Cook and Go ? Je vais peut-être rester tout compte fait…

Bonjour à toutes et à tous,

Souvenez vous, au début du mois j’ai écrit l’article assez assassin « Distribution de mauvais points pour Cook and Go ». En effet, dans cet article je relatais la bien mauvaise expérience que Pauline et moi même avions vécu auprès de cette entreprise. Le lendemain de la parution de cet article nous avons reçu le message suivant :

« Bonjour,

Je suis le créateur et le dirigeant de Cook&Go. Je lis votre article avec évidemment un peu de peine, mais je pense avant tout à l’expérience décevante que vous avez vécue. Je tiens très sincèrement à m’excuser, car le service que vous décrivez n’est pas le service que vous auriez dû recevoir.

Dans un premier temps, nous aurions dû mieux vous recevoir que simplement vous inviter à vous laver les mains… Cela n’est pas ce que je demande à mes équipes!
Ensuite, nous avons l’habitude d’être à l’écoute de nos clients et de leurs souhaits. Effectivement il est prévu que les clients emportent leurs plats à mettre au four chez eux car cela permet de déguster les recettes avec une meilleure saveur. Mais pour tous les clients qui n’ont pas de four, nous leur proposons de cuire leurs plats chez nous en les faisant patienter, par exemple avec un petit verre de vin.
Ce n’est pas parce qu’il y a du monde que les chefs doivent être “speed” et ne pas s’occuper de vous. Normalement vous devriez être guidée sur chaque étape, avec des “trucs et astuces” de chefs pour chaque recette.

En résumé, et j’en suis désolé, vous n’avez pas eu le service adéquat et nous en avons la responsabilité. Je vous invite donc à me contacter sur [..] afin que je puisse tenter de réparer les erreurs commises.

Je vous souhaite une très bonne journée,

Jean-Christophe »

Je pense qu’il est inutile de préciser à quel point nous avons été agréablement surprises. Après de nombreux échanges entre Monsieur Menz et nous, les Pix’elles, il nous a été proposé de nous renvoyer une nouvelle WonderBox afin de nous « dédommager » et que nous puissions choisir un autre atelier cuisine ou peut-être retenter l’expérience Cook and Go. En effet, au regard des arguments de Monsieur Menz il parait évident que nous n’avons pas reçu une prestation à la hauteur de celles proposées d’habitude. En tout cas, pour nous il n’est pas d’actualité de recommencer l’expérience car Pauline va déménager de Paris et les ateliers Cook and Go se déroulent bien loin de chez nous (Paris, Lyon, Marseille je crois…). Donc à moins qu’un Cook and Go voit le jour à Toulouse, nous choisirons une autre entreprise proposant des ateliers cuisine.
Nous avons donc très rapidement reçu une nouvelle Wonderbox (prix 79.90€ quand même…) avec un petit mot d’excuses. Nous remercions donc Monsieur Menz pour toute l’attention portée à notre retour sur expérience.

Je ne fais pas de méaculpa avec cet article car les faits relatés ont été vécus (et la déception qui va avec…). Cependant je pense que par son initiative, le créateur de Cook and Go est allé au delà du simple geste commercial. Il a démontré l’intérêt qu’il porte pour l’entière satisfaction de ses clients et l’envie de leur faire vivre une expérience unique grâce aux ateliers implantés aux quatre coins de la France.

Jean Christophe, je vous remercie encore une fois et si j’ai le plaisir de retenter l’expérience Cook and Go, je vous assure que je m’y rendrai avec toute mon objectivité et la sympathie que je vous porte.

Manon

Publicités

Distribution de mauvais points pour Cook and Go – Chronique d’une bien mauvaise expérience.

Tout à l’heure en zappant sur m6 je tombe sur un reportage de l’émission 100% Mag’ au sujet des cours de cuisine. Et là, ô surprise! Que vois-je ? La tête d’un salarié de Cook and go, un « chef » que j’ai rencontré lors d’un « atelier » cuisine à Paris. Je m’explique : à mon anniversaire, un ami m’a offert une Wonderbox « atelier de cuisine ». Après moult réflexion autour de ce choix cornélien : quel cours vais-je choisir? Finalement j’ai opté pour un « Tête à tête gourmand » que proposait l’entreprise Cook and Go (située à Paris & Lyon). Le but était de réaliser un plat complet avec la personne de son choix et de repartir avec et en bonus une bouteille de champagne. Je me suis dit « chouette! étant donné que Pauline est à Paris actuellement, nous allons partager ça à deux! ». Retour sur une expérience pas très réjouissante…

Tout d’abord, ce que Cook and Go promet : « Cook&Go, c’est plus qu’un cours de cuisine, c’est un nouveau concept d’ateliers de cuisine à emporter. L’objectif est simple: proposer un loisir et un service pratique en même temps.
C’est un loisir parce que le client vient profiter d’un atelier de cuisine accompagné par un chef, qui va lui donner des petits trucs pour améliorer sa cuisine du quotidien. Les recettes sont originales et ludiques, mais accessibles à tous. L’idée est vraiment de renouveler ses classiques !
C’est un service pratique car nous proposons de venir cuisiner des plats à emporter pour le nombre de convives souhaités.Vous voulez préparer un dîner aux chandelles pour votre moitié?
Nous fournissons les recettes, les ingrédients, les conseils, pour vous permettre de cuisiner vos menus à emporter pour que vous n’ayez plus qu’à profiter d’un bon repas à la maison ! »

La réalité moins réjouissante…

Avec Pauline, nous sommes arrivées à 19h à Cook and Go. Il y avait a peu près 20 personnes soit 10 couples environ. Un homme « nous accueille » (celui de l’émission). Il est vêtu d’une veste de cuisinier arborant l’inscription brodée « Cook and Go ». Il prend nos noms et nous dit « bon lavez vous les mains et mettez un tablier ». Ce que l’on fait à tâtons car ne nous ne savons pas exactement ou se trouvent les tabliers. Donc on regarde partout autour de nous et on fait comme les autres. et là on attends, il ne se passe rien.. Les gens cuisinent chacun dans leur coin et pas un « chef » vient à notre rencontre. Nous sommes la debout comme deux cruches et au bout d’un moment nous sommes bien obligés d’interpeller quelqu’un. C’est une femme qui porte le même uniforme que l’homme qui nous as accueilli (un « chef »?!). Elle nous dit de nous installer et de faire la recette accrochée ????!! Bon okay… ben on commence la recette on cherche les ingrédients, les moules, les ustensiles c’est un peu la galère. Encore une fois personne vient nous voir ou si pour nous dire « ça va les chefffsss? » avec une voix de G.O de Club Med (ça c’est le mec de l’émission qui nous a accueilli).  Donc bon on essaie tant bien que mal de faire notre première recette. On met  notre préparation dans un des moules que nous trouvons devant nous.  Le fameux « chef » vient nous faire la réflexion que ce n’est pas le bon moule… okay bon en même temps si on nous dit rien comment peut-on savoir? Pis on finit la recette on nettoie notre plan de travail on met notre recette crue ???!!! au frigo comme indiquée. Puis là on interpelle un des chefs car tout à coup nous avons un doute : « euhhh faut-il faire cuire la recette chez nous ? (effectivement nous venons de préparer un appareil à flan au poulet)
-ben oui
– Euh en fait le problème c’est que nous n’avons pas de four ni de micro-ondes (ce qui est vrai Pauline n’est pas du tout équipée).
– vous avez pas des voisins ?
– non
– ah c’est con ben jsais pas quoi vous dire vous pouvez quand même faire la recette, euh jvais voir avec le patron… » et il s’en va. On reste donc comme deux cruches (encore ?!) sans savoir quoi faire. Et la que vois-je ? La personne à qui on vient de demander le renseignement est désormais changée (elle ne porte plus son uniforme) et visiblement est entrain de débaucher. Donc n’a pas demandé à son patron ce qu’il advenait de nous.
On interpelle un deuxième « chef ». C’est la femme, je lui dit :
 » en fait on vient d’apprendre qu’il fallait faire tout cuire chez nous et en fait on est à l’hôtel car on est venu exprès a Paris pour faire le cours de cuisine (mensonge mais je me dit qu’au moins ils auront peut-être une solution adaptée cette fois?)
– ben c’est un peu LE principe de Cook and Go quoi ! Vous cuisinez là et vous ramenez chez vous pour mettre au four !
– C’est embêtant car c’est pas marqué sur le carnet de la Wonderbox…
– ben fallait aller voir sur notre site internet fallait se renseigner !
– …
– vous avez qu’à aller aux cuisines de l’hôtel pour faire cuire les plats
– ….
– moi jsé pas quoi vous dire !!! »
et là elle se casse! Inutile de préciser qu’elle est vraiment mal-aimable. On se retrouve encore comme deux cruches pour la 3eme fois en 20 minutes youhou. Donc là on décide avec Pauline de continuer la cuisine. On prends alors l’initiative de nous incruster sur un plan de travail0 ou une recette prévue dans notre programme est accrochée. Donc on y va et là, le « chef-patron » (toujours le gars de l’émission) vient nous voir avec sa voix de G.O « alors les cheffffsss comment ça va ? » (bon tu arrêtes de nous appeler « les chefs » ?! j’suis venue chercher un cours de cuisine pas un simulacre de « vie ma vie de cuisinier virtuel » !!!) Moi je lui fait très exactement cette tronche : Triste et la il me sort :
« ben alors qu’est ce qui se passseeeeuuh (je l’aurais bien imaginé dire « on t’a vendu un oeuf qui voulait pas cuire ???? mouahahha » ça aurait eu le même effet en fait…). J’explique pour la troisième fois :
– ben blablabla hôtel – pas four – fait chier – zut – crotte
– ah ben oui c’est embêtant pis nous on peut pas le faire cuire ici on peut faire des exceptions d’habitudes mais là non.
– ???? (serait-ce parce qu’il est 19h30 et que tu as envie de débaucher c*nnard ?)
– ben y a pas de cuisine à l’hôtel?
– non (purée vous vous êtes concertés ou quoi ?)
– vous avez prévu de cuisiner quoi ?
– flan de poulet, tourte aux pétoncles et cake au chocolat
– ah effectivement vous avez pris que des trucs qu’il faut cuire au four mouarf mouarf
– … (ouais j’avais remarqué…)
– bon jsais pas quoi vous dire.

Et il se casse !!!. Donc bien Pauline et moi commençons notre deuxième plat quelque peu énervées. Toujours sur le même mode que pour le précédent:  on cherche les ustensiles, on ne sait pas trop, on tâtonne encore et personne nous vient en aide. Ah si le « chef patron » vient me voir pour dire très fort « ah là vous voyez ce qu’elle fait? c’est ce qu’il ne fallait A-BSO-LU-MENT pas faire » et là tout le monde me regarde. Moi, alors piquée au vif, je réponds :
 »  j’essaie juste de suivre la recette ! ». Pas de réponse de sa part si ce n’est une petite blague nulle dont je ne me souviens plus et à laquelle j’ai voulu répondre « ahhh mais jsavais pas qu’on était à un atelier humour à deux balles ». Mais j’ai simplement dit dans ma moustache « très drôle ».
Dernier plat c’est pareil, on a finit par s’entraider entre couple c’est grave ! Donc on se barre avec nos barquettes de plats crus et notre belle bouteille de champ’ (au moins on a la bouteille!).

Donc on sillonne Paris pour trouver une copine de Pauline qui voudra bien nous prêter son four. On fini par trouver, on fait tout cuire en même temps. Tant pis,  jsuis crevée, je veux rentrer. Une fois tout cuit on emballe tout bien dans du papier allu pis on prend le chemin du retour.  On descend les marches du métro et la j’entends PAF. Je regarde à nos pieds : le sac en papier estampillé « Cook and Go » où le patron-chef nous avait mis la bouteille de champ’ a craqué. La bouteille est explosée sur les marches. Génial…  On arrive chez Pauline on mange l’entrée. Elle est vraiment bonne, il n’y rien a dire quoi que pas assez cuite. Le plat de résistance vraiment pas terrible écœurant mais j’pense que chaud ça aurait été meilleur que tiédasse. Et là, David Copperfield sort de cette pièce !!! Magie sur le dessert… Nous avions hâte d’y arriver. On ouvre le tupperware et la… magie magie, les deux cakes aux chocolats se sont transformé en… un liquide marron look gastro-entérite. Nous sommes définitivement dégoutées. Oh non jamais plus jamais nous retenterons l’expérience.

En bref vous l’aurez compris : Cook and Go, à éviter de toute urgence.


Cook and Go
69 rue La Fayette
75009 Paris
http://www.cook-and-go.com/

* adresse notée pour mieux éviter…

Popy a testé pour vous l’épicerie fine G.DETOU

G.DETOU
58, rue Tiquetonne
75002 Paris
Lundi-samedi 8:30-18:30
M° : Etienne Marcel ou Les Halles

Aujourd’hui, je m’étais confiée une mission : Aller chez G.DETOU pour découvrir ce magasin dont toutes les cuisinières raffolent (Manon en faisant partie) ! Cette petite épicerie du 2ème arrondissement (métro Etienne marcel) possède des tas de produits originaux et de qualité pour particuliers ou professionnels! Les prix sont relativement abordables car ils proposent de la vente au détail au prix de gros !

Mes achats pour ma Marijo & moi :
– 2 sachets de pépites de chocolat noir résistant à la cuisson 1kg = 7,70€/kg x 2 = 15,40€
– 2 sachets de pralines aux amandes concassées 30% 1kg = 8,80€/kg x 2 = 17,80€
– 1 pot de glucose cristal : Sirop de glucose 1kg (Vous l’aurez tous deviné cet article n’est pas pour moi mais pour Manon . « Produit réservé aux professionnels. A utiliser dans des conditions techniques et hygiéniques appropriées ») = 4,50€/kg
Soit une petite sortie à 37,50€ !

Conclusion : Ce petit magasin vaut le coup. L’essayer c’est l’adopter! C’est LE magasin dont les cuisinières sont GAGA. Et je comprends ! Même si pour retourner chez moi j’ai mis 40 min… J’ai donc porté à bout de bras plus de 5 kilos (sans compter mon sac qui pèse une tonne + mon ordinateur!!). Arrivée à la maison: plus de muscles !! Enfin il m’en reste quelques uns pour rédiger un petit post rien que pour vous !

Ma seconde et dernière mission : Rapporter ces 3 kg d’ingrédients à ma Marijo dans ma valise ce week-end ! 

Sortie au restau pour fêter le lancement du blog – Bistrot de l’Absinthe – Poitiers

Le Bistrot de l’Absinthe
36 rue Carnot
86000 Poitiers
Tél. : 05.49.37.28.44

Afin de fêter le lancement de notre blog Pauline et moi avons décidé de nous faire une petite sortie restau. Nous avons donc choisi un restaurant que ni l’une ni l’autre ne connaissions. Notre choix s’est donc porté sur le Bistrot de l’Absinthe.

Ce restaurant se situe dans la rue Carnot à Poitiers. Sa façade vert olive cache une salle plutôt étroite et tout en longueur. La déco est bien fidèle au nom de l’établissement puisqu’elle fait très « bistrot » avec ses vieilles affiches et plaques en métal au mur.

Vous trouverez ci-dessous nos avis.

Manon

Ce diaporama nécessite JavaScript.

** Ambiance **
Manon : 2/5 Pour ma part le Bistrot de l’Absinthe n’offre pas réellement d’intimité puisque les tables sont presque collées les unes aux autres. La lumière est très crue et la salle plutôt mal insonorisée.
Pauline : 3/5 Entre le véritable bistrot et le restaurant guindé, le Bistrot de l’absinthe est l’endroit sympathique par excellence. Malgré la proximité et une lumière plutôt agressive, c’est l’endroit parfait pour sortir entre copains/copines !

** Cuisine **
Manon : 2/5 La carte n’offre pas un très grand choix. Les mets proposés sont très particuliers puisqu’il s’agit de cuisses de grenouilles, d’escargots, de gambas, de rognons etc. C’est donc pour le moins original mais pas adapté à tout type de personnes. Je n’ai d’ailleurs pas vu de menu enfant sur la carte. Pour ma part, ne trouvant pas mon bonheur dans la carte, je me suis laissée tenter par l’ardoise. J’ai pu déguster une entrée à base de purée d’avocat et de crabe qui n’avait rien d’exceptionnelle mais l’assaisonnement était parfait donc +1 pour cette entrée. Le plat proposé était le fameux « fish’n chips ». Les points positifs ? Les frites qui étaient faites maison mais cependant un peu grasses, le poisson qui était tendre et lui pas très gras. Cependant le plat était servi avec une surprenante sauce tout droit sortie d’un bocal de sauce salsa ce qui nous a rendu quelque peu septique. Pour ma part le grand plus de ce repas fut le dessert (poire pochée servie avec une boule de sorbet à la poire, d’une meringue croustillante et d’une meringue fondante type meringue de tarte au citron).
Pauline : 2/5 Très peu de choix et rien d’exceptionnel. Rien ne m’a surpris. C’était bon mais sans plus.

** Déco **
Manon : 3/5 sans plus mais qui colle bien au thème du restaurant.
Pauline : 4/5 J’aime cette déco vintage qui épouse à merveille ce petit bistrot.

** Service **
Manon : 5/5 Le personnel de ce restaurant est très sympathique. Le service est plutôt rapide et attentionné et les serveurs sont plutôt charmants (petit clin d’œil à Pauline…).
Pauline : 5/5 Outre le fait que le serveur soit charmant, le service est rapide : très peu d’attente entre les plats. Et c’est la première fois qu’on me remplie mon verre d’eau à chaque fois qu’il est vide !

** Qualité/Prix **
Manon : 1/5 Je trouve ce restaurant plutôt cher pour ce qu’on peut trouver dans le coin. Mon menu d’ardoise m’a couté 19,50€ (contre 26 pour le menu à la carte). La présentation n’était pas aussi soignée que les plats de mes voisins (choisis sur la carte). Les quantité n’étaient pas non plus aussi importantes, bien que suffisantes.
Pauline : 0/5 Cher et pourtant mes papilles n’ont pas bondi… DEÇUE…

** En bref **
Manon : Avec pour moyenne 5/10, le Bistrot de l’Absinthe est un restaurant sympathique mais sans surprise. Les plats sont plutôt réussis mais n’ont rien d’exceptionnels. Je pense que pour l’ambiance cet établissement est tout à fait adapté pour un midi.
Pauline : 5,5/10 Accueil et service chaleureux. Ambiance très sympathique. Mais cuisine pas très exaltante. A essayer une fois, à retenter rarement…