 minutes. La crème doit être toujours un peu tremblotante au centre. Laisser refroidir et réserver au réfrigérateur au moins 2h.

Baby NYC cheesecake coulis ispahan5

Pour le coulis :

300 g de framboises (hors saison décongelées)
200 g de litchi
1 bouchon d’eau de rose

 Mixer les ingrédients longuement. Passer au chinois.

Servir les baby-cheesecakes surmonté de coulis ou dans une petite pipette !

Baby NYC cheesecake coulis ispahan

*-*-*-*-*-*-*

988375_1480756835483742_1664959382_n

Sinon un petit blabla à propos du Salon du blog culinaire de Soissons où je me suis rendue en compagnie de ma binôme Pauline et de ma soeur, Alexie. Nous y sommes allés dès le 15 novembre où nous avons pu déambuler dans l’Abbaye de Soissons déguster les produits issus des démos bloggueurs tout en écoutant un concert de gospel endiablé.

Pour le 16, nous sommes restées toute la journée au Lycée Hôtellier admirer les démos des bloggueurs, parmis lesquels (liste non exhaustive) :

Un peu gay dans les coings

Je dis M

Fourchette & Mascara

Nuage de lait

My girly Popotte

La popotte de Manue

et bien d’autres.

Nous avons pu déguster le midi les mets et délices concoctés par les bloggueurs, poursuivre l’après-midi dans le Lycée Hôtellier, faire un peu de shopping dans la grande capitale qu’est Soisson et enfin le soir participer au gala organisé dans la salle de restauration du Lycée.

Le lendemain matin, court passage au salon du blog mais nous avons tout de même eu le temps de faire une dégustation d’huile d’olives (au petit dej on a peur de rien). Un expérience intéressante avec des partenaires passionnés et passionnants.

Encore une fois c’était top, j’ai beaucoup apprécié ce petit week-end et d’autant plus que Pauline était présente. Je suis aussi ravie d’avoir fait la connaissance de deux bloggueuses super chouettes, dont les blogs sont les suivants :

Les petits plaisirs de Doro

Malène aux fourneaux

Pour finir voici quelques photos de notre week-end, n’hésitez pas à cliquer pour agrandir.

Manon

Pesto de fèves à la ricotta et coriandre & gressins + retour sur le 5ème slaon du blog culinaire de Soisson

Coucou tout le monde. Hé oui je suis décidément incorrigible. Voilà deux semaines que je n’ai rien posté. Encore et plus que jamais tellement prise dans mes projets personnels et professionnels que je délaisse un peu la blogosphère. Et, paradoxalement me rend au salon du blog culinaire avec mes topines. Si c’est pas gonflé ça? Bon pour me faire pardonner je partage une recette coup de coeur avec vous (quoi encore ?) ouais mais celle-là a une saveur toute particulière puisqu’il s’agit de la recette d’une des topines sus-citée : Hélène du blog Rock The Bretzel. Hé oui il n’est pas rare que je lui vole ici et là quelques unes de ses trouvailles puisque j’ai une confiance aveugle envers ses papilles. Inutile donc de préciser que cette recette est une véritable tuerie. Bah oui comment résister à ce délicieux pesto de fèves un peu comme un houmous, adouci par la ricotta et servi avec de délicieux gressins maison (recette ci-dessous).

Ingrédients pour un gros bol (environ 8 personnes) 2PP/personne :

200g de fèves surgelées
une gousse d’ail
6 brins de coriandre
2 cuillères à soupe d’huile
2 cuillères à soupe de jus de citron
3 cuillères à soupe de ricotta
sel, poivre.

Préparation :
Faire cuire 5 minutes les fèves dans une casserole d’eau bouillante puis les rafraichir dans de l’eau glacée pour conserver leur couleur. Mixer par à-coups les fèves avec la gousse d’ail épluchée, la coriandre lavée, le citron et l’huile. Ajouter la ricotta, saler et poivrer. Réserver au frais avant de le déguster.

Encore une découverte avec cette recette parfaite de gressin chinée sur Marmiton que je vous copie-colle sans aucune modif’. On dirait des mini baguettes, ils sont trop mignons ! Pis craquants à souhait, savoureux et entre nous ça en met plein la vue quand on reçoit ;] donc vraiment je vous conseille cette recette testée et hyper approuvée !

Temps de préparation : 60 minutes
Temps de cuisson : 20 minutes

Ingrédients pour 8 personnes 7PP/personne :

500 g de farine
30 cl d’eau à 22°C
1/4 de cube de levure de boulanger fraîche (soit environ 10 g)
5 g de sel (1/4 de cuiller à café)
3 cuillers à soupe d’huile d’olive à mélanger dans la pâte
1 cuiller à café d’huile d’olive en plus
une toute petite poignée de semouline (semoule très fine ou semoule moulue au mixeur) j’ai utilisé de la semoule de blé fine c’était impec’!

Prévoir 1 h de repos

Pétrir la pâte à la main (ou à la MAP pour les feignasses) :

Tiédir l’eau à 22°C.
Effriter la levure dans un petit récipient et la diluer avec une cuillerée d’eau prélevée dans la dose tiédie.
Mettre la farine sur le plan de travail, faire une fontaine et y mettre la levure diluée, 3 cuillers à soupe d’huile, le sel et l’eau.
Pétrir à pleines mains en amalgamant le tout pendant 5 min minimum, 10 min maximum.

2°) Préparer le pâton :

Étirer la pâte en un rectangle de 30 cm sur 10 cm.
Se verser une cuiller à café d’huile d’olive dans le creux de la main et en oindre la surface du pâton.
Saupoudrer de semouline.
Couvrir d’un morceau de film et laisser lever 1 heure dans un endroit tiède.

3°) Façonner les gressins :

À l’aide d’un couteau bien aiguisé à lame longue, trancher un morceau de pâte large de 1,5 à 2 cm et de 10 cm de long.
Ce bout de pâte doit être étiré au moins au double de sa longueur pour former un gressin mince de 20 cm minimum :

Saisir délicatement le morceau par le milieu avec les cinq doigts des deux mains, sans serrer.
Étirer en secouant les doigts du milieu vers les extrémités avec douceur jusqu’à la taille voulue.
Aligner les gressins sans qu’ils se touchent sur une tôle huilée.

4°) La cuisson :

Préchauffer le four à 220°C.
Cuire 15 min, 18 voire 20 min selon que vous les aimez blonds ou dorés.
Refroidir sur une grille.

Rattrapages divers :

Les gressins doivent être secs et friables.
Il faut donc qu’ils soient fins comme le doigt et que le four soit assez chaud pour qu’ils ne gonflent pas en début de cuisson.
S’ils sont moelleux, les cuire 3 min de plus en augmentant la chaleur du four (240°C maxi). Veiller à façonner les fournées suivantes plus minces

*************

Petit aparté pour vous parler du 5ème salon du blog culinaire où je me suis rendue ce week-end pour la première fois. J’ai passé vraiment un moment exceptionnel avec Hélène et Audrey où nous en avons pris plein les yeux et plein les papilles. Je suis contente d’avoir pu « voir en vrai » certaines blogueuses dont je suis les aventures au quotidien même si j’ai pas toujours osé aller vers elles ;] J’ai été particulièrement heureuse d’avoir pu rencontrer le très sympathique Christophe Felder et goûter à son divin Saint Honoré aux écorces d’oranges confites, de taper la pause à la demande (s’il vous plait) du Chef Damien qui s’est montré fort enjoué, de participer à un défi autour du fameux Gewurztraminer, de goûter aux gourmandises des blogueurs, de voir de supers démos et enfin de terminer ce super moment par la rencontre de deux blogueuses au top : Amandine et Margaux.

Je vous laisse en image :

De gauche à droite : une sympathique inconnue ;], Audrey, Hélène, le Chef Damien et moi 

Christophe Felder pris en flagrant délit de gourmandise !

Audrey et moi qui dégustons le Saint Honoré de Chef Felder

Notre super création pour le défi Gewurzt’ que j’ai trouvé fort bonne !

La délicieuse création des Bretzel 

Hélène hyper concentrée pour la finale du défi des Vins d’Alsace !

Crédit photo : Audrey – CookingMymy
Hélène – Rock The Bretzel

Manon

Un rêve de petite fille devenu réalité #2. L’histoire…

Coucou tout le monde. Avec un peu de retard je viens vous raconter ma magnifique journée passée en compagnie de blogueuses à Paris. Souvenez-vous je vous en ai parlé juste ici clic.

Le mercredi 19 septembre.

8h45 : j’attends de pied ferme mon train sur le quai de la gare de Poitiers. Dans un petit peu plus de deux heures je serai à Montparnasse en compagnie d’Audrey et de Hélène. Le stress commence à me gagner.

10h40 : Je pose un premier pied sur le quai. Ça y est je suis dans notre belle capitale. J’avance en cherchant des yeux Audrey qui m’attend au bout du quai.

10h50 : La rencontre est chaleureuse. Nous ne nous connaissons pas mais nous avons beaucoup de choses à nous raconter. La demi-heure qui suivra va passer très vite.

11h20 : Hélène vient d’arriver de Nantes. Je suis très heureuse de rencontre « pour de vrai » ma copinaute. Le feeling passe très bien (comme au virtuel). Nous nous dirigeons vers la ligne de Métro N°6 pour rejoindre le Trocadéro.

12h15 : Nous arrivons au Trocadéro où la Tour Effeil trône, toujours aussi belle et majestueuse. Il fait un temps magnifique et allez savoir comment, Maman Bulle nous voit de loin et vient à notre rencontre. Je suis très émue de la rencontrer. La deuxième bulle se joint à nous en compagnie de Christelle. Puis Fatima arrive ainsi que Carole. Nous sommes couvertes de cadeaux. Les bulles nous ont ramené un petit ballotin de gourmandise made in Dijon. Christelle nous gâte aussi avec une délicieuse brioche aux grattons (une spécialité de chez elle).

12h30 : Nous nous installons et grignotons un petit casse-croûte et nous sommes rejointes par les autres blogueuses, Ariane, Julie (sans qui tout ceci ne serait jamais arrivé), Mélanie, Aurore, Sylvie (notre photographe attitrée) (par contre je ne me souviens plus de l’ordre exact des arrivée désolée)… Puis en bonne gourmandes et pipelettes que nous sommes, nous échangeons autour de nos vies et nous échangeons aussi nos gourmandises !

De gauche à droite : Hélène, Moi-même, Aurore, Gaëlle (une bulle), Fatima, Sylvia, Mélanie, Christelle, Ariane, Carole, Julie et Audrey.

13h30 : Nous partons pleines d’entrain vers la prestigieuse École Alain Ducasse où nous sommes attendues. Nous y rejoignons Marie-Laure.

14h00 : Premiers pas dans l’École Ducasse. C’est encore plus beau que ce dont je m’imaginais. Chacune des cuisines est visible puisque séparées par des murs de verre. Elles portent toutes un nom à l’image de leurs couleurs (piment pour rouge par exemple…). Sur chaque mur de magnifiques portraits en noir et blanc de tous les Chefs. Nous avons le cœur qui palpite et des millions d’étoiles dans les yeux. Nous sommes accueillies par la très jolie et souriante Sophie Journo (responsable marketing de l’École) puis par Franck Geuffroy, notre chef rien qu’à nous (bon d’accord il est pas vraiment à nous mais ça fait plaisir de se le dire rien que pour un après-midi =)).

14h05 : Nous arrivons dans notre cuisine (oui, oui je dis encore « notre » on est pas VIP tous les jours ;]). Où le Chef nous dit de nous installer par binôme à un plan de travail. Ni une, ni deux j’attrape le bras d’Hélène, ma copinaute !

14h06 : Le Chef nous annonce solennellement que nous avons 1h30 pour valoriser à travers un dessert, la figue. Et là… nous nous regardons les unes les autres et le stress s’abat sur la cuisine où nous nous trouvons. Mais cela ne dure pas. Pleines de courage, nous retroussons nos manches, nous enfilons notre tablier et c’est partit mon kiki ! Chaque binôme commence à s’échanger leurs idées et nos visages retrouvent tous les uns après les autres des couleurs.

14h.. et quelques figues plus tard : Chaque binôme est hyper concentré pour réaliser leurs desserts. Le Chef passe entre les rangs pour s’assurer que tout se passe bien. Il s’intéresse à nos idées, nous donne des conseils. Il est très sympathique, avenant, accessible et par moment fait même de l’humour ! Il est vraiment tip top notre Chef !

Hyper concentrée moi !

15h10 : De magnifiques petites choses commencent à émerger ici et là… Ci-dessous, une figue enrobée de caramel made in Christelle et Carole.

15h15 : Pendant que d’autres sont de corvée vaisselle (ma pauvre Crevette…)

15h30 : Tout le monde est dans les temps! Nous avons fini et nous dressons fièrement nos dessert sur la table.

Nous avons même eu le temps de faire un peu de rab’ avec ma binôme de choc! Voici Bob !

15h35 : Le Chef nous demande de nous réunir autour de l’îlot de la cuisine. Monsieur Alain Cohen (photo ci-contre), distributeur à Rungis des vergers de Saint-Eustache, sans qui nous n’aurions pas eu ces merveilleuses figues, vient nous parler de son métier avec passion. Nous écoutons sa belle histoire avec admiration. A l’heure de la mondialisation et de la rentabilité-à-tout-prix, quel plaisir de rencontrer encore des amoureux de la nature. Mr Cohen et son équipe parcourent le monde afin de dénicher les merveilles que Dame Nature a à offrir. Il se met en quête d’agriculteurs d’exception cultivant avec passion et respect de la planète. Pour en savoir plus, je vous invite à vous rendre sur le site Internet des Vergers de Saint-Eustache. Tout en nous racontant son histoire, il nous fait découvrir le citron-caviar... Le citron caviar (photo ci-contre) est le fruit d’un buisson épineux qui pousse dans la forêt vierge australienne. Quand on ouvre le citron caviar, la pulpe est composée de centaines de petites billes roses. Quand on les croque, ces billes libèrent alors leur arôme parfumé. Le gout est proche du citron et du pamplemousse.

16h00 : Le Chef se met aux fourneaux accompagné par Julie pour nous montrer ce qu’il aurait cuisiné s’il avait été à notre place. Les deux débutent alors leur magnifique ballet et plus tard, le Chef nous invitera à entrer dans la danse.

17h20 : Le Chef commence à dresser.

17h30 : Hé hop, dans les temps! Je vous présente leur dessert :« FIGUE A LA VIOLETTE CROUSTI-FONDANT » : un sablé au sarrasin avec une marmelade de figues & crème à la violette, accompagné de sa petite gavotte et d’une cocotte de figues au Banyuls.

17h35 : Nous nous installons autour de notre table et dégustons tour à tour le dessert des unes et des autres. Je suis épatée par tant de créativité. Tout est à tomber… Présentation :

Notre réalisation : mille-feuille réalisé à base de pâte sablée au sarrasin et au citron, nappé d’une crème d’amande citronnée au Banyuls, et d’une compotée de figues à l’huile d’olive, le tout surmonté de figues fraiches et d’un biscuit à base de pâte à cigarette. Autant vous dire qu’avec Hélène nous étions pas peu fières de notre dessert.

La réalisation de Fatima et de Mélanie

La réalisation d’Audrey et de Marie-Laure

La réalisation d’Ariane et d’Aurore

La réalisation de Christelle et de Carole

La réalisation de mes Bulles préférées

18h00 : la journée se termine… c’est l’heure de se dire au revoir, déjà ! Avec beaucoup d’émotion, nous nous faisons de gros bisous et nous promettons de faire notre possible pour se revoir. Nous partons chacune vers nos gares respectives. Comme à l’arrivée, je suis en compagnie d’Audrey et d’Hélène.

19h00 : Nous arrivons à la Gare Montparnasse. Nous avons en tête, de magnifiques images de cette journée inoubliable. Je crois que chacun d’entre nous s’est vraiment trouvée dans son élément. Ce fut une journée pleine de partages, de rires, d’échanges, de passion.

Encore Merci mille fois à Julie pour cette journée formidable. Merci au Chef Franck Geuffroy, Merci à l’École Alain Ducasse et Merci à toutes les blogueuses d’être venues, vous êtes toutes sympa, talentueuses, intéressantes. Ce fut un réel plaisir pour moi de vous connaître. Merci à Sylvie qui nous a mitraillé toute la journée, je suis très heureuse de t’avoir rencontré.

L’école de Cuisine Alain Ducasse
64 rue du Ranelagh
75016 PARIS
Tél. +33 (0) 1 44 90 91 00
Fax. +33 (0) 1 44 24 43 81
ecole@alain-ducasse.com
www.ecolecuisine-alainducasse.com

Sur ceux, c’est la fin de cette belle histoire. Merci à ceux et celles qui ont tenus le coup et qui m’ont lu jusqu’à la fin.

Bisous <3

Manon

Un rêve de petite fille devenu réalité

Après-midi pâtisserie à l’École de Cuisine Alain Ducasse

Franck et Julie ont le plaisir de vous inviter à l’École de Cuisine Alain Ducasse
pour un après-midi placé sous le signe de la pâtisserie :

Le mercredi 19 septembre 2012
De 14h00 à 18h00

Programme tenu secret…


64, rue du Ranelagh, 75016 Paris | Accès

Franck Geuffroy

Bonjour à toutes et à tous. Je suis sûre que tout le monde se demande ce que signifie tout ceci. Hé oui, aujourd’hui pas de recette au programme mais je tenais à vous faire part d’une grande nouvelle. Lors d’un cours de pâtisserie dispensé par le Chef Franck Geuffroy (photo ci-contre) à l’illustre école Alain Ducasse, une Crevette s’est liée d’amitié avec son pygmalion. Quelque temps plus tard, ce même pygmalion, fortement intéressée par la blogosphère culinaire, a proposé à la Crevette de l’inviter à un cours de pâtisserie en compagnie d’autres bloggueuses. La Crevette au grand coeur, a donc décidé de partager cette grande nouvelle sur son blog. Plusieurs bloggeuses (dont moi même) ont eu alors des milliards d’étoiles dans les yeux à l’annonce de ce beau projet et nous nous y sommes alors montrées très intéressées. Puis, nous avons été invitées à participer à ce cours de cuisine. Alors sur le moment je dois dire que je n’osais pas y croire. Puis au fil des mails de la Crevette je me suis mise à réaliser et à me dire « si, si, tu as bien été invitée ». Et là ce fut tout simplement un mélange de sentiments : la joie, l’impatience, l’euphorie… J’ai tout de même encore du mal à réaliser que le 19 septembre je serai dans les cuisine d’une des plus grandes écoles de France avec d’autres bloggueuses avec qui je partage la même passion.

Alors je tenais à remercier mille fois la Crevette pour son invitation et son merveilleux projet ainsi que le Chef Franck Geuffroy (photo ci-contre) sans qui tout celà n’aurait pas été possible.

Je suis impatiente d’assister à ce cours de pâtisserie dont le programme est tenu secret. Je suis également pressée de partager cette expérience avec mes copinautes et de les rencontrer de visu ainsi que de faire la connaissance des autres bloggueuses. Pour cet aprés-midi culinaire exceptionnel je serai accompagnée de :

JULIE (l’organisatrice) du blog « La Dinette de Crevette »
AURORE
du blog « Aurore’s Bareky & Delicious Things »
SYLVIA & GAELLE du blog « Bulles de Gourmandises »
CHRISTELLE
du blog « C’est Maman qui l’a fait »
FATIMA
du blog « Les Joyaux de Sherazade »
MELANIE du blog « Chez Melusine »
HELENE
du blog « Rock The Bretzel »
AUDREY
du blog « Cooking Mymy »
CAROLE du blog « Créa Délices »
ARIANE du blog La Cuisine d’Ariane
MARIE-LAURE
du site « Ö Délices« 

Malheureusement la deuxième Pix’elles ne pourra pas être présente à cette merveilleuse journée à cause d’une incompatibilité de planning (foutu planning) ! En tout cas soyez sûres et certaines que je vous raconterai tout tout tout avec photo à l’appui.

Au fait si vous êtes tentées, sachez que l’école propose tout plein de cours ouverts au grand public (et même aux enfants), alors n’hésitez pas à vous en faire offrir. Il y a des leçons de cuisine, de pâtisserie et d’œnologie, pour débutants et pour se perfectionner. Je vous laisse les coordonnées :

L’école de Cuisine Alain Ducasse
64 rue du Ranelagh
75016 PARIS
Tél. +33 (0) 1 44 90 91 00
Fax. +33 (0) 1 44 24 43 81
ecole@alain-ducasse.com
www.ecolecuisine-alainducasse.com

Manon

Brunch du Samedi, bonne ambiance à la Serrurerie !

La Serrurerie
28 rue des Grandes Écoles
86000 Poitiers
Tél : 05.49.41.05.14

Aujourd’hui nous avons décidé de nous faire un petit brunch avec Pauline. Anglicisme (contraction de breakfast et lunch), le brunch est un type de repas so british qui, mitonné à la mode de chez nous, se prend entre la fin de la matinée (breakfast) et le début de l’après-midi (lunch). Le concept combine des plats et boissons typiques du petit dej’ et du déjeuner. Alors qui dit « brunch » à Poitiers dit bien entendu la Serrurerie. La Serrurerie est un bar/resto au look rétro et moderne et qui propose une carte innovante et jeune. Ce restaurant propose de « bruncher » les samedis, dimanches et jours fériés pour 17€ de 11h30 à 15h. Depuis plusieurs années, la Serrurerie opte pour deux styles de brunch: le brunch bucheron et le brunch fraicheur. Pour le brunch bucheron il est proposé :
– oeufs brouillés, salade coleslaw, saucisse, lard, bécon, cake carottes, sauce tartare, pomme gratinée, fruits de saison, pancakes au sirop d’étable (à volonté), riz au lait à la vanille, jus de fruit ou verre de vin, café, thé ou chocolat.
Pour le brunch fraicheur :
– oeufs brouillés, salade coleslaw, saumon fumé, crème St Moret aux herbes, cake carottes, avocat, crevettes, pamplemousse, pomme gratinée, fruits de saison, pancakes au sirop d’étable (à volonté), riz au lait à la vanille, jus de fruit ou verre de vin, café, thé ou chocolat.
Les cartes sont quelque peu modifiées d’années en années.

** Ambiance **
Manon : 5/5 la Serrurerie est un restaurant vraiment convivial. Ce restaurant est toujours bondé et donc plutôt bruyant cependant ici ce n’est pas dérangeant puisque ce restaurant est plutôt grand donc bien insonorisé. Petite anecdote qui date d’aujourd’hui. J’ai oublié mon téléphone sur la table du restaurant et je ne m’en suis rendue compte que au moment de partir, dans la voiture (bon sachant que mon téléphone a trois semaine et qu’en plus c’est un i*hone j’ai eu vraiment très peur). J’ai donc appelé fissa le restaurant et ils ont pu le récupérer. Je suis donc retournée le chercher. Au moment de récupérer le serveur me dit qu’il m’a fait un petit cadeau et que j’aurais la surprise au moment de regarder mes photos. J’ai d’abord cru à une blague mais quelle ne fut pas ma surprise au moment de mettre les photos du brunch sur mon pc ! Ils ont vraiment pris des photos avec mon téléphone! J’ai vraiment ri quand j’ai vu ça! Car aujourd’hui le service était vraiment speed et ils ont quand même pris le temps de faire cette petite blague! (voir les photos en début d’article).
Pauline : 4/5 Je mettrai un petit bémol sur le fait que quand le resto est bondé, il est très bruyant avec une proximité dans la pièce principale du bas.

** Cuisine **
Manon : 5/5 La carte offre beaucoup de choix. Les plats proposés sont innovants, copieux et de très bonne qualité. Les glaces et frites sont faites maison et les accompagnements des plats ne sont jamais laissé au hasard. Vous pourrez vous laisser tenter par un petit plat traditionnel (mais toujours revisité) ou des saveurs plus exotiques (grecques, nord-africaines, italiennes etc.). Aujourd’hui j’ai eu un coup de coeur pour le petit cake aux carottes qui était vraiment divin, les oeufs brouillés et la sauce tartare !
Pauline : 4/5. Effectivement beaucoup de choix mais des plats très développés qui peuvent ne pas plaire à ceux qui aiment les plats de bases !

** Déco **
Manon : 4/5 la déco est vraiment sympa puisqu’elle nous plonge dans un univers rétro. Aucun détail n’est encore une fois laissé au hasard (et j’adore le carrelage !). L’été il est très agréable de déguster un smoothie sur la terrasse de la Serrurere où on peut observer les passants puisque ce resto est situé dans une des principales rue piétonne du centre ville.
Pauline : 5/5 Une décor très atypique et rétro que j’adore !

** Service **
Manon : 5/5 depuis le temps que j’y traîne mes guêtres le service a toujours été impeccable avec des serveurs(ses) à l’écoute, souriant et aimable. Bon aujourd’hui outre le fait que notre serveur soit charmant, le service a une nouvelle fois été très rapide et sympathique. Petite anecdote une fois j’ai voulu battre mes vieux démons et commander un cheesecake à la Serrurerie (j’ai eu une très mauvaise expérience avec ce dessert il y a quelques années dans un autre contexte). Cependant au bout de la première bouchée j’ai du abandonner car c’est vraiment un dessert que je ne peux décidément pas manger. Quand le serveur est venu nous débarrasser il a vu que je n’avais que très peu touché au dessert. Il m’a demandé s’il y avait un problème avec le cheesecake. Je lui ai expliqué que ce n’était pas lié à eux mais plutôt au fait que tout compte fait le cheesecake et moi ça fait bien deux. Il m’a alors proposé de commander un second dessert, ce que je me suis empressée de faire. Au moment de payer, le serveur ne m’a compté qu’un seul dessert! Super geste que j’ai beaucoup apprécié et que je garde en mémoire
Pauline : 5/5 Toujours parfait ! Malgré le fait qu’ils soient débordés ils sont très attentifs et professionnels !

** Qualité/Prix **
Manon : Je ne mets que 3/5 car outre le fait que les produits soient d’excellente qualité (produits majoritairement faits maison) je trouve que les prix restes assez élevés (il faut compter entre 10 et 17€ pour un plat et dans les 7€ pour un dessert).
Pauline : 3/5 un petit peu cher et pas accessible à tous notamment pour les étudiants au porte monnaie serré comme nous ou une fois par an!

** En bref **
Manon : Avec pour moyenne 8,8/10, la Serrurerie est vraiment une référence en matière de restauration dans notre petite ville. En plus mention spéciale pour le troquet car rares sont les restos pictaviens qui proposent de bruncher. L’accueil, le service et l’ambiance sont supers. A retenter sans modération !
Pauline : Moyenne de 8,4/10. A noter dans sons agenda. Y revenir de toute urgence ! Attention, pensez à réserver pendant les heures d’affluences pour éviter d’attendre trop longtemps !

Cook and Go ? Je vais peut-être rester tout compte fait…

Bonjour à toutes et à tous,

Souvenez vous, au début du mois j’ai écrit l’article assez assassin « Distribution de mauvais points pour Cook and Go ». En effet, dans cet article je relatais la bien mauvaise expérience que Pauline et moi même avions vécu auprès de cette entreprise. Le lendemain de la parution de cet article nous avons reçu le message suivant :

« Bonjour,

Je suis le créateur et le dirigeant de Cook&Go. Je lis votre article avec évidemment un peu de peine, mais je pense avant tout à l’expérience décevante que vous avez vécue. Je tiens très sincèrement à m’excuser, car le service que vous décrivez n’est pas le service que vous auriez dû recevoir.

Dans un premier temps, nous aurions dû mieux vous recevoir que simplement vous inviter à vous laver les mains… Cela n’est pas ce que je demande à mes équipes!
Ensuite, nous avons l’habitude d’être à l’écoute de nos clients et de leurs souhaits. Effectivement il est prévu que les clients emportent leurs plats à mettre au four chez eux car cela permet de déguster les recettes avec une meilleure saveur. Mais pour tous les clients qui n’ont pas de four, nous leur proposons de cuire leurs plats chez nous en les faisant patienter, par exemple avec un petit verre de vin.
Ce n’est pas parce qu’il y a du monde que les chefs doivent être “speed” et ne pas s’occuper de vous. Normalement vous devriez être guidée sur chaque étape, avec des “trucs et astuces” de chefs pour chaque recette.

En résumé, et j’en suis désolé, vous n’avez pas eu le service adéquat et nous en avons la responsabilité. Je vous invite donc à me contacter sur [..] afin que je puisse tenter de réparer les erreurs commises.

Je vous souhaite une très bonne journée,

Jean-Christophe »

Je pense qu’il est inutile de préciser à quel point nous avons été agréablement surprises. Après de nombreux échanges entre Monsieur Menz et nous, les Pix’elles, il nous a été proposé de nous renvoyer une nouvelle WonderBox afin de nous « dédommager » et que nous puissions choisir un autre atelier cuisine ou peut-être retenter l’expérience Cook and Go. En effet, au regard des arguments de Monsieur Menz il parait évident que nous n’avons pas reçu une prestation à la hauteur de celles proposées d’habitude. En tout cas, pour nous il n’est pas d’actualité de recommencer l’expérience car Pauline va déménager de Paris et les ateliers Cook and Go se déroulent bien loin de chez nous (Paris, Lyon, Marseille je crois…). Donc à moins qu’un Cook and Go voit le jour à Toulouse, nous choisirons une autre entreprise proposant des ateliers cuisine.
Nous avons donc très rapidement reçu une nouvelle Wonderbox (prix 79.90€ quand même…) avec un petit mot d’excuses. Nous remercions donc Monsieur Menz pour toute l’attention portée à notre retour sur expérience.

Je ne fais pas de méaculpa avec cet article car les faits relatés ont été vécus (et la déception qui va avec…). Cependant je pense que par son initiative, le créateur de Cook and Go est allé au delà du simple geste commercial. Il a démontré l’intérêt qu’il porte pour l’entière satisfaction de ses clients et l’envie de leur faire vivre une expérience unique grâce aux ateliers implantés aux quatre coins de la France.

Jean Christophe, je vous remercie encore une fois et si j’ai le plaisir de retenter l’expérience Cook and Go, je vous assure que je m’y rendrai avec toute mon objectivité et la sympathie que je vous porte.

Manon

Distribution de mauvais points pour Cook and Go – Chronique d’une bien mauvaise expérience.

Tout à l’heure en zappant sur m6 je tombe sur un reportage de l’émission 100% Mag’ au sujet des cours de cuisine. Et là, ô surprise! Que vois-je ? La tête d’un salarié de Cook and go, un « chef » que j’ai rencontré lors d’un « atelier » cuisine à Paris. Je m’explique : à mon anniversaire, un ami m’a offert une Wonderbox « atelier de cuisine ». Après moult réflexion autour de ce choix cornélien : quel cours vais-je choisir? Finalement j’ai opté pour un « Tête à tête gourmand » que proposait l’entreprise Cook and Go (située à Paris & Lyon). Le but était de réaliser un plat complet avec la personne de son choix et de repartir avec et en bonus une bouteille de champagne. Je me suis dit « chouette! étant donné que Pauline est à Paris actuellement, nous allons partager ça à deux! ». Retour sur une expérience pas très réjouissante…

Tout d’abord, ce que Cook and Go promet : « Cook&Go, c’est plus qu’un cours de cuisine, c’est un nouveau concept d’ateliers de cuisine à emporter. L’objectif est simple: proposer un loisir et un service pratique en même temps.
C’est un loisir parce que le client vient profiter d’un atelier de cuisine accompagné par un chef, qui va lui donner des petits trucs pour améliorer sa cuisine du quotidien. Les recettes sont originales et ludiques, mais accessibles à tous. L’idée est vraiment de renouveler ses classiques !
C’est un service pratique car nous proposons de venir cuisiner des plats à emporter pour le nombre de convives souhaités.Vous voulez préparer un dîner aux chandelles pour votre moitié?
Nous fournissons les recettes, les ingrédients, les conseils, pour vous permettre de cuisiner vos menus à emporter pour que vous n’ayez plus qu’à profiter d’un bon repas à la maison ! »

La réalité moins réjouissante…

Avec Pauline, nous sommes arrivées à 19h à Cook and Go. Il y avait a peu près 20 personnes soit 10 couples environ. Un homme « nous accueille » (celui de l’émission). Il est vêtu d’une veste de cuisinier arborant l’inscription brodée « Cook and Go ». Il prend nos noms et nous dit « bon lavez vous les mains et mettez un tablier ». Ce que l’on fait à tâtons car ne nous ne savons pas exactement ou se trouvent les tabliers. Donc on regarde partout autour de nous et on fait comme les autres. et là on attends, il ne se passe rien.. Les gens cuisinent chacun dans leur coin et pas un « chef » vient à notre rencontre. Nous sommes la debout comme deux cruches et au bout d’un moment nous sommes bien obligés d’interpeller quelqu’un. C’est une femme qui porte le même uniforme que l’homme qui nous as accueilli (un « chef »?!). Elle nous dit de nous installer et de faire la recette accrochée ????!! Bon okay… ben on commence la recette on cherche les ingrédients, les moules, les ustensiles c’est un peu la galère. Encore une fois personne vient nous voir ou si pour nous dire « ça va les chefffsss? » avec une voix de G.O de Club Med (ça c’est le mec de l’émission qui nous a accueilli).  Donc bon on essaie tant bien que mal de faire notre première recette. On met  notre préparation dans un des moules que nous trouvons devant nous.  Le fameux « chef » vient nous faire la réflexion que ce n’est pas le bon moule… okay bon en même temps si on nous dit rien comment peut-on savoir? Pis on finit la recette on nettoie notre plan de travail on met notre recette crue ???!!! au frigo comme indiquée. Puis là on interpelle un des chefs car tout à coup nous avons un doute : « euhhh faut-il faire cuire la recette chez nous ? (effectivement nous venons de préparer un appareil à flan au poulet)
-ben oui
– Euh en fait le problème c’est que nous n’avons pas de four ni de micro-ondes (ce qui est vrai Pauline n’est pas du tout équipée).
– vous avez pas des voisins ?
– non
– ah c’est con ben jsais pas quoi vous dire vous pouvez quand même faire la recette, euh jvais voir avec le patron… » et il s’en va. On reste donc comme deux cruches (encore ?!) sans savoir quoi faire. Et la que vois-je ? La personne à qui on vient de demander le renseignement est désormais changée (elle ne porte plus son uniforme) et visiblement est entrain de débaucher. Donc n’a pas demandé à son patron ce qu’il advenait de nous.
On interpelle un deuxième « chef ». C’est la femme, je lui dit :
 » en fait on vient d’apprendre qu’il fallait faire tout cuire chez nous et en fait on est à l’hôtel car on est venu exprès a Paris pour faire le cours de cuisine (mensonge mais je me dit qu’au moins ils auront peut-être une solution adaptée cette fois?)
– ben c’est un peu LE principe de Cook and Go quoi ! Vous cuisinez là et vous ramenez chez vous pour mettre au four !
– C’est embêtant car c’est pas marqué sur le carnet de la Wonderbox…
– ben fallait aller voir sur notre site internet fallait se renseigner !
– …
– vous avez qu’à aller aux cuisines de l’hôtel pour faire cuire les plats
– ….
– moi jsé pas quoi vous dire !!! »
et là elle se casse! Inutile de préciser qu’elle est vraiment mal-aimable. On se retrouve encore comme deux cruches pour la 3eme fois en 20 minutes youhou. Donc là on décide avec Pauline de continuer la cuisine. On prends alors l’initiative de nous incruster sur un plan de travail0 ou une recette prévue dans notre programme est accrochée. Donc on y va et là, le « chef-patron » (toujours le gars de l’émission) vient nous voir avec sa voix de G.O « alors les cheffffsss comment ça va ? » (bon tu arrêtes de nous appeler « les chefs » ?! j’suis venue chercher un cours de cuisine pas un simulacre de « vie ma vie de cuisinier virtuel » !!!) Moi je lui fait très exactement cette tronche : Triste et la il me sort :
« ben alors qu’est ce qui se passseeeeuuh (je l’aurais bien imaginé dire « on t’a vendu un oeuf qui voulait pas cuire ???? mouahahha » ça aurait eu le même effet en fait…). J’explique pour la troisième fois :
– ben blablabla hôtel – pas four – fait chier – zut – crotte
– ah ben oui c’est embêtant pis nous on peut pas le faire cuire ici on peut faire des exceptions d’habitudes mais là non.
– ???? (serait-ce parce qu’il est 19h30 et que tu as envie de débaucher c*nnard ?)
– ben y a pas de cuisine à l’hôtel?
– non (purée vous vous êtes concertés ou quoi ?)
– vous avez prévu de cuisiner quoi ?
– flan de poulet, tourte aux pétoncles et cake au chocolat
– ah effectivement vous avez pris que des trucs qu’il faut cuire au four mouarf mouarf
– … (ouais j’avais remarqué…)
– bon jsais pas quoi vous dire.

Et il se casse !!!. Donc bien Pauline et moi commençons notre deuxième plat quelque peu énervées. Toujours sur le même mode que pour le précédent:  on cherche les ustensiles, on ne sait pas trop, on tâtonne encore et personne nous vient en aide. Ah si le « chef patron » vient me voir pour dire très fort « ah là vous voyez ce qu’elle fait? c’est ce qu’il ne fallait A-BSO-LU-MENT pas faire » et là tout le monde me regarde. Moi, alors piquée au vif, je réponds :
 »  j’essaie juste de suivre la recette ! ». Pas de réponse de sa part si ce n’est une petite blague nulle dont je ne me souviens plus et à laquelle j’ai voulu répondre « ahhh mais jsavais pas qu’on était à un atelier humour à deux balles ». Mais j’ai simplement dit dans ma moustache « très drôle ».
Dernier plat c’est pareil, on a finit par s’entraider entre couple c’est grave ! Donc on se barre avec nos barquettes de plats crus et notre belle bouteille de champ’ (au moins on a la bouteille!).

Donc on sillonne Paris pour trouver une copine de Pauline qui voudra bien nous prêter son four. On fini par trouver, on fait tout cuire en même temps. Tant pis,  jsuis crevée, je veux rentrer. Une fois tout cuit on emballe tout bien dans du papier allu pis on prend le chemin du retour.  On descend les marches du métro et la j’entends PAF. Je regarde à nos pieds : le sac en papier estampillé « Cook and Go » où le patron-chef nous avait mis la bouteille de champ’ a craqué. La bouteille est explosée sur les marches. Génial…  On arrive chez Pauline on mange l’entrée. Elle est vraiment bonne, il n’y rien a dire quoi que pas assez cuite. Le plat de résistance vraiment pas terrible écœurant mais j’pense que chaud ça aurait été meilleur que tiédasse. Et là, David Copperfield sort de cette pièce !!! Magie sur le dessert… Nous avions hâte d’y arriver. On ouvre le tupperware et la… magie magie, les deux cakes aux chocolats se sont transformé en… un liquide marron look gastro-entérite. Nous sommes définitivement dégoutées. Oh non jamais plus jamais nous retenterons l’expérience.

En bref vous l’aurez compris : Cook and Go, à éviter de toute urgence.


Cook and Go
69 rue La Fayette
75009 Paris
http://www.cook-and-go.com/

* adresse notée pour mieux éviter…

Popy a testé pour vous l’épicerie fine G.DETOU

G.DETOU
58, rue Tiquetonne
75002 Paris
Lundi-samedi 8:30-18:30
M° : Etienne Marcel ou Les Halles

Aujourd’hui, je m’étais confiée une mission : Aller chez G.DETOU pour découvrir ce magasin dont toutes les cuisinières raffolent (Manon en faisant partie) ! Cette petite épicerie du 2ème arrondissement (métro Etienne marcel) possède des tas de produits originaux et de qualité pour particuliers ou professionnels! Les prix sont relativement abordables car ils proposent de la vente au détail au prix de gros !

Mes achats pour ma Marijo & moi :
– 2 sachets de pépites de chocolat noir résistant à la cuisson 1kg = 7,70€/kg x 2 = 15,40€
– 2 sachets de pralines aux amandes concassées 30% 1kg = 8,80€/kg x 2 = 17,80€
– 1 pot de glucose cristal : Sirop de glucose 1kg (Vous l’aurez tous deviné cet article n’est pas pour moi mais pour Manon . « Produit réservé aux professionnels. A utiliser dans des conditions techniques et hygiéniques appropriées ») = 4,50€/kg
Soit une petite sortie à 37,50€ !

Conclusion : Ce petit magasin vaut le coup. L’essayer c’est l’adopter! C’est LE magasin dont les cuisinières sont GAGA. Et je comprends ! Même si pour retourner chez moi j’ai mis 40 min… J’ai donc porté à bout de bras plus de 5 kilos (sans compter mon sac qui pèse une tonne + mon ordinateur!!). Arrivée à la maison: plus de muscles !! Enfin il m’en reste quelques uns pour rédiger un petit post rien que pour vous !

Ma seconde et dernière mission : Rapporter ces 3 kg d’ingrédients à ma Marijo dans ma valise ce week-end !